La revue Nexus : la « science alternative »

03.09.2013 | par Alexandre Moatti | Non classé

Entre science et ésotérisme, ce bimestriel très particulier se réclame ouvertement d’une « science alternative » : il souhaite donner « une information négligée par des instances médiatiques clairement liées à l’élite dirigeante ». Il définit son titre Nexus comme « un entrelacs de causes et d’effets » : de quoi brouiller la démarche scientifique — on est là pourtant loin de la « pensée complexe » d’Edgar Morin.  Embrassant par ailleurs toutes sortes de théories du complot (complot du 11 septembre, complot de l’énergie libre dissimulée par les trusts pétroliers), elle revendique aussi une "paranoïa", de manière un tantinet pédante : du grec para- et noïa- (pensée), « une autre pensée », dit la rédaction. Certains de ses amis journalistes (voir par exemple Jean-Luc Martin-Lagardette) vantent la revue comme représentative d’une « presse non alignée ».

Nexusfonctionne comme… Pour la Science, avec diverses éditions dans divers pays. Existant depuis 1990, elle est possédée par un couple installé près de Brisbane (Australie) Duncan et Catherine Roads. L’édition française est dirigée depuis 2003 par David Dennery, basé à Fleurac en Dordogne ; elle avait perdu pendant quelques années son agrément paritaire de presse suite à certains articles dans le domaine de la santé (cf. ci-dessous), mais l’a retrouvé en 2010. On peut estimer entre 8 et 15 000 exemplaires le montant des ventes de chaque numéro.

Nexus79

Thèmes de prédilection

  • L’imposture scientifique « VIH = SIDA » décryptée
  • Pour la fusion froide ; contre ITER et la fusion chaude ; contre la fission et le nucléaire.
  • « Circuits surunitaires [NB : de rendement thermique supérieur à 1]: un physicien dévoile ses secrets » – Énergie du vide.
  • Contre la cosmologie issue de la relativité – d’ailleurs Einstein est un plagiaire
  • Mémoire de l’eau : « elle est aujourd’hui bien décrite par le Pr Vinh Luu, son véritable découvreur ». Quant à l’homéopathie, « c’est une thérapie quantique ».
  • « AVC, infarctus… Et si c’étaient les amibes ? » – quant au cancer, ce pourrait être « un simple champignon, à traiter au bicarbonate de soude ».
  • Contre la vaccination. Pasteur l’imposteur.
  • À propos du 11 septembre, il s’agit de « faire émerger la vérité » après « dix ans de mensonges » [le géopoliticien Aymeric Chauprade, Nexus n°62 : « c’est un complot israélo-américain »].
  • « Le linceul de Turin défie la science » [censé être le suaire du Christ dans certains milieux catholiques intégristes]
  • « Les abeilles malades des OGM » [il est intéressant de voir là le catapultage de deux thèmes qui sont sous les feux de l’actualité et qu’on n’aurait pas spontanément rapprochés].
  • « Contre le darwinisme, qui n’est pas une théorie scientifique. » (J.-F. Moreel)
  • Ni Dieu ni Darwin : une origine exogène de l’Humanité, la vie venue d’ailleurs, une vie extraterrestre.

Quels scientifiques ou auteurs trouve-t-on dans Nexus ? Des interviews de physiciens auxquels on pouvait s’attendre, comme Jean-Pierre Petit ; d’autres auxquels on s’attendait moins, peut-être piégés. Quant à Jean-François Moreel, il est biochimiste, directeur scientifique d’un laboratoire privé de biologie moléculaire (lequel ? je l’ignore – une structure qui lui est propre ?). Il publie des ouvrages antidarwinistes et créationnistes aux très conservatrices éditions F.-X. de Guibert ; il donne des interviews dans le site Islamopedia  avec le créationniste Harun Yahya ; il participe aux travaux du cercle catholique créationniste CEP (colloque 2009 « Se libérer du darwinisme » ; sur le CEP, voir mon ouvrage chap. V). C’est aussi ce type d’interconnexions entre milieux contemporains très différents (créationnisme islamique, créationnisme intégriste, revue Nexus) qui m’a amené au concept d’alterscience.

