La tentation extrémiste, un contresens pour la recherche scientifique ?

Nous le disions en juin 2014, la tentation extrémiste est un contresens, republions ici ces éléments.

Ce sont majoritairement des jeunes et des ouvriers, nous disent les statistiques [1]. Une personne sur quatre, même parmi les abstentionnistes [2]. C'est une année terrible, celle du «peuple,qui devient impopulaire» [3]. Et rien ne permet de penser que la progression de ces choix extrémistes s'arrêterait là [4].  Oui, pour moi, quelle tristesse et désolation que lors d'une élection, les circonstances aient conduit la France à se tourner, dans une telle proportion, vers l'extrême droite*.

Que les lecteurs de ce blog me permette de porter témoignage, avec respect à l'égard de chacun, et sans chercher à donner de leçon. Simplement en disant en quoi cela nous concerne ici. Il va sans dire que ces propos sont sous ma responsabilité personnelle.

Pourquoi font-ils le choix, de ce noir labyrinthe, repeint en bleu marine ?

Faisons la distinction entre les porteurs** de l'extrême droite française et ceux qui ont fait le choix récent de voter pour eux***, et ne nous intéressons qu'aux seconds.  Ce choix du pire, pour ce qui nous concerne, nous voulons d'abord en comprendre les raisons. Surtout celle qui nous implique. En phase et en écho avec l'analyse de Nicolas Bouzou [16], je suis convaincu qu'une des multiples causes est:

L'apparition de changements profonds socio-économiques (d'Internet à la robotique, en passant pas la dématérialisation d'une partie de nos actions quotidiennes), qui  entraîne une gigantesque vague de « destruction créatrice ».

La force de l'extrême droite, à ce propos, est de proposer une position de repli et de régression à qui pourrait faire les frais de ces immenses changements.

Une nouvelle société est en train d'en remplacer une ancienne, faisant des gagnants mais aussi beaucoup de perdants. Et Victor Hugo -à la sortie d'une autre période d'échec pour la France- de faire un constat similaire [3]. En demandant pour ce peuple****, «le pain et la lumière». Nous ne saurons pas parler ici de «pain» (chômage, précarité, augmentation des inégalités, …), mais nous voulons parler de «lumière» (du lien avec l'inclusion numérique en ce qui nous concerne).

Conférences débats, rencontres participatives internationales, à la croisée de l'industrie et de la recherche. Mais qui est exclu de ce monde devenu numérique ?© Inria / Photo M. Dufour

Conférences débats, rencontres participatives internationales, à la croisée de l'industrie et de la recherche. Mais qui est exclu de ce monde devenu numérique ? © Inria / Photo M. Dufour

Notre monde de progrès, est-il si loin du leur, qu'on soit leur épouvante ?

Dans nos centres de recherche scientifique, environ une personne sur quatre vient de l'international. Cette diversité culturelle est une source majeure de richesse intellectuelle. Ainsi, le dernier prix Nobel français en science informatique (cela s'appelle «prix Turing» pour être exact), George Sifakis, est … grec. Europe oblige. Depuis plusieurs décennies déjà, la recherche scientifique française n'existe plus sans l'échelle européenne. C'est cela qui a permis à notre recherche médicale d'être en pointe, aux transferts industriels de faire des Airbus ou des TGVs qui se vendent dans le monde entier. Et à nos copains mathématiciens d'être sur le premier rang des nations. Ou encore, de lancer un gigantesque programme européen pour comprendre notre cerveau bien au delà du budget que la recherche française peut consacrer à ces sujets.

Nous vivons donc un quotidien très éloigné des épouvantails que dressent l'extrême droite. Un exemple ? Une de nos jeunes collègues avait participé à la révolution pacifique de jasmin qui a mené son pays, la Tunisie, à cette fragile mais exemplaire démocratie en marche. Quand elle est venue offrir ses talents scientifiques en France (son surnom est «Miss18/20») elle s'est immédiatement investie dans la vie associative française pour aider les jeunes musulman-e-s de notre sol à s'ouvrir à un Islam de tolérance, non sans partager aussi un peu de culture scientifique avec elles et eux, et de participer aux «fêtes de la tolérance». Son mari, ingénieur, nous aide à montrer combien science et religion ne sont pas du tout incompatibles, mais simplement irréductibles l'une à l'autre. Mmm… ah oui. Le détail. Comme feu ma si chère grand-mère chrétienne (qui ne sortait jamais «en cheveux»), Miss18/20 porte un fichu, euh pardon, un hijab. Ça vous défrise ?

