«Nous sommes tous des Africains» de Michel Brunet


Nous sommes tous des Africains.

C'est l'évidence et cela se voit à nos têtes!

Nous avons des crânes en forme de maison et des faces plates, où le plan du front, si on le prolonge, rejoint le menton. Notre menton? Un trait, justement, qui est spécifiquement sapiens. Il signe notre origine africaine récente à l'échelle géologique et il s'agit d'un «caractère dérivé» propre à notre espèce. Si nous sommes tous des Africains, c'est aussi parce que, a priori, toutes les espèces humaines et pré-humaines ont évolué en Afrique.

Dans un très bon livre qui vient de sortir, le paléoanthropologue Michel Brunet nous décrit les tenants et aboutissants de la recherche sur l'hominisation, le long processus évolutif, qui, en quelque huit millions d'années, a transformé certains singes simiens d'origine peut-être asiatique, mais parvenus en Afrique, en nous:

Nous sommes tous des Africains, Michel Brunet, Odile Jacob, (220 pages, 23,90 euros), 2016.

Nous sommes tous des Africains, Michel Brunet, Odile Jacob, (220 pages, 23,90 euros), 2016.

L'un des grands intérêts de ce livre est justement  de nous apprendre à manier les notions de caractère dérivé et de caractère ancestral et à utiliser ces deux notions majeures lorsque nous raisonnons sur l'évolution de formes vivantes. La lecture méticuleuse de son texte nous apprendra en effet à raisonner en terme de caractères apomorphes (dérivés), plésiomorphes (ancestraux) et autapomorphes (propres), donc à faire de la taxonomie (la description des taxons, ie des espèces) et de la cladistique (celle des liens de parenté), bref à pratiquer la théorie de l'évolution!

Le découvreur de deux hominidés qu'est Michel Brunet est devenu professeur au collège de France en 2007. Odile Jacob a pris l'excellente initiative de le pousser à aménager les cours qu'il y donne au public afin d'en tirer un livre. C'est pourquoi cet ouvrage est en fait un assemblage de leçons successives, courtes et intenses, dans lesquelles, par petites touches, le grand paléoanthropologue brosse la vision d'ensemble que l'on peut avoir de l'hominisation. Même pour moi qui couvre souvent des sujets de paléoanthopologie, la lecture de certains chapitres s'est avérée exigeante, parce que les pages denses, où les noms compliqués de formes hominidés se succèdent, demandent de s'accrocher, de prendre des notes mentales et de réfléchir ici et là pour être certain d'avoir compris ce que l'on compris… Toutefois, ce n'est pas grave, car les quelques chapitres où l'on rencontre ces pages ardues sont courts, de sorte que l'on peut faire avec eux ce que l'on fait avec toute leçon quand on veut vraiment apprendre : la relire!

Voici donc un excellent texte de maître qui sert à cela que nous offrent les grands professeurs: apprendre! Apprendre est passionnant et, ici, efficace. Faites en usage.

Publier un commentaire