La grenouille et l’éléphant

En Birmanie comme ailleurs les grenouilles sont menacées d’asphyxie. Et on nous dit que cette engeance aquatique a trouvé comment survivre et respirer au travers de sa peau : elles se réfugient dans les petite mares que les empreintes des géants locaux laissent dans la jungle et que la moindre ondée emplit d’ aqua pluviaaux vertus inégalées (1).

Il y a une dizaine d’années des chercheurs avaient noté que les bouses de pachydermes constituaient des écosystèmes complexes où les grenouilles trouvaient leur place et leur pitance.

 

GrenouilleBouse

 

Effet de serre aidant, il est possible sinon probable que nous risquions asphyxie et privation de nourriture à court terme sur notre planète. Faudra-t-il que le peuple des hommes et des femmes jusqu’ici aériens se jettent à l’eau pour survivre et procréer et deviennent coprophages ?

Voici une cinquante d’années, Guerre froide aidant, on construisit ici et là, surtout chez les plus riches, des abris anti atomiques.

La saison des « piscines pour tous » est-elle proche ? Avec vue et accès réservés à une station d’épuration de bonne tenue, cela va de soi.

A vos maillots et serviettes de bains. Pour le reste, il faudra s’habituer à se pincer le nez.

Bon été en attendant pire.

Signé : Jean de la Fontaine de Nîmes

 

  1. Steven G. Platt, David P. Bickford, Myo Min Win, Thomas R. Rainwater. Water-filled Asian elephant tracks serve as breeding sites for anurans in Myanmar. Mammalia, 2019; 83 (3): 287 DOI: 1515/mammalia-2017-0174

Publier un commentaire