Les Néandertaliens mangeaient du lapin à la moutarde

Un néandertalien nous regarde de derrière son cache-col en peau de lapin (C: Procy).

Fascinant, le regard de ce Néandertalien, non? C'est celui d'un tueur, d'un tueur expert de lapins. Gari – c'est le nom du Néandertalien – savait se poster en silence et une pierre à la main debout en retrait de la sortie d'un terrier. Là, il fallait attendre jusqu'à ce que tous les habitants du lieu où était creusée la garenne – les herbes, les insectes, les mulots… – aient cessé de crier au lapin la présence de son prédateur. Gari savait rester si immobile, une pierre à la main, que l'ensemble de la nature semblait se taire avec lui. Rassuré, le lapin sortait prudemment devant son terrier et flairait subtilement les alentours, prêt à bondir à la moindre vibration parasite, mais, déjà, le bras puissant de Gari se détendait…

Gari, le lapin

Au sein de son clan, les chasseurs moquaient gentiment son amour fou de la chasse au lapin. De fait, Gari semblaient avoir tous les attributs du lapin: ultra vigilant, il n'avait pas son pareil pour éviter une corne d'auroch ou un flanc d'éléphant au moment, si dangereux, de leur mise à mort par les chasseurs. Jamais il ne s'était fait surprendre et blesser par un mouvement brusque, ni même par un ours, ou par un loup acculés… Encore indemne à son âge, Gari était donc le plus fiable des hommes pendant la chasse au gros, mais, pour autant, il s'acharnait à attraper des lapins chaque jour, ces proies de rien, ces proies de femmes sur la prairie, de vieux entouré d'enfants ou encore d'hiver quand il fallait survivre et que l'on pouvait suivre les traces des lapins sur la neige.

Lui, les assommait, alors que la technique la plus utilisée pour les obtenir sans abimer leurs fourrures était celle du lacet à collet. Qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige, en hiver comme en été, de retour de grande chasse ou pendant les jours de repos, Gari chassait encore et toujours le lapin. Cela amusait beaucoup ses compagnons, qui l'avaient d'abord surnommé, «Gari», le «lapin», et ne le nommaient plus autrement aujourd'hui.

Un habit de lapin pour Gari le lapin

Plus étrange encore, Gari cuisinait lui-même ses lapins, qui constituaient pour lui une nourriture  supérieure même à la fine chair de jeune auroch ou au contenu chaud et fermenté de l'estomac d'un éléphanteau! Gari grillait ses lapins. Après avoir croqué leur foie et leur cœur, il les préparaient lentement au bord du feu, les retournant 1000 fois tout en les enduisant d'étranges préparations : des sauces qu'il préparait an mêlant à la graisse de l'animal des mélanges d'herbes pilées, qu'il avait choisi le long des sentes avant de les fourrer dans son sac de peau de lapin. Chaque fois, les enfants se massaient autour de lui, curieux de le voir faire et attendaient en silence qu'il veuille bien partager avec eux une friandise longuement dorée.

Le plus drôle était que les femmes du clan prenaient aussi plaisir à accompagner sa folie: ravies par les dizaines de peaux ornées de pattes, qu'il ramenait, elles en tiraient des cache-cols, des sacs, voire des ornements pour elles, mais elles s'étaient aussi beaucoup amusées à façonner pour Gari une tenue inspirée du lapin. Liées les unes aux autres avec cet art qu'elles seules maîtrisaient, 30 peaux de lapin constituaient une tenue, dont pendaient les pattes par dizaines; une femme s'était même amusé à tresser deux grandes oreilles pour son bonnet, de sorte que couvert de lapin, les pattes desséchées pendant par dizaines de son habit, coiffé d'un bonnet à oreilles et avec toujours deux ou trois lapins pendant de sa ceinture, Gari avait l'air de ce qu'il était : un fou de lapin !

Sérieux, cette histoire de lapin?

Sérieux tout cela? Ou alors s'agit-il seulement des élucubrations d'un journaliste scientifique plus très bondissant en fin de journée?  Oui, ma petite fiction sur Gari le lapin est fantaisiste, mais elle est aussi inspirée d'observations très sérieuses et très systématiques réalisées avec soin par Maxime Pelletier de l'université d'Oulu en Finlande, Emmanuel Desclaux de l'université de la Côte d'Azur, Jean-Philip Brugal et Pierre-Jean Texier de l'université d'Aix-Marseille. Ces quatre chercheurs ont en effet soigneusement analysé les restes de faune de l’abri de Pié Lombard, situé à Tourrettes-sur-Loup dans les Alpes maritimes.

