La vérité sur le Livre de la Jungle

08.04.2016 par Loïc Mangin, dans Articles & Billets

Après Rio et Le Monde de Némo (et ici aussi), je continue mon exploration des films d’animation avec ma casquette de justicier des bestioles ! Le 13 avril sort sur les écrans Le Livre de la jungle, mis en scène par Jon Favreau, pour le compte de Walt Disney Pictures.

00-The_Jungle_Book_2016

© Disney

Ce n’est pas la première version… On a tous en tête le dessin animé de Walt Disney, sorti en 1967, mais même lui celui-ci s’inscrit dans une longue liste alternant animation et films en images réelles (ou vaguement) :

  • Le Livre de la jungle, de Zoltan Korda, en 1942.

01-The_Jungle_Book_1942

  • Maugli, un dessin animé russe de Roman Davydov, en 1967.
  • Le Livre de la jungle, de Stephen Sommers (pour Walt Disney Pictures), en 1994.
© Disney

© Disney

  • Les Nouvelles Aventures de Mowgli, de Duncan McLachlan, en 1997.
  • Jungle Book : Lost Treasure (une variation sur le même thème), de Michael McGreevey, en 1998.
  • Le Livre de la jungle 2, de Steve Trenbirth (pour Walt Disney Pictures), en 2003.
© Disney

© Disney

…et ce n’est pas la dernière prévue. Un Jungle Book : Origins est prévu pour fin 2017. Mis en scène par Andy Serkis (le Golum du Seigneur des Anneaux, le César de La Planète des singes, le King Kong de… King Kong). Grâce à la technique de motion capture, Serkis deviendra Baloo (sans doute en a-t-il assez des singes), Christian Bale Bagheera (le noir de Batman doit lui manquer), Benedict Cumberbatch (Sherlock et Turing) Shere Khan, Cate Blanchett Kaa…

Tous ces films sont – plus ou moins librement – adaptés de The Jungle Book, un recueil de nouvelles écrit par le Britannique Rudyard Kipling (1865 - 1936) lors d’un long séjour dans le Vermont, aux États-Unis. L’inspiration lui vint des années qu’il passa en Inde. Juste pour rappel (est-ce bien nécessaire ?), plusieurs nouvelles racontent l’histoire de Mowgli, un enfant recueilli et élevé par des loups qui vit de nombreuses aventures parmi les animaux de la jungle. En revanche, peu savent que les nouvelles (à part ceux qui ont lu le livre) ne se déroulent pas toutes dans la jungle indienne. Et Mowgli n’est pas présent dans chacune. Par exemple, il n’intervient pas dans l'histoire des phoques, qui se déroule en Alaska sous un climat bien moins tropical !!!

Restons dans la jungle. À en croire les versions cinématographiques on pourrait imaginer que Kipling s’est sérieusement mélangé les pinceaux avec les espèces animales et qu’il en a fait un melting-pot des cinq continents. Il n’en est rien, il suffit juste de bien choisir les espèces. Ce que n’ont pas fait les équipes de Walt Disney, aussi bien pour la version de 1967 que celle de 2016… Passage en revue des bestioles stars et de quelques carabistouilles au passage.

À tout seigneur, tout honneur, commençons par Bagheera, la panthère noire, meilleur amie de Mowgli.

Bagheera en 1967. © Disney.

Bagheera en 1967. © Disney.

Bagheera en 2016. © Disney.

Bagheera en 2016. © Disney.

Il s’agit en fait d’un léopard Panthera pardus, le plus souvent tacheté. On le trouve de l’Afrique jusqu’en Asie du Sud-Est sous la forme de plusieurs sous-espèces : le léopard d'Afrique Panthera pardus pardus ; le léopard d'Indochine Panthera pardus delacouri ; le léopard de Perse Panthera pardus saxicolor ; le léopard du Sri Lanka Panthera pardus kotiya ; le léopard de Chine du Nord Panthera pardus japonensis ; le léopard de l'Amour Panthera pardus orientalis...

Bagheera est probablement de la sous-espèce indienne Panthera pardus fusca.

Un léopard Panthera pardus fusca, la sous-espèce indienne de léopard. © K. Varma.

Un léopard Panthera pardus fusca, la sous-espèce indienne de léopard. © K. Varma.

Le pelage noir des panthères noires résulte d’une mutation génétique qui conduit au mélanisme : l’ensemble des poils sont noirs.

Une panthère noire.

Une panthère noire.

Les tâches disparaissent-elles pour autant ? Non, observées en infrarouge, on voit qu’elles sont bel et bien là.

Les taches d’une panthère noire vues en infrarouge. ©Rimba/AFP

Les taches d’une panthère noire vues en infrarouge. ©Rimba/AFP

Donc Bagheera est une panthère tachetée de noir sur fond noir. Dans les faits, Mowgli aurait dû se méfier de son amie, car on recense plusieurs léopards mangeurs d'hommes. Deux cas sont célèbres en Inde au début du XXe siècle pour avoir attaqué de 125 à 400 individus ! Les deux bestioles ont été tuées par un certain Jim Corbett qui a à son palmarès une douzaine de félins mangeurs d'hommes (léopards et tigres).

Autre star du Livre de la jungle, l’ours Baloo à qui il en faut peu pour être heureux ! Allez, cela fait toujours du bien :

Dans la version de 1967, il ressemble à ça.

Baloo en 1967. © Disney.

Baloo en 2016. © Disney.

Dans les deux cas, il ressemble à un grizzly Ursus arctos horribilis une sous-espèce nord-américaine de l’ours brun Ursus arctos.

Stepan, un ours brun prêt pour un pique-nique. © Caters News.

