Hii, une souris !

08.12.2016 par Didier Tossé, dans Psychologie

Joséphine Magnan aborde cette fois la question des différences sexuées des peurs...

Le hurlement est perçant, vrille les tympans et hérisse les poils. La responsable de ce cri, les yeux agrandis par la peur, se trouve juchée sur une chaise en attendant de l’aide. Cette scène, tout le monde la connaît: que ce soit dans votre série préférée, dans la dernière comédie ou tout simplement chez vous, les femmes ont toujours eu peur des rongeurs, n’est-ce pas ? Et si les femmes étaient tout simplement plus sujettes à la peur ? Lors dès dix dernières années, de nouvelles perspectives de recherche ont été développées concernant le rôle des genres dans les peurs spécifiques.

Les femmes beaucoup plus phobiques que les hommes

Ainsi, en 1996, une étude démontrait que le genre féminin semblait éprouver plus de peur, tous objets et situations confondus. La peur de l’avion semblait accroître avec l’âge tandis que la peur des injections décroissait avec les années chez les femmes. Les peurs des hommes, quant à elles, ne variaient pas. En tout, 21% de femmes de l’étude étaient considérées comme atteintes d’une phobie spécifique quand seulement 11% des hommes l’étaient. Quelques chiffres plus précis : les phobies animalières représentaient 12% des phobies chez les femmes, 3% des phobies chez les hommes. Les phobies relevant de situations particulières avaient une prévalence de 17% chez les femmes, 8% chez les hommes…

Peur Femme

Fear, Expression Head, Jean-Baptiste Greuze, 2e moitié de XVIIIe siècle. Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Jean-Baptiste_Greuze_-_Fear,_Expression_Head_-_WGA10675.jpg

A quoi cette différence est-elle liée ?

Est-elle génétique ou culturelle ? Est-elle rattachée à notre rapport à la société ?

En 2005, une équipe de neurobiologistes se penchait sur la question. Leur expérience rassembla 41 femmes et 51 hommes, à qui les chercheurs firent passer une Imagerie par Résonance Magnétique Fonctionnelle (IRMf). Cette technique permet de visualiser l’activité cérébrale en enregistrant les variations de flux sanguins lors d’activation de certaines zones du cerveau. Dans ce cas précis, l’objectif était de déterminer si les zones activées lors de la visualisation d’images induisant la peur étaient les mêmes selon le sexe des sujets de l’étude. Si les zones activées pendant le visionnage des images d’attaques d’humains ou d’animaux étaient généralement les mêmes, les hommes répondaient cependant plus fortement que les femmes, ce qui pourrait être expliqué par une plus grande capacité à discerner les indices d’agression dans leur environnement.

IRMf Peur Genre

Imagerie IRMf, Ralph-Axel Müller, 2004. Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3APowell2004Fig1A.jpeg

Des différences sociales...

Mais la différence se joue surtout au niveau des phobies dites “sociales”, ce qui nous amène à considérer tout particulièrement l’éducation et les différences genrées qu’elle introduit dès le plus jeune âge. Dans un article de 1988 paru dans le Journal of Anxiety Disorders, il est reporté que les femmes montraient une peur significativement plus élevée concernant des mises en situation spécifiques telles que donner un discours devant une audience, travailler en étant observée ou encore entrer dans une pièce lorsque tout le monde était déjà installé. Bien évidemment, ces différences doivent être discutées selon le contexte des rôles sociaux des sexes respectifs. La société, et de manière plus spécifique les parents, en tolérant plus les peurs des petites filles et en les incitant à des valeurs telles que la douceur, l’empathie et la prudence, les rendrait plus disposées aux peurs et phobies. Les hommes, eux, sont généralement socialement encouragés à affronter leurs peurs dès l’enfance, sont incités à être courageux, forts et à répondre aux critères de virilité dictés par notre société actuelle.

Peur Phobies Josephine Magnan Master STS HEAR

Crédits Image : Claire Martha et Caroline Gauthier, étudiants de l'atelier de Didactique visuelle, Haute école des arts du Rhin, Strasbourg. Plus d'infos : http://www.hear.fr/sites/didactiquevisuelle/des-mots-aux-images/

...mais aussi évolutives et culturelles !

Certains psychologues évoquent des raisons évolutives aux différences sexuées des peurs. Ainsi, les hommes étant originellement des chasseurs, devant être à l’écoute de leur environnement et ne pas être craintifs lors des captures des proies, auraient été sélectionnés pour leur témérité. Les femmes, dont les rôles étaient de s’occuper des enfants et de les garder en vie, devaient quant à elles rester vigilantes et user de la peur comme d’un outil d’alarme. Selon cette théorie, l’évolution serait donc en partie l’origine de ces différences.

Phobie Genre

Crédits Image : Claire Martha et Caroline Gauthier, étudiants de l'atelier de Didactique visuelle, Haute école des arts du Rhin, Strasbourg. Plus d'infos : http://www.hear.fr/sites/didactiquevisuelle/des-mots-aux-images/

Selon les articles précédemment cités, les origines des peurs et phobies seraient multiples, rassemblant des causes génétiques et culturelles. Mais n’oublions pas que les peurs sont également différentes selon les cultures observées. En effet, les rôles  et les places des femmes n’étant pas les mêmes d’un lieu à l’autre sur la Terre, leurs peurs changent également. Ainsi, le rongeur tant craint en Occident sera considéré comme saint en Inde, ou tout simplement comme un plat de résistance dans certains pays d’Afrique…

L'auteure :

Joséphine Magnan, Master Histoire, Philosohier et Médiation des Sciences

Joséphine Magnan est étudiante en deuxième année de Master Science et Société à l’Université de Strasbourg. Elle possède une licence et une première année de master en biologie et écologie des populations. Bien qu’elle soit toujours autant passionnée par les bestioles, sa formation actuelle lui permet, à son grand plaisir, d’obtenir une approche multidisciplinaire des sciences.

 

Bibliographie

  • Bourdon Karen H. & al., 1988, Gender differences in phobias : results of the ECA community survey, Volume 2, Issue 3, pp 227–241.
  • Craske Michelle, 2003, “Origins Of Phobia And Anxiety Disorders ? Why More Women Than Men ?”, BRAT Series in Clinical Psychology, pp 175-203.
  • Fredrikson Mats & al., 1996, Gender and age differences in the prevalence of specific fears and phobias, Behav Res Ther., 34(1):33-9.
  • Matthews & al., 2006, Applications of fMRI in translational medicine and clinical practice. Nature Reviews Neuroscience, 7:732-744.
  • Schienle Anne & al., 2005, Gender differences in the processing of disgust- and fear-inducing pictures: an fMRI study, Neuroreport, Journal of Anxiety Disorders, Volume 16 - Issue 3 - pp 277-280.
  • Turk Cynthia L. & al., 1988, An Investigation of Gender Differences in Social Phobia, Journal of Anxiety Disorders, Volume 12, Issue 3, Pages 209–223

Publier un commentaire