L'auteur : Jean-Louis Hartenberger

Avatar of Jean-Louis Hartenberger

Paléontologue spécialiste de mammifères, Jean-Louis Hartenberger a été directeur de recherche au CNRS à l’Institut des Sciences de l’Évolution de l’Université de Montpellier 2. Il est docteur ès sciences. Il a eu l’occasion de prospecter et effectuer des fouilles paléontologiques dans plusieurs pays : Espagne, Tunisie, Algérie, Afghanistan, Pakistan, Indes, Mongolie, Bolivie, et en a publié les trouvailles. Dans le domaine de la paléontologie il est spécialiste des rongeurs les plus anciens (Paléocène, Éocène).Coéditeur-fondateur du Journal of Mammalian Evolution, il a aussi collaboré plusieurs années à la revue Pour la Science où il tenait une rubrique mensuelle. Il est l’auteur de trois ouvrages de vulgarisation : une brève histoire des Mammifères, bréviaire de mammalogie (éditions Belin, 2001), Grandeurs et décadences de la girafe (Belin, 2010), Nous, les Mammifères (Le Pommier, 2013). Il participe sporadiquement au DinoBlog du Musée des Dinosaures d’Espéraza.
Plus d'informations ici.

 

Tous ses articles

 
 

Homme et ours : première rencontre

La plus ancienne  incursion du genre Homo hors d’Afrique  est archivée dans le site de Dmanisi en Géorgie (1.8 ma). Le même gisement révèle une faune de grands mammifères très diverse, 28 espèces, avec des herbivores et des carnivores de toute trempe et toute taille. Dans ce registre, l’ours étrusque est très abondant. Etait-il tout aussi omnivore que les humains qu’il côtoyait  ? Comment et dans quelles conditions les deux espèces ont-elles cohabité en dépit de cette apparente rivalité ?... Lire la suite

La nuit, les écureuils volants sont roses.

Les écureuils volants sont moins rares qu’on ne croit. Mais il est vrai que c’est surtout de nuit qu’ils s’activent. Aussi on peut dire que ces noctambules sont plus que discrets, secrets. Et c’est par hasard qu’on vient de découvrir un trait original de leurs fantaisies nocturnes : dans leurs vols planés, leur pelage devient fluorescent et d’une jolie teinte rosée. Est-ce pour effaroucher les prédateurs ? Rechercher un partenaire d’amour ? Plus simplement faire carnaval au quotidien et jouer les drags... Lire la suite

Le Macaque, auxiliaire bienvenu de l’agroforesterie du palmier à huile

L’huile de palme est un additif déclaré indispensable à des milliers de produits alimentaires industriels. Dès lors la culture de l’éléis de guinée s’est répandue dans tous les pays tropicaux, jusqu’à mettre en péril leurs forêts naturelles, et avec elles leurs occupants, mammifères, oiseaux, insectes et autres. Dans les palmeraies où cet arbre est cultivé, il n’y a pas que les planteurs qui en tirent profit. D’autres habitants des lieux très opportunistes, macaques et rats, viennent se régaler de ses... Lire la suite

Le cacao m’a tuer

Plus d’un demi million d’hectares de l’Amazonie sont promis à la culture du cacao dans les prochaines années. Ce qui va entrainer la disparition de ce havre de Nature de nombre d’espèces sauvages, en particulier le paresseux. Pour autant, les amoureux de ce Mammifère emblématique d’un art de vivre suggèrent que activités humaines et conservation de la nature sont dans ce cas précis éco-compatibles : les plants de cacaoyer aiment l’ombre du Cecropia et ses belles feuilles charnues, un délice pour... Lire la suite

Du bon usage de l’os pénien

L’os pénien, baculum en langage savant, est un accessoire rare chez les Mammifères et d’ une variété de forme qui ne lasse d’étonner. Sa fonction pour les zoologistes de tout sexe reste très discutée. Alors cet os fugace et aux formes si diverses n’est-il qu’accessoire ? Ou est-il très utile voire indispensable ? A moins que ce ne soit une de ces fantaisies de la nature tout juste inventée pour agacer… Il est temps de poser la question a décidé un groupe de... Lire la suite

Comment garder la tête froide

En ces temps de canicule, une première  leçon nous vient des Amérique. Ses vastes zones semi désertiques y connaissent des températures estivales très élevées, d’autant plus que c’est en degré-fahrenheit qu’on les enregistre là-bas.  La grande antilope (Antilocapra americana) qui parcourt ces terres désolées et y prospère, pour parer à ces excès de chaleur et se rafraichir, s’est pourvue d’un système circulatoire original  dans le sommet du crâne tel que le révèle cette image scanner (1) Une dérivation carotidienne d’un... Lire la suite

La grenouille et l’éléphant

En Birmanie comme ailleurs les grenouilles sont menacées d’asphyxie. Et on nous dit que cette engeance aquatique a trouvé comment survivre et respirer au travers de sa peau : elles se réfugient dans les petite mares que les empreintes des géants locaux laissent dans la jungle et que la moindre ondée emplit d’ aqua pluviaaux vertus inégalées (1). Il y a une dizaine d’années des chercheurs avaient noté que les bouses de pachydermes constituaient des écosystèmes complexes où les grenouilles trouvaient... Lire la suite

Les jumeaux récalcitrants, c’est fini !

Parce que leurs empreintes génétiques sont presque identiques, les vrais jumeaux coupables de crimes et autres délits bénéficiaient jusqu’ici de l’impunité des jurys : on ne pouvait pas  déterminer lequel des deux avait commis le forfait. Mais depuis peu les généticiens ont mis au point de nouveaux tests, et « la scientifique » peut désormais confondre le coupable, et par la même blanchir le frangin (1). Le romancier Donald Westlake a narré les aventures hilarantes de « Jumeaux singuliers ». Mais dans les chroniques judiciaires courantes,... Lire la suite

Soldes d’hiver : le blanc du poil et du plumage est à l’oeil

L’hiver venu, le blanc est à la mode et même en soldes. Différents animaux, pour mieux résister à ses rigueurs et ses dangers, changent la couleur de leur poil ou de leur plume, et de neige se parent. Des chimistes sentencieux nous disent que après tout ce n’est qu’une affaire de mélatonine et de prolactine. Qu’en est-il vraiment de cette fashion season animale ? Ce rythme saisonnier de changement de fourrure ou de plumage résistera-t-il au réchauffement climatique qui s’annonce ? (1). Une... Lire la suite

Pour les Mammifères, le Grand Sommeil est proche

La Sixième Extinction sera pour les Mammifères la dernière. Chez nos comparses, l’accélération récente du rythme des extinctions dépasse de loin celui de la création d’espèces générée par les mécanismes naturels de l’Evolution biologique. Dès lors il n’y a aucune chance pour que les Mammifères dans leur ensemble recouvrent leur splendeur passée, celle qui était la leur à la fin du Pliocène voici trois ou quatre millions d’années et qui nous vit naître. A l’appui de cette tragique conclusion, tragique... Lire la suite