Situé au pied d'une falaise calcaire, le site de Pié Lombard n'est pas facile d'accès et le reste aujourd'hui. Il s'agit sans doute d'une halte saisonnière, où un clan est régulièrement revenu pour exploiter les ressources de la région, dont le lapin… (C: M. Pelletier et al. )

Situé à seulement 9 kilomètres de la mer, cet abri contient les impressionnantes strates sédimentaires que les activités de chasseurs néandertaliens créèrent pendant leurs visites, probablement saisonnières. Datées par thermoluminescence à environ 70000 ans, elles ne contiennent pas moins de 1000 restes d’outils de pierre et de faune par mètre carré ! Or, outre des restes de grands mammifères – cerfs, bouquetins, chamois, panthères, loups, sangliers, ours, marmottes, castors, éléphants…, les fouilleurs ont retrouvés ceux de reptiles, de rongeurs, de chauves-souris et de 24 espèces d’oiseaux. S’il est difficile de savoir comment ces animaux morts ont laissé des os dans l’abri, il est au moins certain que les chasseurs néandertaliens y ont introduit plusieurs carcasses de bouquetins et de cerfs pour les exploiter immédiatement. Toutefois, c’est le nombre de restes osseux de lapins qui attire l’attention.

Pourquoi? Parce que, nous le savons bien, les néandertaliens étaient des hypercarnivores (À ce propos, lire le livre Néandertal, mon frère, coécrit par votre serviteur, auteur de ce blog). Comment le savons-nous ? Notamment parce que plus on monte le long de la chaîne alimentaire, plus certains radio-isotopes, tels le carbone 13 ou l’azote 15, etc., s’accumulent dans les chairs, les dents et les os des prédateurs. Or la signature isotopique des néandertaliens, les rend plus comparables à la hyène, qu’au lapin… Les néandertaliens avaient de gros besoins énergétiques, et, pour cette raison, cherchaient à abattre de grandes proies, capables de nourrir le clan en une fois.

Pour autant, négligeaient-ils les petites proies ? Les souris, les lapins, les oiseaux ? Nous nous doutions que non, parce que les nécessités de la survie pendant la mauvaise saison dictent de ne négliger aucune proie. Par ailleurs, les lapins, par exemple, ont des peaux remarquablement fines et agréables à toucher, ce qui n'a pu échapper à des chasseurs comme les néandertaliens, qui tuaient aussi beaucoup d'animaux pour leurs fourrures, comme des ours ou des loups, par exemple. Or le cas de l'abri du Pié Lombard nous prouve que sur la Méditerranée au moins, Homo neanderthalensis, ne négligeait pas de consommer Oryctolagus cuniculus, c’est-à-dire le lapin européen.

16084 os de lapins

Les chercheurs ont en effet retrouvé pas moins de 16084 os de ces lagomorphes, ce qui correspond à pas moins de 225 individus. Au moins 219 avaient plus de 5 mois, ce qui signifie qu’ils étaient presque adultes, puisque chez les lapins la maturité est atteinte vers huit mois. Ce taux de lapins adultes ou quasi adultes distingue l’assemblage de ceux qu’auraient pu produire des renards ou d’autres petits prédateurs solitaires, et semble caractéristique d’un grand prédateur. La présence sur nombre des os de traces de découpe achève de convaincre qu’il est, au moins en grande partie, dû aux Néandertaliens. Du reste, de nombreux os, tout particulièrement les os longs, ont été brisés pour libérer la moelle, souvent par l’attaque orthogonale d’une pierre, semble-t-il. Nombre d’entre eux sont brûlés, ce qui suggère qu’au Pié Lombard les Néandertaliens grillaient les lapins, plutôt que de les faire bouillir comme ils semblent l’avoir pratiqué sur le site des Canalettes sur les Causses de l’Aveyron. Au final, les lapins semblent avoir constitué de non négligeables 7% de l’apport en protéines animales des occupants du site. Cela dépasse de loin ce qui avait été observé jusque-là chez les Néandertaliens.

Quelque uns des très nombreux os longs de lapin privé de leurs extrémités retrouvés sur le site de Pié Lombard. (C: M. Pelletier et al.)

Point particulièrement intéressant : les os des pattes manquent largement. Or toute personne qui a déjà dépouillé un lapin sait qu’après avoir incisé la peau au niveau du cou, on peut facilement tirer dessus pour la détacher des chairs jusqu’aux pattes (ou alors jusqu'au cou, si l'on a pendu le lapin par les pattes de derrière), où, cependant, elle résiste. Pour aller plus  vite, on est ainsi conduit à couper les pattes, ce qui est d’autant plus tentant que cette partie du corps sèche sans pourrir. Manifestement, les néandertaliens ne s’y prenaient pas autrement, et ils avaient un usage pour les nombreuses peaux de lapins et pattes de lapins ainsi obtenues. Un usage vestimentaire ? La veste en peau de lapin et la patte de lapin porte-bonheur ne datent peut-être pas d’hier!

Le lapin à la moutarde de Gari

Quoi qu'il en soit, parmi les herbes que Gari ramassait et fourrait dans son sac en peau de lapin, il y avait du Sénévé (Sinapis arvensis). C'est ainsi qu'il nommait le mélange quelque peu fermenté et moisi qu'il tirait des graines de cette plante, que nous nommons aujourd'hui la moutarde des champs, mais que nous devrions appeler «moutarde de Gari». Des graines et des feuilles tendre de cette plante, Gari tirait un mélange tonique dont il enduisaient les cuisses des lapins qu'il grillait. Et une fois qu'ils avait mangé du lapin à la moutarde de Gari, les enfants du clan bondissaient partout.

Comme Gari! Comme des lapins!


2 commentaires pour “Les Néandertaliens mangeaient du lapin à la moutarde”

Publier un commentaire