Le manuscrit de Voynich retient toujours ses mystères


Elena Iuliani nous invite à (re)découvrir un mystérieux manuscrit qui refuse obstinément de livrer tous ses secrets, même après des siècles d'études acharnées et de controverses. Plongée dans les enquêtes sur le Manuscrit de Voynich.

Des hiéroglyphes au langage informatique, le cryptage et les codes secrets ont toujours cohabité avec l’histoire des civilisations. Souvent dévoilés, certains gardent cependant toujours leurs mystères, à l’instar du célèbre manuscrit de Voynich.

Véritable grimoire de vélin paré d’une multitude d’illustrations, ce manuscrit résiste encore aux experts qui tentent de lever le voile sur sa signification. Découvert en 1912 à Frascati prés de Rome, le manuscrit de Voynich tire son nom de son acquéreur, Wilfrid Voynich (1865-1930), polonais et amateur de beaux livres, il racheta une collection d’œuvres à des Jésuites. L’œuvre est aujourd’hui conservée et analysée au sein de la bibliothèque de l’Université de Yale.

D’auteur anonyme, avec plus 170 000 caractères différents et inconnus, et d’une qualité d’écriture exceptionnelle, sa datation au carbone 14 permet de le situer approximativement entre 1404 et 1438. De nombreux indices ont aussi permis de situer sa création vers le Nord de l’Italie, Mais avant sa datation chimique, de nombreuses hypothèses toutes plus fascinantes les unes que les autres ont été posées, avant d’être exclues. Ce texte de plus de 200 pages, afin de faciliter son décodage, a été fractionné en différentes parties. C’est par les thématiques que suggèrent ses illustrations que l’on a défini ces parties.

Illustration Voynich Article 1 Elena

Devant l’incompréhensible, on s’est donc, dans un premier temps, penché sur les illustrations. Force est de constater que beaucoup de ces dessins concernent le monde de la botanique, du plus réel au plus chimérique, des détails d’astrologie, d’alchimie, mais aussi de balnéothérapie. La première hypothèse a donc été d’attribuer au manuscrit un rôle d’herbier, voir de pharmacopée.

Les dessins allégoriques respectent une certaine tradition médiévale, qui consistait à illustrer par exagération les propriétés de la plante plutôt que son image fidèle. De plus, le temps de l’alchimie mettait volontiers science et magie sur un pied d’égalité, et on aimait rêver à de grands recueils décrivant intégralement le monde et la vie.

Une autre hypothèse séduisante attribua le manuscrit à l’illustre alchimiste et philosophe Roger Bacon (1214-1294). Grand érudit et très en avance sur son temps notamment sur la science de l’optique, il aurait pu réaliser les premières observation microscopiques de coupes de plantes à l’aide de lentilles, et pour éviter les foudres de l’Église, coder ses découvertes. Cependant il a été démontré malgré de grandes similitudes entre les illustrations du manuscrit avec des dessins de microscopie, que cela était historiquement impossible.

Les experts ont soulevé aussi un certain paradoxe entre la complexité des pigments utilisés et la simplicité des dessins ; ce qui a laissé penser à certains qu’il s’agirait de croquis réalisés par le jeune Léonard de Vinci. Cependant, il a été démontré que le coup de crayon du maitre, même enfant, était largement plus sophistiqué que celui illustrant les formes rubicondes représentées dans le manuscrit.

On a aussi volontiers attribué la paternité de l’œuvre au fantasque Edward Kelly (1555-1597), alchimiste, imposteur et spécialiste de la langue des anges (appelé l’énochien) avec lesquels il prétendait communiquer.

Concernant son code, il semble ne suivre aucune logique de cryptographie connue comme le code lettres-à-lettres ou le chiffrement par dictionnaire. On n’y trouve pas de redondance particulière, et son code semble incassable par les techniques classiques. La langue serait plus une langue construite qu’un code secret, mais rien n'est sûr.

Aussi, le texte a longtemps été supposé faux, dénué de sens, destiné à appuyer de faux prodiges alchimiques et à en tirer de l’argent.

Plus récemment, les botanistes Arthur O. Tucker et Rexford H. Talbert ont souligné dans un article la récurrence de plantes venant d’Amérique latine, attribuant au langage des origines aztèques.

Voynich_Manuscript_(15)

Véritable encyclopédie cachant des prouesses scientifiques de son temps ou  canular sophistiqué ? Bien que les technologies actuelles ont permis de resserrer l’étau autour des origines du code Voynich, le mystère demeure entier, confié aux mains des spécialistes et des grands rêveurs. Mais ce qui est sûr est que l’histoire de l’enquête en elle-même et des tentatives d’explications autours de ce livre et de sa paternité semble tout aussi variée et passionnante que ses possibles significations.

Pour voir une version en ligne et en haute résolution du manuscrit, c'est par ici !

Bibliographie :

(en) Arthur O. Tucker & Rexford H. Talbert, « A Preliminary Analysis of the Botany, Zoology, and Mineralogy of the Voynich Manuscript », HerbalGram, vol. 100,‎ 2013, p. 70-75http://cms.herbalgram.org/press/2014/Voynich_Manuscript.html?ts=1415871964&signature=0fc08bceb649144a973702084c2ddf2c

Le mystère du manuscrit de Voynich – ARTE thema (2011) https://www.youtube.com/watch?v=IHJofAM65Wg

Le Code Voynich, préface de Pierre Barthélémy, Jean-Claude Gawsewitch éditeur, 2005 ((ISBN 2-35013-022-3)) ;

Manly, John Mathews. 1921. "The Most Mysterious Manuscript in the World: Did Roger Bacon Write It and Has the Key Been Found?", Harper's Monthly Magazine 143, pp.186–197

(en) The Voynich Manuscript [archive], présentation de l'ouvrage sur le site de la Bibliothèque Beinecke de livres rares et manuscrits de l'Université Yale. http://beinecke.library.yale.edu/collections/highlights/voynich-manuscript

http://www.ms-voynich.com/livre_voynich.pdf

http://fr.wikipedia.org/wiki/Manuscrit_de_Voynich#mediaviewer/File:F34r.jpg

L'auteure :

elena-iuliani

Elena Iuliani est étudiante dans le Master "Science & Société" de l'Université de Strasbourg. Passionnée par les rapports entre la science et l'art, elle se destine à une carrière dans la médiation scientifique. Également fondue d'évolution et de classification, elle transforme peu à peu son appartement en véritable cabinet de curiosités.


2 commentaires pour “Le manuscrit de Voynich retient toujours ses mystères”

Publier un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.