 


20 commentaires pour “La revue Nexus : la « science alternative »”

  1. Jonathan Répondre | Permalink

    Bonjour

    Ce genre de revue est particulièrement effrayant, tant cela déborde de théories du complot. Ce qui est d'autant plus choquant, c'est que chez les boutiques de presse on les trouve classées dans les revues scientifiques! Cela ne peut qu'entraîner une confusion entre ces pseudo-sciences et les veritables sciences (même si a mon avis cela demande une définition précise)

    Une questione: est-ce qu'on sait quelle est l'impact de ces publications en terme d'influence sur l'opinion?

    Cordialement.

  2. Bruno Répondre | Permalink

    merci de cet avertissement !!

    une fois encore, c'est le syndrome de la répétition ... on (re)prend les œufs cassés en amont et on les fait monter en neige, histoire que cela prenne du volume et des sous à des gogos ... à pleurer, à désespérer ... mais pas à rire, surtout pas

    je pense à tous ces enseignants de sciences devant batailler contre cela en classes ... "mais, c'est écrit, Monsieur (ou Madame) ..." ce genre de revue sape l'enseignement des sciences en contenus, méthodes et images ... l'enseignant balayant cela sera perçu comme sectaire, défendant un "lobby" et si il ou elle ne prend pas le temps d'expliquer ce que sont les sciences sur le fond (et souvent il ne le peut pas pour des raisons de temps et de programmes), il fait le jeu de la revue en question ...

    nos collègues historiens connaissent hélas cela depuis longtemps : cela s'appelle du révisionnisme !

    à pleurer

  3. AlainCo Répondre | Permalink

    Sur la fusion froide évitez de le citer ca décrédibilisera bientot cet article (pour le reste je suis ok).
    la fusion froide est en phase pré-industrielle, et seul un déni collectif très bien modélisé par Thomas Kuhn et Roland Benabou explique que vous ne le sachiez pas.
    http://www.lenrnews.eu/lenr-summary-for-policy-makers/

    vous n'êtes pas seul a ne rien savoir, La Recherche dans son dossier Controverses pouss l'ironie jusqu'a écrire un article qui ignore tout ce ce qui est récent. L'authocie de ce fiasco scientifique sera ... sera ... inexistante, comme l'explique Nassim Nicholas Taleb, car le MIT inventera le fusion froide dans 2 ans.

    sinon c'est argument par association. Naturwissenschaften aussi publie des articles sur la fusion froide (Cold fusion Review 2010 par Ed Storms) ? est-ce une mauvaise revue ? Non bien sur.

    Linus Pauling a harcellé, insulté Shechtman et l'a virré de son labo, est-ce un mauvais scientifique ? non Bien sur.

    pour les arguments scientifiques j'ai fait un article
    http://lenrnews.eu/evidences-that-lenr-is-real-beyond-any-reasonable-doubt
    mais l'article wikipedia rejeté est plus convainquant quand à la vacutié scientifique des arguments contre la fusion froide.

    une très bonne lecons d'épistémologie qui sera effacée comme l'explique bien Nassim Nicholas Taleb dans "History Being Written by the losers" et par Kuhn (lire la fiche du CNAM. qui accessoirement comme le CEA a validé la réalité de la fusion froide, passons, des ingéniuers comme Taleb le prévoit).

    pour le reste il y a plein de pseudo science, dans les revues dingues, sur internet, et un peu plus qu'on ne le pense sont publiée par les académies ou font l'objet de loi ou de décision juridique. C'est la vie. Bebanou explique bien que la liberté d'expression doit être protégée pour lutter contre les illusion collective.

    Si vous lisez les theories de benabou et kuhn , vous saurez comment je vais modéliser votre réaction.
    merci donc de la valider par ce geste.

    en espérant que ca aide
    --
    AlainCo -- le veilleur technologique de LENR-forum.

  4. Barraki Répondre | Permalink

    J'ai souvent feuilleté. ça laisse un sentiment étrange.

    En matière de sociologie théoriciens des complots, je comprend que si on croit que le gouvernement ment dans certains domaines, il doit mentir pour tout. Mais tout de même, cette façon de tout faire passer ensemble, ça doit plutôt les discréditer qu'autre chose.

