Jean-Louis Hartenberger : A PROPOS DE L'AUTEUR

Avatar of Jean-Louis Hartenberger

Paléontologue spécialiste de mammifères, Jean-Louis Hartenberger a été directeur de recherche au CNRS à l’Institut des Sciences de l’Évolution de l’Université de Montpellier 2. Il est docteur ès sciences. Il a eu l’occasion de prospecter et effectuer des fouilles paléontologiques dans plusieurs pays : Espagne, Tunisie, Algérie, Afghanistan, Pakistan, Indes, Mongolie, Bolivie, et en a publié les trouvailles. Dans le domaine de la paléontologie il est spécialiste des rongeurs les plus anciens (Paléocène, Éocène).Coéditeur-fondateur du Journal of Mammalian Evolution, il a aussi collaboré plusieurs années à la revue Pour la Science où il tenait une rubrique mensuelle. Il est l’auteur de trois ouvrages de vulgarisation : une brève histoire des Mammifères, bréviaire de mammalogie (éditions Belin, 2001), Grandeurs et décadences de la girafe (Belin, 2010), Nous, les Mammifères (Le Pommier, 2013). Il participe sporadiquement au DinoBlog du Musée des Dinosaures d’Espéraza.
Plus d'informations ici.

 

Jean-Louis Hartenberger : TOUS LES ARTICLES

 
 

Les bonobos ont la paluche signifiante

Publié 07.08.2018 par Jean-Louis Hartenberger

L’occasion de la recension dans un média voisin https://decodeurs360.org/culture/des-animaux-homos-et-transgenres/d’un ouvrage animalier arc-en-ciel 1 me fait souvenir d’un autre ignoré en son temps par la critique française 2et m’invite à ce rappel à la manière d’Alexandre Dumas, vingt ans après. Parmi plus d’un millier d’exemples dont Bruce Baghemihl rendait alors compte dans le détail de leurs mœurs homo et bisexuelles, mammifères, oiseaux, reptiles et autres, il y rappelait que de longue date, la sexualité exubérante de nos cousins les grands singes... Lire la suite

Histoire moléculaire du scrotum : en avoir ou pas.

Publié 25.07.2018 par Jean-Louis Hartenberger

Le titre ne doit pas laisser penser que cette histoire a quelque chose à voir avec le très petit alors que le sujet concerne les parties nobles. Dès les premières lignes de cette relation, le lecteur sera rassuré. Le problème est que s’il est des organes dont les transformations au cours du temps laissent des traces très matérielles dans les roches, des fossiles, les os des membres et autres structures osseuses,  à l’inverse il n’existe aucun vestige pour raconter l’histoire... Lire la suite

Le saumon, l’ours, la myrtille et la souris

Publié 13.07.2018 par Jean-Louis Hartenberger

En Alaska, les ours ont plus de chance que dans les Pyrénées. Non seulement il y sont acceptés et reconnus comme citoyens ordinaires, mais de plus, la Nature a bien fait les choses : peu avant l’hiver et le moment de rejoindre une tanière pour s’y assoupir jusqu’au printemps, les rivières sont envahies de saumons qui en gagnent les sources pour s’y reproduire. Et les ours n’ont qu’à puiser à larges coups de patte dans ce vivier pour barder leurs bedaines d’une... Lire la suite

Sans attendre Platon

Publié 21.06.2018 par Jean-Louis Hartenberger

On dit que le partage des ressources alimentaires est l’une des étapes les plus importantes dans la construction des sociétés humaines sorties de l’animalité. Il vient d’être montré que nos cousins les bonobos de ce point de vue nous ressemblent beaucoup, et se conduisent comme nous : à l’issue d’une chasse ou d’une cueillette conduites dans deux clans voisins, on a constaté que les uns et les autres se réunissent pour faire ripaille, se partager le butin, viandes ou fruits,... Lire la suite

Comment se faire des amis.es

Publié 23.05.2018 par Jean-Louis Hartenberger

Nos cousins Lémuriens ont la réponse : pour nouer des relations durables, en préalable il faut avoir pris des leçons particulières. Puis, faisant étalage de ce savoir-faire acquis, votre entourage profitera de votre expérience, vous en saura gré, et en retour témoignera à votre endroit d’une reconnaissance sans faille. Au final, être plus éduqué mérite plus que la considération des autres, une faveur toujours renouvelée. Mais il y a un truc : l’école des copains et des copines pour ces Lémuriens nés... Lire la suite

Le guépard, champion de course Et de restauration rapide

Publié 10.05.2018 par Jean-Louis Hartenberger

Chronomètre en main, il est reconnu que les guépards sont les plus véloces de tous les Mammifères, capables de franchir 100 mètres en 3 secondes pour capturer une proie. Confrontés aux appétits de voisins tout aussi affamés mais plus imposants, ils ont développé une stratégie alimentaire aussi vive : la goinfrerie. Ils  peuvent ingurgiter et se rassasier en trois bouchées d’une capture que sont près de leur chiper lions et hyènes s’ils tardent trop à s’en repaître (1). Dans nos... Lire la suite

Quand les baleines font un bœuf

Publié 25.04.2018 par Jean-Louis Hartenberger

Chaque hiver, les baleines boréales du Spitzberg se retrouvent près des glaces qui envahissent alors la zone pour se reproduire. Et en prélude à ces rencontres, elles chantent à tue-tête…du moins si l’on se glisse  incognito dans leur voisinage pour écouter leur concert avec des enregistreurs performants. Leur musique est très jazzie par comparaison avec le chant des baleines à bosse leurs voisines qui évoque plutôt la musique classique.  Surtout, les mélodies de blues qu’elles chantent sont d’une grande diversité... Lire la suite

Quand les macaques vont aux eaux

Publié 08.04.2018 par Jean-Louis Hartenberger

L’hiver venu, les macaques qui séjournent sur les hauteurs de Nagano, dans des montagnes du centre du Japon, rejoignent quotidiennement les sources thermales chaudes qui jaillissent à proximité pour s’y baigner longuement. C’est pour eux plus qu’une nécessité, une question de survie, car  ce faisant, les femelles dominantes  bien servies par leurs partenaires augmentent leurs chances de se reproduire en prenant ces bains de chaleur (1).   Madame de Sévigné nous rapporte que chaque année elle allait prendre les eaux... Lire la suite

Les sangsues, comptables averties de la biodiversité des Mammifères

Publié 30.03.2018 par Jean-Louis Hartenberger

Dans les forêts tropicales humides, les sangsues abondent qui se nourrissent du sang des mammifères de toute taille les parcourant. On peut aisément les récolter lorsqu’elles sont sur un feuillage du sous bois, soit au repos, soit à l’affut d’une victime. Leur contenu stomacal est très riche d’informations et renseigne sur l’identité et la densité des espèces de mammifères de leur entourage, les caractéristiques génétiques des victimes, aussi sur le régime alimentaire des animaux dont elles sucent le sang, et... Lire la suite

En Amérique, les animaux sont moins dangereux que les porteurs d’armes.

Publié 14.03.2018 par Jean-Louis Hartenberger

C’est des Etats Unis que ces statistiques nous viennent. Chaque année aux USA, en moyenne 200 décès sont imputables à des agressions animales, alors que les morts violentes par armes à feu y sont 55 fois plus élevés, 11 000 environ. Le seul aspect rassurant des études sur ces deux sujets est que les chiffres sont stables à l’échelle de plusieurs décennies. Cependant force est de constater qu’outre-Atlantique, il y a moins de risque à fréquenter les bêtes que les... Lire la suite