RSS
 

Mangeait-on du cochon en Mésopotamie ?

A partir du XIe millénaire avant notre ère, tout en continuant à chasser certaines espèces, l’homme a commencé à domestiquer des animaux de rente pour se procurer non seulement de la viande mais aussi du lait, de la peau, de la laine et une force de travail avec les animaux de trait ou de bât. Le cochon (domestiqué au IXe millénaire), quant à lui, est élevé seulement pour sa viande et sa graisse, ce qui en fait un animal un... Lire la suite

Les archéologues français sont de retour dans le sud de l’Irak

Depuis les années 2010, les archéologues français sont présents dans le Kurdistan irakien aux côtés de nombreuses équipes venant du monde entier. En revanche, ils n’avaient pas, jusqu’à présent, obtenu l’autorisation des autorités françaises de travailler dans la partie sud de l’Irak, au cœur de l’ancienne Mésopotamie, jugée trop dangereuse. L’année 2019 aura vu le retour des archéologues français à Larsa, un site fouillé depuis 1933 et en continu de 1967 à 1989. Entre 2000 et 2002, après une absence... Lire la suite

Ougarit, un site syrien fouillé depuis 90 ans

C’est en 1929 que C. Schaeffer entame une exploration du site archéologique du tell Ras Shamra (la colline aux fenouils), l’antique ville d’Ougarit, un mois après avoir commencé la fouille de son port sur la Méditerranée, Mahadu (Minet el-Beida), au nord de la ville moderne de Lattaquié. Interrompues pendant la seconde Guerre Mondiale, les fouilles font, depuis 1999, l’objet d’une mission conjointe franco-syrienne, sous la direction pour la partie française de V. Matoïan. En 2011, l’équipe française a dû suspendre... Lire la suite

Peut-on apprendre aux ordinateurs à déchiffrer les écritures cunéiformes ?

Les historiens et archéologues de l’antiquité ont de plus en plus recours aux humanités numériques pour archiver, organiser et interroger leurs données. Et si les ordinateurs pouvaient faire le travail des assyriologues et déchiffrer les écritures cunéiformes ? Plusieurs projets tendent vers ce but en Europe et en Amérique. Le défi est d’ampleur. En effet, les écritures cunéiformes proposent trois systèmes différents, logographique (un signe pour un mot), syllabique (un signe pour une syllabe) et alphabétique, avec, pour la grande majorité... Lire la suite

Que nous apprennent les empreintes digitales sur l’argile ?

La vaisselle, les étiquettes de récipients ou ballots de marchandises, voire les tablettes cunéiformes, tous ces objets fait d’argile finement préparée présentent régulièrement des empreintes d’autres matériaux. Il peut s’agir de la trame d’un textile qui a servi à fermer un vase ou protéger une tablette. Parfois on a affaire à la trace des roseaux d’un panier ou du bois d’un coffre. On trouve aussi occasionnellement l’empreinte d’une feuille ou d’une plume qui traînait à proximité de l’endroit où l’objet... Lire la suite

Babylone enfin classée au Patrimoine mondial de l’Unesco

Trois ans après les marais et les sites du sud de l’Irak, les vestiges de la grande cité antique de Babylone, à 85 km au sud de Bagdad, ont rejoint le 5 juillet dernier la liste des sites du Patrimoine mondial de l’Unesco après cinq essais infructueux. Déjà habité au VIe millénaire avant J.-C., ce site de taille réduite voit son nom, Babbal, mentionné pour la première fois dans les textes de l’époque d’Akkad (24e siècle). Principauté amorrite au tout... Lire la suite

Retrouver les couleurs des textiles antiques

Selon les incantations mésopotamiennes rédigées en sumérien et en akkadien, la cornaline est associée au sexe féminin tandis que le lapis-lazuli représente le sexe masculin. Derrière la symbolique attachée à ces pierres semi-précieuses figurent les couleurs bleu et rouge intenses qui, de ce fait, deviennent genrées. Le rouge et le bleu sont les principales couleurs des textiles teints dans les textes cunéiformes, sans toutefois une claire association au genre de leur porteur ; les textiles teints en jaune ou vert sont... Lire la suite

Un kudurru babylonien saisi en Grande-Bretagne

Au début du mois de mars, une stèle en pierre inscrite en cunéiforme et décorée de reliefs – un kudurru –, datant de la fin du 12e siècle av. J.-C., a été saisie à l’aéroport de Heathrow alors que son acheteur tentait de la faire entrer en Grande-Bretagne. L’étiquette apposée sur la caisse indiquait : « pierre taillée pour décoration d’intérieur fabriquée en Turquie ». Transmise au British Museum pour identification, la stèle a été restituée à l’ambassade d’Irak à Londres le 19... Lire la suite

Une nouvelle archive cunéiforme découverte en 2018 à Kunara dans le Kurdistan irakien

Sur la rive droite de la rivière Tanjaro dans le Kurdistan irakien, dans les piémonts du Zagros, à 5 km au sud-ouest de la ville de Souleymaniyeh, se trouve le site de Kunara. Cette région, inaccessible du temps de Saddam Hussein, manque de données historiques. Les fouilles débutées sur ce site en 2012 sous la direction de Christine Kepinski, dans le cadre de la mission archéologique du Peramagron, se poursuivent depuis 2015 sous la direction d’Aline Tenu, avec le soutien du... Lire la suite

Lamia al-Gailani Werr, une vie consacrée à la sauvegarde du patrimoine archéologique irakien

Lamia al-Gailani Werr, l’une des premières femmes archéologues irakiennes, surnommée « trésor irakien » ou encore « la rose de Bagdad », a consacré sa vie à la préservation du patrimoine archéologique de son pays. Elle est décédée le 18 janvier 2019 à Amman, en Jordanie. Sa mort suit de peu celle de l’assyriologue Bahija Khalil Ismail, première femme à avoir dirigé le Musée National Irakien. Entre Irak et Grande-Bretagne Lamia al-Gailani Werr descend du célèbre soufi du 12e siècle, Abdul-Qadir Gailani. Issue d’une famille... Lire la suite