    En fait, même certains en sont conscients. Par exemple le site internet econologie.com défend le moteur Pantone contre le complot des pétroliers, et considère que les USA mentent sur le 11 septembre (j'ai fait un peu d'immersion là-bas…). Mais n'aime pas trop qu'on les amalgame à onnouscachetout.com, qui pense que même Jennifer Aniston fait partie des initiés complices des extraterrestres.

    J'ai un faible pour les théories selon lesquelles les E.T. ont implanté la vie sur Terre par leur génie génétique. C'est l'exemple ultime de déplacer une question fondamentale (la vie a-t-elle été créée par Dieu ou le hasard ?) sans y répondre !

    Franchement, ces gens-là sont plus faciles à combattre que les créationnistes doux. Je veux dire, si quelqu'un défend un article de Nexus, pas la peine de s'embêter à le réfuter sur l'article en question, on peut juste dire "ceux qui disent que les E.T. ont apporté la vie sur Terre ?"

    Note : méthode déjà utilisée avec succès concernant la Scientologie. Mais allez-y avec prudence, si vous balancez d'un coup les croyances de la Sciento, les gens penseront que vous êtes en train de parodier leurs croyances ou de dire n'importe quoi.

  5. François Lacombe Répondre | Permalink

    Est-ce que faire de la pub à ces abrutis est vraiment nécessaire?

  6. Back6 Répondre | Permalink

    Alterscience ? c'est faire beaucoup de cas d'une pensée qui ne se soucie ni des faits, ni des preuves, ni des méthodes. Le terme pseudoscience est bien mieux adapté.
    Avoir la forme de la science n'est pas être de la science, fut-elle autre !

  7. S. M. Répondre | Permalink

    Bonjour

    Connait-on un peu le lectorat d'une telle revue ? S'agit-il de personnes qui cherchent à s'informer de bonne foi et qui pensent que si c'est dans un magazine, c'est que c'est vrai. Ou s'agit-il de personnes qui croient à certains complots et qui trouvent ici un argument pour renforcer leurs convictions ?

  8. S. M. Répondre | Permalink

    Bonjour

    Connait-on le profil des lecteurs ? S'agit-il de personnes qui ont une formation scientifique ? Des gens qui sont déjà versés dans les théories du complot ?

    J'imagine que la réponse demande plus de deux lignes mais pourquoi semble-t-il y avoir une telle défiance vis-à-vis de la science (pour ne pas dire méfiance) ? Et pourquoi les altersciences, pour reprendre votre expression, paraissent plus séduisantes et dénuées des "défauts" qu'on semble attribuer à la science ? Pour reprendre votre premier exemple, comment arrive-t-on aujourd'hui à contester le lien entre le VIH et le sida ? En quoi cela est-il plus satisfaisant pour l'individu qui va croire à la théorie du complot qui se cache derrière ?

    • Alexandre Moatti Répondre | Permalink

      Je n'ai pas réponse à ces questions. Pour lire Nexus, il faut incontestablement s'intéresser à la science. Il n'existe pas de sociologie des lecteurs de ce type de revues. La seule fois où je l'ai vue aux mains de quelqu'un, c'est dans une réunion créationniste du CEP (mon livre chapitre VIII). Que des chrétiens intégristes intéressés à la science (ils appartiennent au CEP centre d'études et prospectives sur la science) lisent Nexus, revue à inspiration païenne et suggérant une origine extraterrestre de la vie, me laisse pantois. Encore une fois, c'est ce genre de connexions qui m'a fait me pencher sur ce sujet des réseaux de l'alterscience.

      • Narsan Répondre | Permalink

        Bonjour,

        J'ai peut-être une réponse à apporter concernant le profil de lecteurs, pour en être un moi-même. Je pense que certains articles du magazine méritent d'être pris avec des "pincettes", notamment ceux sur le VIH, l'ufologie, et le pranisme. Ce ne sont pas ceux qui m’intéresse. Nous avons un accès presque illimité à l'information, cependant nous sommes complètement modelés par une société faite de lobbies, et si nous ne sommes pas naïfs, nous ne nous posons pas toujours les bonnes questions. Je suis ingénieur en agro-alimentaire et je pense que certains articles valent le détour (en tout cas, ceux que j'ai lu sur l'industrie agro-alimentaire sont très vrais). Le monde ne tourne pas rond, notre élevage intensif peut se révéler être une horreur, et je pèse mes mots . Je m'intéresse beaucoup également à l'astronomie et à la physique quantique, et Nexus présente des théories différentes (pas forcément plus incohérentes que celles présentées dans d'autres magazines, ou par les frères Bogdanoff par exemple).
        Voilà, vous aurez un avis 🙂