Le problème est que ces animaux vivent dans les contrées septentrionales, au Canada, en Alaska, en Sibérie… mais pas en Inde. Dans ce pays, on trouve bien des ours, mais ce sont les ours lippus Melursus ursinus, aussi nommés ours à miel, ours paresseux (ça pourrait aller à Baloo) ou ours à longues lèvres.

Un ours lippu Melursus ursinus. © V. Pandey

Il manque donc un collier blanc à Baloo.

Kaa, le serpent en qui on doit avoir confianssssssse, est sans doute un python molure Python molurus.

Kaa en 1967. © Disney.

Kaa en 1967. © Disney.

Kaa en 2016. © Disney.

Kaa en 2016. © Disney.

Autant en 1967, c’était un homme qui le doublait (en l’occurrence l’indispensable Roger Carel), autant et 2016 et en 2017, le rôle est dévolu à des femmes (Scarlett Johansson et Cate Blanchett).

Un python des rochers Python molurus. © T. Vickers

Un python des rochers Python molurus. © T. Vickers

La bête peut atteindre 6 mètres pour une centaine de kilogrammes. Pour lui, pas de problème, il vit bien en Inde, même s’il a été introduit en Floride où il est désormais en concurrence avec l'alligator dans les Everglades.

Pas de souci non plus pour le méchant, le tigre Shere Khan dont le nom serait inspiré de celui d'un prince pachtoune rencontré par Kipling en Afghanistan, Shere Khan Nasher.

Shere Khan en 1967. © Disney.

Shere Khan en 1967. © Disney.

Shere Khan en 2016. © Disney.

Shere Khan en 2016. © Disney.

Nous avons affaire à un tigre du Bengale Panthera tigris tigris tout ce qu’il y a de plus indien. Tout va bien.

Un tigre du Bengale. © J. & K. Hollingsworth Un tigre du Bengale. © J. & K. Hollingsworth

Un tigre du Bengale. © J. & K. Hollingsworth

Cela se corse avec les éléphants emmenés par le colonel Hathi.

Les éléphants en 1967. © Disney.

Les éléphants en 1967. © Disney.

Les éléphants en 2016. © Disney.

Les éléphants en 2016. © Disney.

Leurs défenses sont bien longues (c’est surtout le cas dans la version 2016) et leurs oreilles un peu grandes pour des éléphants d’Asie (le genre Elephas), ceux que l’on trouve en Inde. Cependant, on ne peut pas vraiment dire non plus qu’il s’agit d’éléphants d’Afrique (le genre Loxodonta), car les oreilles ne sont pas assez grandes et surtout le haut du crâne (deux bosses séparées par un dépression) correspond bien à ceux d’Asie.

En revanche, la trompe visible ici par exemple est à deux « doigts ».

Junior. © Disney

Junior. © Disney

Or seuls les éléphants d’Afrique sont dotés d’un tel attribut. La trompe des éléphants d’Asie n’a qu’un seul « doigt ». On a donc une sorte de mélange. Voilà de quoi vous y retrouver !

Un guide comparatif pour savoir sur quoi vous tombez dans la forêt !

Un guide comparatif pour savoir sur quoi vous tombez dans la forêt !

Ainsi, vous constatez que l’on ne voit pas assez d’ongles aux pieds des éléphants.

Finissons en beauté avec le peuple des singes et son chef, le Roi Louie !

D’abord, celui-ci (absent du livre de Kipling où les singes, les Bandar-Log, n'ont pas de chef) apparaît sous les traits d’un orang-outan, alors que ceux-ci (le genre Pongo) ne vivent qu’en Indonésie, plus précisément à Bornéo et à Sumatra.

Le roi Louie en 1967. © Disney.

Le roi Louie en 1967. © Disney.

Le roi Louie en 2016. © Disney.

Le roi Louie en 2016. © Disney.

Autre liberté prise avec la réalité, les sbires du Roi Louie sont présentés avec une queue préhensile qui leur permet de s’accrocher aux arbres.

Des singes de l'ancien monde avec des queues préhensiles !!!!! © Disney

Des singes de l'ancien monde avec des queues préhensiles !!!!! © Disney

Pourtant, seuls les espèces du Nouveau-Monde (rassemblés dans le groupe des Platyrhiniens) en ont – parfois – une. C’est le cas des singes hurleurs et des atèles.

Que ces considérations ne vous empêchent pas d’aller voir la nouvelle version. Et, si d’aventure elle ne vous plaît pas, foncez revoir le dessin animé de 1967. Et puis, en fin de compte…

 

Pour en savoir plus :

 


2 commentaires pour “La vérité sur le Livre de la Jungle

  1. David Répondre | Permalink

    Tout d'abord, merci pour votre article et de manière générale, votre blog que je suis régulièrement.
    Dans le dessin animé, on voit apparaitre aussi des loups ?? et des vautours ? qu'en est-il de tout ça ?

    cordialement
    David

  2. Serge Signore Répondre | Permalink

    Bravo Loïc pour cet article.
    Je rajouterai deux ou trois trucs.
    1- Les noms des animaux, sont les noms indiens. Baloo signifie ours en indi, Baghera, panthère ... Seul Sher Khan sort du lot. En Indi, tigre se dit Bagh et tigresse Baghinn.
    En fait, Sher signifie Lion et Kahn, Roi.
    2- En 67, le tigre représenté est un tigre de Sumatra, facile à reconnaître avec son collier de poils blancs.
    3- David, les loups indiens sont moins trappu que ceux representés et les vautour sont très présents en Inde, même si les populations ont chutées suite suite à la médication du bétail.
    Bonne journée à tous.
    Serge

Publier un commentaire