Nous, universitaires et collègues des organismes de recherche, sommes en train de contribuer à créer une société numérique qui transforme notre planète en un fragile village humain, et où tout ce qui faisait le quotidien d'avant se voit bouleversé. Oui, nous contribuons à un monde avec de nouvelles chances de rendre les choses meilleures. Je suis lucide aussi. Cette facette de la France est super chouette et multi-couleurs, mais nos salaires de fonctionnaires certes modestes sont bien réguliers et nous sommes du bon côté de la société. Alors ! Laisserons-nous des gens sur le bas-côté de cette marche vers l'avenir ? Qu'il ne leur restera qu'une solution de régression, y compris électorale ?

Imen Jdey, collègue qui travaille des modèles de simulation numérique sur la prévision de la qualité de l'air, équipe Inria CLIME. © Inria / Photo Kaksonen

Une collègue qui travaille des modèles de simulation numérique sur la prévision de la qualité de l'air, équipe Inria CLIME. © Inria / Photo Kaksonen

Nous avons une réponse. C'est celle du partage de la culture scientifique et technique, pour que toutes et tous, comprennent et s'approprient ce monde qui vient. Pour que, par exemple le boulanger de notre pays, ne soit pas exclu de cette mutation (fut il étranger comme en riait Fernand Raynaud, il y a près d'un demi-siècle). Oui, populariser notre science contribue à l'égalité des chances en ce XXIème siècle. Ainsi, avec une insistance qu'on nous reproche parfois, nous menons un combat militant pour que chacune ou chacun apprenne (et cela ne peut être qu'à l'école de la république) les bases scientifiques et techniques de cette société numérique, pour y réussir. Cela ne sert pas nos intérêts personnels (nos propos enfants apprendrons cela "en privé", vous vous en doutez; et nos futurs collègues nous viennent du monde entier).

J'ai donc cette sombre joie, d'écouter leur injure, pour combattre leur colère.

    Nous voulons aider à partager cette lumière des sciences modernes qui aident à comprendre notre société bouleversée et qui contribue à y réussir. Qui aide aussi à  la remettre en cause, à développer l'esprit critique, au delà des idées reçues. Nous voulons le faire y compris et peut-être surtout avec ceux que ces mutations foulent au pied. Pour que ces changements ne soient pas générateurs de crainte et d'échec, mais de nouveaux possibles. C'est notre meilleur levier, pour aider à ne pas faire (en tous cas, pas par défaut) le choix de l'épouvante.

Rencontres entre chercheurs et jeunes citoyen, à l'occasion de la fête de la science. © Objectif Images / Photo C. Béjat

Rencontres entre chercheurs et jeunes citoyen, à l'occasion de la fête de la science. © Objectif Images / Photo C. Béjat


(*) Nous parlons bien d'extrême droite, malgré les pressions et menaces du FN sur les médias [5] pour tenter d'interdire ce qualificatif historiquement et factuellement approprié [6].

(**) Les porteurs du Front National, pour se limiter à un exemple, soutiennent ouvertement le régime totalitaire de Vladimir Poutine qui a massacré le peuple Tchétchène, commandité des crimes à travers l'Europe ou contre ses journalistes, etc… Oui, la couleur "bleue marine" affirme avoir des «valeurs communes»  [7] avec un pouvoir associé à des mafias [8], qui tiennent aujourd'hui des pans entiers de notre immobilier dans plusieurs régions de notre pays [9]. C'est en cohérence, avec le fait que c'est (en valeur relative) le parti le plus corrompu de France, comme le montre cette étude de 2013 [10]. Et les motifs de leurs multiples condamnations par la justice française ne doivent jamais être oubliés [11]. Pour ne pas citer l'absence de tout programme politique et économique plausible [12], mais d'un programme aux conséquences catastrophiques [13].

(***) Beaucoup d'électeurs du Front national, sont peut-être sensibles à la banalisation de cette extrême-droite dans les médias [14] et l'illusion d'une alternative politique qui n'existe pas. Dans les faits, une fois élue, l'extrême droite obtient qualitativement les mêmes résultats que leurs prédécesseurs, avec une forte augmentation de la dette publique, donc de nos impôts [15] (et avec des mesures discriminatoires en plus, bien entendu). Ici, on se concentre sur le sentiment d'être déclassé par la société qui est une des causes de ce choix électoral [16].