        • Alexandre Moatti Répondre | Permalink

          Merci. La lecture de Nexus nécessite en effet un certain discernement.
          [NB : je réponds très tardivement à cause d'un pb. de modération des commentaires sur le blog]

  9. Wilde Répondre | Permalink

    Nexus est une revue très complexe, il y a bien entendu tout un tas d'article peu intéressant, farfelus, énervant, et dans le lot il y a bien entendu des personnes comme Jean-Pierre Petit, mais on a pu voir passer des Thierry Janssen également ou des articles sur des sujets émergeant (fascia pour le corps par exemple). La question est toujours : le lecteur a t il la culture et le recul suffisant pour faire le tri ou prendre les articles tel quel ou comme sujet à investiguer. (D'un autre côté quand on voit la nullité de tout un tas de revues "sérieuses" scientifiques on pourrait s'interroger pourquoi on s'énerve contre Nexus et pas d'autres.... personnellement en dehors de cerveau & psycho je ne lis quasiment rien en français)

    De manière plus générale, concernant la science, cela me fait penser à un article que j'ai lu récemment sur le réchauffement climatique, d'une personne qui abordait le sujet d'un point de vue psychologie cognitive et comment nous étions biaisé dans notre traitement de l'information (biais de confirmation etc.... on pourrait presque faire le lien avec les sectes millénaristes apocalyptiques), je pense également à un autre article de l'AFIS qui montrait qu'au final internet avait fait émerger la sur représentation de théories alternatives.

    Le problème de ne pas traiter d'un sujet soit de lassitude, soit de mépris fait que nécessairement cela engendre de la frustration et un désir d'en savoir plus sur des sujets qui "font rêver" ("raisonnement faible" etc..)

    Concernant le VIH et le SIDA : j'ai lu le dossier, je n'ai plus les idées claires sur le sujet, vous me pardonnerez les raccourcis. Ce que j'ai retenu c'est qu'il était dit que le premier cas de SIDA rencontré date du début du XXème siècle, et fut reporté par des médecins français sur des patients morphinomanes dont le système immunitaire s'effondrait... et que certains patients sont "séropositifs" et ne développent pas de SIDA (en fait ils posent la question de ce que l'on teste exactement dans les tests VIH, et pourquoi le VIH serait la seule maladie virale qui fonctionnerait à l'inverse dans les tests). La question méritait d'être posée compte tenu qu'après avoir dit que le SIDA tuait les gens l'annonce de presse faite à l'époque fut un virus (le VIH) serait probablement (qui a souvent été effacé) la cause d'un syndrome mortel (le SIDA)
    Ensuite il y a une intéressante étude historique sur comment certaines choses ont été annoncées (élections américaines, communauté gay, avenir de certains centres de soins US, les enjeux politiques et financiers sous jacent). J'en avais discuté avec des médecins de CDAG et ils ont été incapable de répondre aux questions soulevées dans l'article. Bref, la science avance grâce aux sceptiques. Des questions sont ouvertes, elles méritent réponses. Le mépris ne peut que faire germer de nombreux fantasmes.

    quand on voit le côté très peu scientifique de la médecine comparé aux autres domaines de la science, et compte tenu que cela touche des vies, cela mériterait probablement question (et sur pas mal de domaines)

