Non classé

 

Les animaux malades de la route

Sur les routes d'Europe, chaque année environ 194 millions d’oiseaux et 29 millions de mammifères trouveraient la mort. Cette mortalité routière, somme toute très ordinaire, et à laquelle s’ajoute celle due à  la circulation ferroviaire, affecte gravement la démographie des populations locales de nombreuses espèces, au point de mettre à court terme en péril leur survie.(1). Cependant, c’est paradoxalement une mortalité qui passe inaperçue, surtout en milieu urbain, parce que  sans cadavres : dans les heures qui suivent les accidents,... Lire la suite

La physique tirée par les cheveux

Quel poil est le plus fort ? Le plus fin ou le plus dru ? L’expérience montre que c’est le second qui cède en premier. Autrement dit la fable végétale de Jean de la Fontaine qui oppose  et compare dans la tempête la robustesse du chêne et celle du roseau trouve son pendant dans le monde animal : les poils et cheveux des Mammifères sont d’autant plus résistants qu’ils sont ténus, et ils résistent mieux à l’étirement que les soies... Lire la suite

Les virus, les animaux et nous

C’est une cohabitation, une coexistence, qui s’inscrit dans le temps. Et même depuis la nuit des temps. Apparus avant nous,  les virus sont partout, dans tous les milieux (1), et comme tous les autres êtres vivants nous en accueillons des nombres  et variétés incommensurables.  Ces colons minuscules sont le plus souvent inoffensifs.Après tout leur survie est liée à celle de leurs hôtes… à moins de changer d’hôte. Et cela, les virus savent faire. Et c’est ici que peuvent commencer les... Lire la suite

Quels Mammifères sont les principaux agents de contamination de nos maladies virales ?

Le nombre toujours croissant d’humains sur Terre et leurs modes de vie rendent inévitable la propagation de nouvelles maladies. Les plus difficiles à combattre sont celles d’origine virale. On soupçonne que dans bien des cas les réservoirs des virus qui provoquent de  sévères pathologies chez les humains sont des mammifères sauvages ou domestiques porteurs sains de ces redoutables agents pathogènes. L’exemple des  plus récentes épidémies voire pandémies qui ont décimé les populations humaines ces dernières années en est la preuve.... Lire la suite

La chauve-souris, le pangolin, le tigre et nous

C’est une fable tragique qui s’écrit au fil du journal de la propagation du coronavirus COVID 19 à travers le globe, et que rien hors le confinement et l’arrêt sur image se toutes les activités humaines jusqu’aux plus ordinaires ne semble devoir endiguer. Pour l’heure  les morts et les malades ne sont comptabilisés que dans nos rangs, et ce  dans TOUS  les pays du monde. Mais plus que des indices font craindre qu’à terme les ravages de ce virus aussi... Lire la suite

Les rats de New York ont les bons gènes pour y bien vivre

Comme tout citoyen de la Grosse Pomme, c’est de pizza que préfère se régaler Rattus norvegicus. Et il a acquis  au fil du temps les bons gènes pour digérer ce type d’aliment riche en sucres et graisses. Au risque de devenir obèse…à l’image des Homo sapiens qu’il côtoie : bonne santé, sveltesse  et vie urbaine ne s’accordent pas forcément pour les uns comme pour les autres. Mais le bien-vivre ne prime-t-il pas chez les citadins de tout poils ? C’est... Lire la suite

Les orques migrent pour muer

Un voyage de 11 000 km qui dure  6 à 8 semaines conduit chaque année les orques des eaux glacées de de la mer de Ross jusqu’à celles  tropicales  et chaudes de l’Atlantique Sud.  Le séjour sera  court, et quelques semaines plus tard, les voici revenues  dans l’ Antarctique. Pourquoi cette migration ? Ce n’est ni pour mettre bas ou exploiter de nouvelles ressources  que les orques entreprennent un tel périple  : leur séjour dans les eaux chaudes est une... Lire la suite

Saint-Valentin longue durée chez les titis

Ces petits singes vivent au Pérou dans sa forêt amazonienne, et donc très loin de ceux de Paris Belleville. Leur patronyme est un héritage précolombien des langues tupi de la forêt, et leur nom savant Plecterurocebus cupreus. A la puberté des couples se forment, et dès cette première rencontre amoureuse, les mâles et femelles qui se sont choisis  ne se quittent plus,  font des petits et les élèvent à deux… jusqu’à ce que la mort les sépare. Chez les Mammifères,... Lire la suite

Vive les accidents nucléaires : ils favorisent la vie sauvage

Aujourd’hui c’est à Fukushima que l’on annonce la bonne nouvelle : dix ans après la catastrophe nucléaire, la faune sauvage a fait plus que reprendre du poil de la bête, elle est plus prospère que jamais (1). Hier c’était à Tchernobyl : chiffres à l’appui on avait montré que les 2600 km2 de la zone d’exclusion abandonnée   par les humains  voici trente ans, après une explosion qui avait libéré 400 fois plus d’éléments radioactifs que la bombe d’Hiroshima, voyaient... Lire la suite

Après le sommeil hivernal, les muscles du grizzly sont toujours d’attaque

Trois mois par an, de novembre à février, voire plus, les grizzlys hibernent dans leurs tanières. A leur réveil, ils n’ont pas perdu un gramme de muscle, et sont toujours aussi gaillards que quelques mois plus tôt. Très rapidement ils reprennent leurs activités comme si de rien n’était, sans souffrir de leur immobilité hivernale. C’est loin d’être le cas pour les humains lorsqu’ils restent immobilisés de longues semaines.  Convalescents, astronautes, vieillards, taulards et captifs de tout type ne sortent pas... Lire la suite