Archives mensuelles: juillet 2013

 

Quand on confie au hasard ce qui est trop compliqué à estimer. 2: Aléa contre information.

Publié 22.07.2013 par Thierry Vieville

Nous avons regardé comment le hasard pouvait aider à calculer, en fait à explorer de nouvelles solutions à un problème d'intelligence mécanique. Au delà, celà permet-il aussi de mieux comprendre des notions profondes comme celle d'information, de hasard ou de complexité ? Grâce à l'auteur dont les références sont citées ici on peut donner une vision assez simple de ces grandes idées. Allons-y. Complexité de l'information un exemple. Dans la suite : 00000 00000 00000 00000 00000 00000 00000 00000... Lire la suite

Quand on confie au hasard ce qui est trop compliqué à estimer. 1: Calculer grâce au hasard.

Publié 22.07.2013 par Thierry Vieville

Le hasard existe-il ? Attention, mesdames et messieurs, voici une pièce de monnaie non truquée, je la lance en l'air sans aucun à-priori et hop, la voici qui retombe … sur  «pile» [ou bien «face»]. Est-ce un hasard ? Pas de hasard non : car à partir des conditions initiales de la position de ma main, de la pièce de monnaie, des paramètres de la pièce de la maison où nous sommes… les lois usuelles de la mécanique me permettrait... Lire la suite

Quand décider se résume à minimiser. 3 : Considérons des grands problèmes robotiques

Publié 12.07.2013 par Thierry Vieville

(Suite des articles Résoudre une équation à tâtons et Résoudre un problème très sophistiqué). 3. Considérons des grands problèmes robotiques Regardons maintenant comment fonctionne le principe de minimisation en considérant des grands problèmes robotiques : génération de plans, apprentissage par récompense, choix de modèles. Pour sortir d'un labyrinthe, réparer un cœur humain, générer un plan d'action : le même problème se pose ! Il s'agit en fait de calculer une trajectoire entre une position actuelle et un but. Le robot chirurgical,... Lire la suite

Quand décider se résume à minimiser. 2 : résoudre un problème sophistiqué

Publié 11.07.2013 par Thierry Vieville

(suite de l'article Quand décider se résume à minimiser -  Résoudre une équation à tâtons). 2.  Résoudre un problème sophistiqué. Regardons maintenant comment fonctionne le principe de minimisation en prenant un problème compliqué. Tiens, par exemple, segmenter un objet dans une image I (à gauche ci-dessous) pour la transformer en une autre image O (à droite ci-dessous) qui a été automatiquement calculée. Ici, David Tschumperlé a écrit un algorithme (le code libre et ouvert CImg est disponible en ligne) qui... Lire la suite

Quand décider se résume à minimiser. 1 : résoudre une équation à tâtons

Publié 09.07.2013 par Thierry Vieville

Si on se demande : « l'intelligence mécanique . . mais comment ça marche ? », il se trouve que quelques grands principes algorithmiques permettent d'implémenter des mécanismes assez sophistiqués. Un premier mécanisme universel consiste à spécifier un problème de cognition ou de robotique sous forme d'un algorithme de minimisation. Regardons comment ce principe fonctionne dans trois situations. 1. Résoudre une équation à tâtons. Prenons d'abord un problème très scolaire : trouver x, tel que f(x) = 0. Zut. Je... Lire la suite

L’intelligence mécanique : mais comment ça marche ?

Publié 09.07.2013 par Thierry Vieville

Comme on le lit ici, nous voilà en  réflexion collective sur cette notion d'intelligence mécanique. Pour tenter d'y aider essayons de décrire des exemples de grands principes algorithmiques sous-jacents à ce que nous appelons « intelligence mécanique ». Je voudrais en pointer un petit nombre dans deux grandes classes : Quand décider se résume, pour une machine, à minimiser une énergie. 1. Résoudre une équation à tâtons. 2. Résoudre un problème sophistiqué. 3. Considérons des grands problèmes robotiques. Quand on... Lire la suite

Pourquoi est-il préférable de ne pas amalgamer intelligence mécanique et biologique ?

Publié 03.07.2013 par Thierry Vieville

    Suite aux dialogues avec les co-contributeurs de ce blog, je tente ici de collecter quelques éléments à propos  de cette question. [Quelques faits pour mieux piger] Le cerveau est tout sauf un calculateur mécanique tel que nous les avons conçus. Ce qui est scientifiquement très intéressant, c'est que cerveau et machines numériques ne sont pas des systèmes similaires, bien au contraire : tout les distingue. Par rapport à un processeur, le cerveau est une machine très lente mais prodigieusement... Lire la suite