Jean-Louis Hartenberger : A PROPOS DE L'AUTEUR

Avatar of Jean-Louis Hartenberger

Paléontologue spécialiste de mammifères, Jean-Louis Hartenberger a été directeur de recherche au CNRS à l’Institut des Sciences de l’Évolution de l’Université de Montpellier 2. Il est docteur ès sciences. Il a eu l’occasion de prospecter et effectuer des fouilles paléontologiques dans plusieurs pays : Espagne, Tunisie, Algérie, Afghanistan, Pakistan, Indes, Mongolie, Bolivie, et en a publié les trouvailles. Dans le domaine de la paléontologie il est spécialiste des rongeurs les plus anciens (Paléocène, Éocène).Coéditeur-fondateur du Journal of Mammalian Evolution, il a aussi collaboré plusieurs années à la revue Pour la Science où il tenait une rubrique mensuelle. Il est l’auteur de trois ouvrages de vulgarisation : une brève histoire des Mammifères, bréviaire de mammalogie (éditions Belin, 2001), Grandeurs et décadences de la girafe (Belin, 2010), Nous, les Mammifères (Le Pommier, 2013). Il participe sporadiquement au DinoBlog du Musée des Dinosaures d’Espéraza.
Plus d'informations ici.

 

Jean-Louis Hartenberger : TOUS LES ARTICLES

 
 

L’éléphant de mer connaît la musique

Publié 04.08.2017 par Jean-Louis Hartenberger

Du Mexique à l’Alaska, il est des plages du Pacifique qui l’hiver venu accueillent des colonies de grands phoques venus s’y établir une saison pour se livrer à leurs annuelles joutes amoureuses. Les mâles s’écharpent sur le sable à grands cris sous le regard de leurs futures conquêtes. L’enjeu est de s’approprier un harem pour les plus forts afin à la fois d’assouvir sa passion et transmettre ses gènes. L’analyse phonique précise des cris éructés par les mâles qui s’affirmeront... Lire la suite

Sea, Sex and Sun chez les lionnes de mer

Publié 18.07.2017 par Jean-Louis Hartenberger

Que l’on ne s’y trompe pas : ce titre accrocheur est une invite à partager le destin tragique d’une espèce menacée d’extinction. Comme tant d’autres pourrait-on dire. Mais chacune mérite une attention singulière. Et pour conjurer leur sort, des armadas de scientifiques battent les mers et les campagnes afin de les mieux connaître dans l’espoir de les mieux protéger de la gloutonnerie de l’Humanité en marche.   Les lions de mer depuis des décennies s’étiolent. Sans que l’on ait trouvé les... Lire la suite

Tartarin chez Socrate

Publié 10.06.2017 par Jean-Louis Hartenberger

En 2015, l’assassinat par un nemrod de Cecil, lion de légende, dans un parc « naturel » en même temps qu’il soulevait un tollé, mettait en lumière un comportement humain extravagant : la recherche d’un trophée de chasse. Le débat qui suivit se focalisa sur les questions de conservation de la nature et de gestion de la biodiversité dans les pays pauvres, en voie de développement, suivant le vocabulaire d’usage. Ainsi furent évoqués les couts et bénéfices attendus de ce commerce : la sur-chasse... Lire la suite

La taupe américaine est la championne du monde de goinfrerie

Publié 30.04.2017 par Jean-Louis Hartenberger

En France, on l’eut nommé grandgousier des jardins. En Amérique, son patronyme, taupe au nez étoilé, évoque non la bannière sous laquelle l’animal a vu le jour, mais son pif rayonnant, et passe sous silence sa gloutonnerie (1). Il n’empêche qu’elle est championne toute catégorie dans ce domaine : les tentacules de son appendice nasal pourvus de milliers de papilles lui permettent de faire le tri entre comestible et indigeste en quelques milli secondes, et dans l’instant d’engloutir d’une bouchée les... Lire la suite

Le blaireau fossoyeur

Publié 03.04.2017 par Jean-Louis Hartenberger

C’est en posant leur caméra dans un coin désertique de l’Utah que des zoologistes ont pu observer un talent du blaireau jusqu’ici ignoré : le petit animal est capable d’ensevelir le cadavre d’une génisse en quelques tours de patte (1).   On savait ces carnivores nécrophages. On savait aussi que, comme beaucoup d’autres animaux, ils étaient susceptibles de se constituer des réserves de nourriture dissimulées par enfouissement à la vue et l’odorat des concurrents. Et puis les terriers aux chambres multiples... Lire la suite

Le costume du panda

Publié 21.03.2017 par Jean-Louis Hartenberger

L’habit ne fait pas le moine prétend la sagesse populaire. Voire ! Eu égard les frais de robe de certain qui aspire au plus haut, on peut raisonnablement mettre en doute l’adage. Chez les mammifères non humains, il en va tout autrement : le costume endossé par chacun marque sa nature, au point que l’être et le paraître s’y confondent. Pourtant, nos yeux ont souvent du mal à comprendre ces concours d’élégance sauvage. Et il faut bien des observations et réflexions... Lire la suite

Effondrements

Publié 29.11.2016 par Jean-Louis Hartenberger

De 1970 à 2012, les populations de Vertébrés ont perdu 58 % de leurs effectifs. Ce chiffre concernent donc les Mammifères, les Reptiles, les Oiseaux, les Amphibiens et les Poissons. Il est avancé par le World Wild Fund qui appuie cette conclusion sur des bilans puisés à différentes sources, telles celles disponibles sur les tablettes de la Zoological Society of London, le Global Footing Network, et au total ce sont les bases de données de près de 3000 organismes ou... Lire la suite

Bêtes trouble-fêtes outre Manche

Publié 24.10.2016 par Jean-Louis Hartenberger

Les conservateurs de la nature de Grande Bretagne s’inquiètent de l’arrivée d’immigrants qui concurrencent les autochtones (1). C’est comme il se doit dans ces colonnes de Mammifères très ordinaires et quadrupèdes qu’il sera question, et non d’autres que l’on qualifie de supérieurs et par ailleurs bipèdes. Mais au fait, et si c’était une fable ?...   Les envahisseurs aujourd’hui rejetés ne sont pourtant pas venus de leur plein gré en Angleterre, Galles, Ecosse ou Irlande. Ils y ont été importés après... Lire la suite

Notre mortelle violence est très naturelle

Publié 03.10.2016 par Jean-Louis Hartenberger

Les Mammifères dans leur ensemble sont des animaux paisibles, qui ne s’entretuent que rarement. C’est ce qui ressort d’une enquête sur les principales causes de mortalité constatées chez plus d‘un millier d’espèces poilues et à sang chaud représentatives de 137 familles réparties dans plus d’une vingtaine d’ordres. A cette échelle, le taux de violence létale avéré est remarquablement bas : 0.30 %, 1 pour 300 décès. Mais ces chiffres rendent compte d’une moyenne, et il y a des exceptions à la règle.... Lire la suite

Mammifères et Dinosaures : la Nuit et le Jour

Publié 08.09.2016 par Jean-Louis Hartenberger

Dinosaures et Mammifères ont cohabité plus de 160 ma au temps du Secondaire. Les premiers étaient d’évidence les géants d’alors qui arpentaient bois et guérets, alors que les seconds devaient s’en cacher, tant ils étaient minuscules et faibles. Aussi très tôt est née une hypothèse : les Dinosaures eu égard leur statut reptilien et leur grande taille devaient espérer des rayons solaires pour réchauffer leurs organismes, et ils furent donc des diurnes obligés. A l’inverse, les Mammifères, petits animaux à sang... Lire la suite