Sarkozy et la Stasi : les pièges du raisonnement analogique

21.03.2014 | par Sébastien Bohler | Non classé

Dans sa tribune publiée hier dans le Figaro, Nicolas Sarkozy compare les méthodes de l'appareil judiciaire à son égard à celles de la police secrète Est-allemande pendant la guerre froide, la Stasi (écoutes généralisées par un régime totalitaire, délation, emprisonnements, torture, disparitions). Il entraîne des réactions de toute la classe politique, notamment à gauche. Mais en fait, il n'a rien inventé, comme le montre ce petit reportage du Huffington Post :

Comparaison n'est pas raison

Pourquoi ce recours à ce type de comparaison, qui évidemment ressort comme une sorte de paranoïa lorsqu'on l'entend dans la bouche de Berlusconi ? Parce que ça marche. Dès ce matin, une partie de l'opinion semble voir en Nicolas Sarkozy une victime de dérives totalitaires de l'appareil judiciaire. Or, comparer la procédure de l'instruction et l'usage des écoutes par le système judiciaire à la Stasi est un mode de raisonnement bien particulier.

obama hitler

La reductio ad Hitlerum (réduction à Hitler) a été pratiquée à l'envi sur presque tout le monde dans presque toutes les circonstances. Elle procède, de la manière la plus grossière, du raisonnement par analogie.

Le raisonnement par analogie

Les raisonnements par analogie sont fréquents dans l'histoire politique. Ils consistent à tirer une conclusion d'une situation présente en se référant à une situation passée dont on connaît l'issue. La plus connue est la reductio ad Hitlerum, qui consiste à assimiler une personne ou une idée à Hitler, sur la base de quelques ressemblances, pour la discréditer totalement. Mais on a maintenant la reductio ad Stasiam, qui pourrait être également fertile.

Pourquoi c'est un piège intellectuel

Parce que le raisonnement par analogie est peu fiable, et source d'erreurs. Lorsqu'on étudie la validité des raisonnements d'étudiants en mathématiques recourant au raisonnement par analogie, on constate un taux impressionnant d'erreurs graves aboutissant à des conclusions erronées. L'article de Wikipedia en anglais sur le mécanisme d'association fallacieuse explique d'ailleurs assez simplement le principe de ces erreurs.

Pourquoi nous tombons dans le piège

Parce que le raisonnement par analogie est facile. Il dispense de réfléchir. Il propose un automatisme de pensée. Juges = Stasi, donc je suis une victime et vous détestez la Stasi donc vous détestez les juges.

L'autre possibilité est de se renseigner sur la procédure d'instruction dans le cadre des écoutes téléphoniques et de l'état de la séparation des pouvoirs en France.

A vous de choisir.

NB: certains auront noté que le procédé du Huffington Post relève du raisonnement par analogie. Ne jamais relâcher sa méfiance...

Publier un commentaire