(****) «L'extrême droite se trompe totalement de populisme. Elle, utilise simplement le fait que des gens de la population sont poussés à aller sous son opinion… Mais le vrai populisme est défini par Kant, dans "Qu'est-ce que les Lumières ?" [17]  «Peuples ! OSEZ PENSER». L'intérêt n'est pas que des élites (ou des trous du cul (sic)) aident le "bas peuple" à avoir une opinion politique. L'idée est qu'il y a une véritable richesse dans la population qui fait qu'elle peut avoir sa propre opinion politique... Difficile de résumer cela en quelques lignes, mais la révolution principale des Lumières que beaucoup de gens oublient, c'est d'avoir foi en la Lumière DU peuple. C'est cela la vraie Révolution, celle qui accouche des Droits de l'homme, et engendre la République française... C'est le fondement même de notre héritage. L'extrême droite,  dans les faits, le détruit alors qu'elle essaie de l'instrumentaliser… N'oublions jamais qu'elle-même est supra élitiste» (commentaire d'une étudiante, rédigé à la lecture de ce billet).


Sources des éléments factuels rapportés dans ce billet:

[1] Le FN obtient ses meilleurs scores chez les jeunes et les ouvriers 25.05.2014 Le Monde.fr http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/05/25/le-fn-obtient-ses-meilleurs-scores-chez-les-jeunes-et-les-ouvriers_4425625_823448.html
[2] Peut-on relativiser le score du FN ? 26.05.2014 Diane Jean, Jonathan Parienté et Samuel Laurent http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/05/26/peut-on-relativiser-le-score-du-fn_4426060_4355770.html
[3] « A ceux qu’on foule aux pieds » (1872) Victor Hugo , Poésie. XII, L’année terrible, Paris : J. Hetzel, A. Quantin, 1883.  http://www.martine-storti.fr/citations/Pour_tous_le_pain_et_la_lumiere,_Victor_Hugo.html
[4] "Le Front national sera majoritaire", prédit le philosophe Bernard Stiegler 12.09.2013 Benjamin Sportouch http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-front-national-sera-majoritaire-predit-le-philosophe-bernard-stiegler_1280994.html
[5] Une inquiétante banalisation médiatique 27.05.2014 François Jost http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/05/27/une-inquietante-banalisation-mediatique_4426953_3232.html
[6] Dans les entrailles du Front national 28.05.2014 Joël Morio http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/05/28/dans-les-entrailles-du-front-national_4428248_3246.html
[7] Marine Le Pen salue Vladimir Poutine avec qui elle défend des « valeurs communes » 18.05.2014 Le Monde.fr avec AFP http://www.lemonde.fr/europeennes-2014/article/2014/05/18/marine-le-pen-salue-vladimir-poutine-avec-qui-elle-defend-des-valeurs-communes_4420810_4350146.html
[8] Le KGB au pouvoir, le système Poutine (2008) Thierry Wolton, Buchet et Chastel eds.
[9] Impérialiste mafia russe 10.07.1997 Gilles Gaetner http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/imperialiste-mafia-russe_498363.html
[10] Élus condamnés ou mis en examen. 17.04.2013 OursPimente http://article-50.eu/elus-condamnes-ou-mis-en-examen-fn-1568-ump-312-ps-194
[11] Les condamnations et mises en examen du Front National et de ses membres 05.06.2012 No Pasaran, Eddy Trivulce http://blogs.mediapart.fr/blog/lilith13/050612/les-condamantions-et-mises-en-examen-du-front-national-et-de-ses-membres
[12]  Le programme du Front National au crible 26.11.2013 à 02.12.2013 La Tribune http://www.latribune.fr/recherche.html?q=Le+programme+du+Front+National+au+crible
[13]  Pourquoi importe-t-il de décrypter le programme économique et social du Front national? 26.02.2014 Anne Eveno et Abel Mestre http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/11/27/le-projet-economique-du-fn-passe-au-crible_3520931_823448.html
[14] La banalisation médiatique du FN 11.02.2013 Alexandre Dézé http://www.liberation.fr/politiques/2013/02/11/la-banalisation-mediatique-du-fn_881080
[15] Le FN en ses mairies: dette et préférence nationale 20.01.2014 Martine Turchi http://www.mediapart.fr/journal/france/200114/le-fn-en-ses-mairies-dette-et-preference-nationale
[16] La revanche des déclassés 27.05.2014 Nicolas Bouzou http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/05/27/la-revanche-des-declasses_4426956_3232.html
[17] Qu’est-ce que les Lumières ? (1784) Emmanuel Kant, traduction Piobetta  http://www.math.jussieu.fr/~daubin/cours/Textes/Kant-lumieres.pdf



12 commentaires pour “La tentation extrémiste, un contresens pour la recherche scientifique ?”

