L’aboutissement d’un projet centenaire : l’encyclopédie sur les cultures du Proche-Orient antique


Le quinzième et dernier volume du Reallexikon der Assyriologie und Vorderasiatischen Archäologie (RlA, encyclopédie sur les cultures du Proche-Orient antique utilisant l’écriture cunéiforme) a été remis à l’éditeur en 2017 : ce projet de longue haleine aura duré presque cent ans ! C’est en effet en 1922 que B. Meissner, déjà auteur de plusieurs ouvrages sur les Assyriens et les Babyloniens, propose de lancer le projet d’une encyclopédie pour l’assyriologie, une discipline alors encore jeune. En 1922, cela fait alors soixante-cinq ans que l’akkadien cunéiforme est déchiffré, une quinzaine d’années que F. Thureau-Dangin a publié son ouvrage sur les inscriptions royales sumériennes et un peu plus de cinq ans que B. Hrozný est parvenu à lire des textes hittites. Br. Meissner, auquel s’associe E. Ebeling, un collègue de Berlin, a alors pour modèles les encyclopédies classiques initiées par A. Pauly en 1839 et G. Wissowa en 1890.  Walter de Gruyter, éditeur commercial du Zeitschrift für Assyriologie depuis 1886, l’un des plus anciens journaux de la discipline, accepte de se lancer dans l’aventure.

À l’origine, le projet consiste en la publication de deux volumes totalisant 1 600 pages pour couvrir l’ensemble des entrées de A à Z. Les deux premiers volumes du RlA parus entre 1928 et 1938 totalisent 974 pages, rédigées par 35 auteurs germanophones, et couvrent en réalité uniquement les cinq premières lettres de l’alphabet. Si Br. Meissner n’a écrit qu’un seul article, celui consacré à l’agriculture, E. Ebeling a, quant à lui, rédigé 2 119 entrées rien que dans ces deux premiers volumes ![1]

Interrompu pendant la seconde Guerre Mondiale, le projet est ré-initié lors des premières « Rencontre Assyriologique Internationale » qui se tiennent à Paris en 1950 et 1951, et à Leyde en 1952. Une commission internationale est créée : elle choisit de poursuivre le projet encyclopédique avec un titre élargi à l’archéologie du Proche-Orient antique. Le premier fascicule du volume III paraît en 1957, avec pour éditeur E. Weidner, auteur au total de 63 articles. Lorsque W. von Soden reprend l’édition du RlA à Münster en 1966, il forme un comité éditorial international. Sous la plume de 73 auteurs originaires de 14 pays différents les articles du volume III (1957-1971) paraissent désormais en trois langues : allemand, anglais et français, avec toutefois les titres des entrées en allemand. Le premier article en français porte sur les lois et est rédigé par l’historien du droit G. Cardascia. En 1972, D.-O. Edzard prend la tête du comité éditorial à Munich. Il le dirige jusqu’à sa mort en 2004, et publie sept volumes (4 000 pages) couvrant les lettres H à P ; il rédige lui-même 422 entrées. L’expansion du projet est le reflet d’une discipline en pleine croissance. En 2004, le projet est transféré à LeipzigM. Streck (150 entrées) en prend la direction.

À l’heure où le dernier fascicule vient d’être envoyé à l’éditeur,[2] cette encyclopédie presque centenaire compte donc 15 volumes de 7 700 pages et 9 500 articles rédigés par 585 auteurs différents. Les articles sont consacrés à des sites géographiques, des divinités, des noms propres, des concepts et notions culturelles, des œuvres d’art et de littérature, l’histoire de la discipline, la loi, les sciences, la faune, la flore… Parmi les articles les plus longs figurent « Assyrien » (75 pages), « Listes chronologiques » (65 pages) et « Poids et mesures » (63 pages).

La longévité de ce projet encyclopédique qui arrive à son terme n’a pas été égalée dans la discipline ; le Chicago Assyrian Dictionary (CAD) qui compte 26 volumes publiés, accessibles gratuitement en ligne, n’a duré que 55 ans (entre 1956 et 2010). Bien sûr, les premiers volumes du RlA sont complètement obsolètes, et un projet a été déposé pour les écrire à nouveau pour une version en ligne. Une telle entreprise n’est envisageable que sur le long terme et ne peut être menée dans le cadre des appels à projets de durée limitée proposés aux chercheurs français. En revanche, en Allemagne, les Académies des sciences régionales proposent de financer de tels projets sur la longue durée (au-delà de vingt ans).

Cécile Michel (47 articles dans le RlA)

[1] Il est possible de connaître le nombre d’entrées écrites par chacun des auteurs des 15 volumes parus du RlA.

[2] L’histoire de cette encyclopédie a fait l’objet d’une présentation par son éditeur en chef Michael Streck dans le cadre de la 63ème Rencontre Assyriologique Internationale qui s’est tenue à Marbourg (Allemagne), du 24 au 28 juillet 2017.

 


Un commentaire pour “L’aboutissement d’un projet centenaire : l’encyclopédie sur les cultures du Proche-Orient antique”

Publier un commentaire