  10. Olivier Répondre | Permalink

    Bonjour,
    Merci.
    Vous dites qu' "on peut estimer entre 8 et 15 000 exemplaires le montant des ventes de chaque numéro" de Nexus. J'imagine que vous parlez du papier (sans inclure les ventes électroniques) mais, même ainsi, cette estimation m'étonne dans la mesure où le tirage de Nexus est de 42 000 exemplaires. Y aurait-il un écart si important entre le tirage (et la visibilité en kiosques de la revue) et les ventes réelles ?
    D'autre part, concernant le linceul de Turin, il faut tout de même noté que les autorités vaticanes entretiennent - avec toutes les formulations alambiquées que peuvent prendre leurs discours - le mythe du suaire du Christ. Illustration récente avec le nouveau pape : http://www.zenit.org/fr/articles/se-laisser-regarder-par-l-homme-du-suaire-de-turin. Ce n'est donc pas uniquement l'affaire de certains milieux catholiques intégristes.
    Bien cordialement,

    • Alexandre Moatti Répondre | Permalink

      Pour la diffusion j'ai donné un ordre de grandeur - pas facile à savoir - d'où tirez-vous le chiffre de 42 000 ?

      Pour la 2e partie de votre commentaire, quand j'écris "le linceul de Turin, considéré comme le Suaire du Christ par certains catholiques intégristes", ceci n'exclut pas l'information que vous apportez. Classique problème de logique linguistique (la phrase ne fait pas de correspondance biunivoque). Merci en tout cas de votre information.

    • Alexandre Moatti Répondre | Permalink

      Olivier, Merci de ce lien : il est intéressant de voir que D. Dennery ait accès au grand quotidien de sa région, Sud-Ouest.

      Sur les chiffres de diffusion, Dennery dit 42 000. Wikipédia (lien) évoque (sans référence) 30 000 dont 40% restent invendus >>> c'est l'origine de mon évaluation (pour les exemplaires effectivement vendus), qui encore une fois n'est qu'une évaluation.

  11. Anne Répondre | Permalink

    Bonjour,
    En tant que Dr ès Sciences, je vous confirme que la revue Nexus est bien plus scientifique, est bien plus indépendante et dit bien plus de vérités que la plupart des revues dites "scientifiques" à la botte de l'industrie pharmaceutique...

      • Elias Répondre | Permalink

        Monsieur Moatti,
        Merci de permettre le dialogue. Quand les zautorités joueront le jeu de la transparence et de la démocratie sur des sujets qui concernent chacun de nous, alors, Nexus n'aura plus de raisons d'être.
        Pourquoi le Pr Joyeux est attaqué de toutes part et menacé par l'ordre pétiniste des toubibs, alors qu'il est difficile de trouver un mot de lui qui ne soit pas scientifique... dans la défiance des français envers la vaccination obligatoire, quel est le rôle d'une précédente ministre de la santé (encensée par les "scientifiques") qui avait fait acheter des millions de doses de vaccins ? Pourquoi d'autres pays comparables sans obligation vaccinale ? Où trouver une information non biaisée ? Pourquoi faire appel à une consultation citoyenne pour ne pas tenir compte de son avis ?
        Parlons de l'ex-AFSSA, ridicule à force de se positionner systématiquement du côté de lobbies (voir l'enquête SU VI MAX).
        Bref, il ne suffit pas de critiquer tel magazine, il faut de toute urgence examiner le triste paysage français de l'écologie, de la santé (OGM, vaches que tout le monde savait folles depuis des années, amiante, perturbateurs probablement responsable de la diminution de la qualité du sperme des occidentaux, -60% en 40 ans) et le pitoyable tableau de l'information (voir constats d'organismes internationaux à ce sujet, journaux et TV détenus par une poignée de milliardaires proches des politiques, lobbyistes et experts à la botte).
        Devant ce panorama terrifiant dans une "démocratie", je serais prêt à dire : merci Nexus ! (et donc à trouver suspects les critiques virulentes à son égard).
        Cordialement,
        M. E.

  12. Luberon1 Répondre | Permalink

    Merci Monsieur Moatti,
    J'ai croisé votre texte avec beaucoup d'autres concernant la sciencifité de Nexus (science alternative dans le jardon pseudo scientifique). Vous avez parfaitement raison mais peu importe mon opinion. En revanche, je trouve particulièrement intéressantes les réactions négatives voire agressives des aficionados des thèses exotiques. C'est presque une délectation que de trouver dans ces commentaires la panoplie quasi exhaustive des bais cognitifs ! Encore une preuve que croire est beaucoup plus confortable que de savoir ou, à défaut, d'apprendre !

Publier un commentaire