  1. patricedusud Répondre | Permalink

    On peut aussi écouter le plaidoyer d’Étienne Klein pour l’Europe scientifique et partager son anagramme de Front National : "Entonnoir Fatal" ou son proverbe :
    "Quand les chèvres ont du lait, les hommes n'ont plus besoin de bouc émissaire".
    On peut aussi partager l'opinion de Nicholas Carr lorsqu'il dit que "la politique est en désordre parce que la société est en désordre et non l'inverse"
    On peut également s'interroger sur la cause ou l'effet de la disparition des valeurs républicaines de tolérance, de réduction des inégalités et de la notion d’intérêt général supérieur aux égoïsmes individuelles dans une société où depuis plus de 40 ans les riches deviennent de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres.
    Moi ma colère c'est de voir le renoncement des hommes et femmes politiques qui disent défendre les valeurs de la démocratie et qui, dans une décomposition pestilentielle de la vie politique, sont incapables de réveiller l'espoir et de ranimer les valeurs républicaines qui ont fait la grandeur de notre pays pour laisser la place à des cyniques joueurs de flutes qui désignent l'autre, l'étranger comme la cause de nos difficultés alors que la diversité est notre force et notre espoir puisque aussi bien la vie n'est QUE diversité.
    http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4858444

  2. Victor Digiorgi Répondre | Permalink

    .

    Tout porte à croire qu'on vote aujourd'hui souvent CONTRE un parti, un candidat, une organisation ayant eu largement le temps d'agir pour le bien de tous et ayant largement déçu beaucoup trop de monde, par incompétence, par impuissance.

    Vu de l'autre côté de l'Atlantique (du Canada, plus précisément), ou l'on vote la plupart du temps contre quelque chose ou quelqu'un à chaque élection, il est difficile d'imaginer qu'en France, on vote si massivement POUR le FN ...

    .

  3. Robert Lefuret Répondre | Permalink

    et si vous vous trompiez.... que dites vous à ces gamines qui ne peuvent aller en jupes à l'école sauf à se faire traiter de p.... des ces lycées et collèges ou apprendre n'est plus possible à cause de 2 - 3 éléments perturbateurs , de ces trains de banlieues impossible à utiliser après 21h sans risque d'agression.... une classe ouvrière qu'on laisse se débrouiller dans sa misère peux avoir des revendications légitimes , oui elle passe malheureusement par le FN mais quelle honte de mépriser cette population comme le fait la presse et beaucoup d' intellos . C'est facile pour nous de mettre nos enfants dans de bon environnements, de les envoyer à l'étranger et de voir la richesse des contacts mais ce n'est pas le lot quotidien de toute une population . S’apitoyer et dire quelle honte , oui mais honte à nos dirigeants qui laisse amplifier cette état de fait pour de multiple raison démagogique.

  4. yanko04 Répondre | Permalink

    Ce qui risque de se passer : en 2017 la droite gagne la présidentielle puis les législatives.Elle caracole en tête des sondages.Mais si elle échoue à redresser le pays alors il y a fort à parier que Marine Lepen sera élue en 2022 présidente de la République.
    CQFD.

  5. Thierry Vieville Répondre | Permalink

    Bonjour et merci de votre commentaire.

    J'espère d'abord que ce texte n'a méprisé personne, le mot "honte" n'y figure pas.

    Je viens justement de passer trois jours à aider à accueillir une 30taine de "gamines" issues y compris de ces quartiers que vous décrivez comme des lieux de peur, dans un laboratoire scientifique pour aider à partager la science et cultiver l'esprit critique de chacune et chacun. C'est notre très modeste mais concrète réponse pour que les choses changent. Et je peux vous dire que oui: ça marche. Et cela va se démultiplier, de plus en plus d'industriels ou d'acteurs de la recherche et de l'enseignement supérieur des secteurs du numériques, comme ceux que représennt pasc@line ou la Société Informatique de France, proposent de vraies solutions à grande échelle, pour aller au delà du constat d'échec et contrinuer à l'inclusion de tou-te-s.

