Un rare témoignage français de la conquête arabo-berbère


Récemment, dans «Mahomet et Charlemagne» de Henri Pirenne, je vous parlais de la naissance de l'Occident, suite à la disparition du monde méditerranéen de l'Antiquité. Ce phénomène historique majeur, vous disais-je, était une réaction à un phénomène aussi inattendu, que puissant et rapide : l'expansion de l'Islam.

L'expansion des armées arabes et ses phases. (C: Bontenbal)

L'expansion des armées arabes et ses phases. (C: Bontenbal)

Lancée au milieu du VIIe siècle, celle-ci atteint déjà à la fin du même siècle le Maghreb, c'est-à-dire l'«Occident» berbère. À partir de 711, les troupes arabo-berbères (dont les soldats berbères avaient donc été tout nouvellement convertis) conquièrent en quelques années l'Hispanie wisigothique, puis vers 720 de notre ère, la Septimanie wisigothique, c'est-à-dire le couloir littoral allant aujourd'hui de la frontière espagnole au Rhône. Sous la domination musulmane, Narbonne devient pour 40 ans Arbûna, le siège d'un wâli (gouvernorat) de Al-Andalus, l'Espagne musulmane augmentée (brièvement) de la Septimanie.

La région occupée pendant approximativement 40 ans par les troupes arabo-berbères venues d'Espagne. (C: G. Devilder)

La région occupée pendant approximativement 40 ans par les troupes arabo-berbères venues d'Espagne. (C: G. Devilder)

Après avoir brisé l'élan de la conquête musulmane, les Francs, qui par ailleurs ont fort à faire avec les Vikings (qui lanceront aussi des attaques pirates en Afrique du Nord), exercent très vite une forte pression militaire sur les Maures. Ainsi, en 737, les Francs conquièrent, ou plutôt ravagent Nîmes... qui sera ensuite reprise par les sarrasins et définitivement franque en 754 après moults démêlés. Instruits par cette expérience, et par ailleurs libres de pratiquer leur religion sous la férule musulmane, la population wisigothique de Narbonne aidera les Maures à résister aux Francs…

Ainsi, les Maures sont restés trente à quarante ans en Septimanie, où ils eurent manifestement des affinités avec les Wisigoths qu'ils fréquentaient de longue date et venaient de soumettre en Hispanie. Un témoignage rare de leur présence à Nîmes vient d'être connu : avec des collègues de l’université de Bordeaux et de l’Inrap, dont il fait partie, Yves Gleize a étudié l'identité de trois défunts, dont les tombes avaient été découvertes en 2006 sous le boulevard Jean Jaurès à Nîmes (lire l'actualité de Pour la Science Trois tombes maures du Moyen-Âge identifiées à Nîmes). Les défunts y ont été couchés leur côté droit en faisant face à La Mecque, ce qui correspond à un usage funéraire musulman typique : celui des tombes Al Lahd:

Il y a approximativement 1 250 ans, ces trois hommes d’origine nord-africaine ont été enterrés à Nîmes selon le rite musulman, c’est-à-dire qu’ils ont été couchés sur leur côté droit en faisant face à La Mecque. (C: Inrap)

Il y a approximativement 1 250 ans, ces trois hommes d’origine nord-africaine ont été enterrés à Nîmes selon un rite musulman, c’est-à-dire qu’ils ont été couchés sur leur côté droit en faisant face à La Mecque. (C: Inrap)

 

Les chercheurs ont étudié certaines partie du génome des défunts et établi qu'ils sont d'origine maghrébine. Selon eux, le plus probable est qu'il s'agit de soldats de la garnison. Toutefois, l'histoire de la région à l'époque de l'expansion de l'Islam est si confuse, que l'on ignore la nature de la présence maure en Septimanie. Une communauté musulmane s'était peut-être établie dans Nîmes et y sera restée après le départ des troupes maures? Des marchands maures venaient peut-être encore d'Espagne après le verrouillage carolingien de la frontière, car leur commerce était bienvenu? Nous ne savons pas. Au contraire de l'histoire des guerres, l'histoire des gens est bien mystérieuse.


Un commentaire pour “Un rare témoignage français de la conquête arabo-berbère”

  1. vincent Répondre | Permalink

    article intéressant sur les relations des wisigothiques avec l'islam. Il nous rappelle que les royaumes wisigothiques qui étaient dirigés par des souverains de religion Arienne "hérésie" du christianisme et avaient un population majoritairement catholique étaient marqué par une grande tolérance religieuse. Cette tolérance ne leur a pas toujours porté chance avec les francs comme en témoigne la croisade des francs contre les albigeois et la disparition du conté de Toulouse l'héritier du royaume wisigothique . Elle est toutefois mon avis à l'une des racines de la prise de conscience du christianisme et de l'occident de la nécessité d'une tolérance religieuse avec l'expérience protestante une des origines de notre laïcité

Publier un commentaire