Faux antiques. Les scribes mésopotamiens déjà faussaires ?


Pendant les trois millénaires d’utilisation de l’écriture cunéiforme, les scribes mésopotamiens ont inlassablement recopié des textes dans le cadre de leur éducation afin de les mémoriser ou encore pour les préserver dans les bibliothèques savantes. Ils ont aussi créé des faux, reproduisant parfois l’écriture archaïque des temps anciens, réécrivant alors leur histoire. Certains de ces faux antiques sont bien connus des assyriologues, comme le monument cruciforme de Manishtushu ou une lettre soi-disant écrite par Gilgamesh.

Le monument de Manishtushu, réalisé dans une pierre de basalte noire, présente une section en forme de croix. Cet objet, conservé au British Museum (Londres), porte une inscription de 346 lignes de texte en cunéiforme répartie sur ses douze côtés. Selon le texte, ce monument daterait du roi Manishtushu qui a régné sur le pays d’Akkad au 23e siècle avant J.-C. Il concerne la rénovation du temple du dieu Soleil, Shamash, et une dotation importante de la couronne pour le temple. Des anachronismes à la fois historiques et philologiques ont permis aux assyriologues de révoquer l’authenticité de ce monument qui, en outre, a été découvert dans des niveaux néo-babyloniens bien plus récents (6e siècle av. J.-C.). Le lapicide qui a réalisé l’inscription s’est appliqué à composer un texte archaïque, jusqu’à la forme des signes, mais il a mêlé des éléments de différentes époques. Le texte a sans doute été rédigé par les prêtres du temple de Shamash : sous prétexte que le temple aurait bénéficié de privilèges par le passé, il devrait continuer à bénéficier de la générosité du souverain. Il s’agirait donc d’une manipulation du passé afin d’orienter le présent.

En dehors de ce monument, plusieurs lettres royales fictives ont été attribuées à des rois importants des IIIe et IIe millénaires avant J.-C. Celle prétendument écrite par Gilgamesh, héro qui aurait régné sur la ville d’Uruk au 27e siècle av. J.-C. est sans doute l’une des plus célèbres ; il en existe des exemplaires des 7e et 6e siècles. Dans cette lettre, Gilgamesh s’adresse à un roi inconnu le menaçant d’une action militaire dévastatrice s’il ne souscrit pas à ses demandes gargantuesques et ubuesques, comme par exemple : 70 000 chevaux blancs à rayures noires, 70 000 chevaux noirs à rayures blanches, 100 000 juments dont les corps portent des marques comme des racines d'arbres sauvages, 40 000 veaux miniatures gambadant de façon continue (...) 90 000 talents (2 700 tonnes) de fer : pur, excellent, de choix, sélectionné, examiné minutieusement, précieux, de première qualité, frappé, impeccable, de sorte que le forgeron puisse en faire des cerfs. » Il ajoute : « Je veux attacher une pépite d'or rouge pesant 15 kg à la poitrine de mon ami Enkidu. » Cette dernière demande qui concerne la confection d’une statue en or fait allusion à l’Epopée de Gilgamesh dans laquelle le héros demeure inconsolable de la mort de son ami[1]. Cette lettre fictive, qui parodie le style royal assyrien, émane d’érudits évoluant dans des centres culturels excentrés de l’empire assyrien et qui sont engagés dans des écrits contre-discursifs sur le roi et la royauté.

Il n’est pas surprenant que ces faux antiques datent des 7e et 6e siècles avant J.-C., une période pendant laquelle les rois ont développé un véritable goût pour les antiquités, allant même jusqu’à créer des musées où ils conservent des inscriptions anciennes. Les érudits recopient ces inscriptions, en s’appliquant à reproduire les signes anciens. Et c’est parmi les copies de textes authentiques que fleurissent ainsi des contrefaçons historiques.

 

[1] L'Épopée de Gilgamesh: Le grand homme qui ne voulait pas mourir (traduit et présenté par Jean Bottéro). Gallimard, l’Aube des peuples, 1992

Publier un commentaire