    Ceux qu'on laissent se débrouiller dans la misère peuvent avoir des revendications légitimes. Ceux qui instrumentalisent leur misère pour tenter de proposer le pire n'ont aucune légitmité. Sûrement pas plus que ceux que vous dénoncez.

    Et si la solution venait de la société, de chacun de nous, plus que d'un rejet de ceux foulent au pied ?

  6. Bruno Répondre | Permalink

    Un texte intéressant, motivant et plein d'espoir, qui incite aussi chacun de nous à s'engager.

    Mon sentiment est malheureusement que, si une part croissante
    de la population se tourne vers le Front National, c'est avant tout de par
    un sentiment d'abandon des partis politiques traditionnels et de trahison des élites.
    Depuis la fin des trente glorieuses 40 ans d'alternance politique et de construction européenne
    n'ont pas vraiment arrangé le quotidien des classes populaires et moyennes: augmentation
    du chômage, perte de pouvoir d'achat, arrêt progressif de l'ascenseur social, multiplication
    des "affaires", déni démocratique de la part de ceux qui incarnent la souveraineté populaire
    (notamment lors de la ratification du traité de Lisbonne, en opposition avec le résultat du référendum
    de 2005, ou plus récemment lors des négociations sur le grand marché transatlantique) traitement de faveur pour les banques qui ont contribué à la crise de 2007: tous ces facteurs
    amplifient un sentiment de ras-le-bol et de volonté de pavé dans la mare qu'il est facile d'exploiter pour le Front National...
    sans parler du jeu dangereux que pourraient vouloir jouer l'UMP et le PS: faire monter le FN pour refaire "le coup du 21 Avril 2002" aux prochaines présidentielles.

    Dans ce contexte, il est important de maintenir le lien avec la culture et la connaissance, notamment scientifique.
    Mais il serait bon aussi que les élites politiques, journalistiques, économistes sortent de leur tour d'ivoire et réalisent que
    le cauchemar a déjà commencé.

  7. Thierry Vieville Répondre | Permalink

    Cher Collègue, Cher Bruno,
    Je ne peux que me dire en complètement en phase avec ce que tu dis ici, tu sais que je pense aussi que tout n'est pas dans la main des politiques mais la la solution doit aussi venir de chacune et chancun de nous acteurs de la société.
    Mais profitons de ton passage sur ce blog pour proposer, justement, de jolis contenus de culture scientifique que tu as publié:
    https://interstices.info/jcms/c_31667/cessac
    partager la culture scientifique et technique tu n'as pas attendu ce billet pour le faire !
    Bien Amicalement.

  8. Pierre E. S. Y. Répondre | Permalink

    Je suis d'accord avec vous pour le bleu Marine. Néanmoins au fond de la question philosophique ET scientifique de l'outrance, j'ai comme espagnol (et comme chercheur) toujours intuitivement compris que explorer l'outrance est une nécessité féconde d'idées. Extrapoler a l’extrême et faire des analogies hasardeuses (donc l'outrance) est fécond SI, et seulement si, on sait que on est en train d'explorer. Ce n'est pas parce que une idée est originale et nous est personnelle, qu'elle est bonne. Mais sans l'avoir eu on l'aurait perdu. Après on teste sa validité.

  9. dubois Répondre | Permalink

    Partager le savoir ne suffit pas et ne suffira jamais !!!
    Si on laisse de plus en plus de gens sombrer dans la misère et l'insécurité alors le partage du savoir ne sera que de très peu d'utilité :
    A quoi sert à un SDF de connaître la robotique , la chimie ou l'astronomie ?
    A peu près à rien !!!

  10. Thierry Vieville Répondre | Permalink

    Ou à tout ! Au SDF à trouver des voix pour s'en sortir mais SURTOUT à la société pour comprendre qu'elle gâche bien plus que la vie d'une personne à laisser se multiplier les SDF.Non le savoir ne suffit pas mais il semble bien nécessaire.
    Et ici l'argument est de rappeler qu'il sert à ne PAS se tromper de solution en terme de choix de société.

  11. Sarro Philippe Répondre | Permalink

    Faut pas oublier qu'en son temps le père de Marine était un admirateur de Reagan et de Thatcher avec leurs politique économique ultralibérale (le fameux TINA there is no alternative), m'étonnerais que ça est beaucoup changé.
    Pourtant il y a plein d'alternatives (TALOA)

Publier un commentaire