Le foie gras cause-t-il une souffrance animale?

18.12.2013 | par Sébastien Bohler | Non classé

foiegras

Selon un sondage publié la semaine dernière, quelque 30 pour cent des Français refuseraient d’acheter du foie gras pour les fêtes, au motif qu’il serait obtenu par de méthodes barbares causant des souffrances à l’animal. 57 pour cent pensent que le gavage est source de souffrance, et 44 pour cent souhaitent son interdiction.

Et si tout cela était entièrement faux ? Si les animaux ne souffraient pas pendant le gavage ? Voilà une idée reçue qui sauterait d’un seul coup !

Mesurer la souffrance du canard

Evidemment, difficile de poser la question à un canard. En l'absence de communication verbale, A l’INRA, des biologistes et des éthologues ont mesuré les signes de souffrance animale chez des oies et des canards de gavage. La méthode était scientifique, c’est-à-dire qu’elle mesurait les changements biologiques objectifs de la douleur. Chez les oiseaux, ces marqueurs sont constitués par la libération d’une hormone du stress, la corticostérone, ainsi que par l’activation de neurones nociceptifs (sensibles à la douleur) qui relient les parties du corps stimulées (en l’occurrence, les parois du tube digestif) au cerveau.

Corticosterone-3D-balls

La corticostérone est une hormone libérée dans les situations de stress et de souffrance.

Surprise: il n’a été observé aucune libération de corticostérone, et aucune activation des neurones de la douleur liées à l’acte de gavage.

Faut-il en conclure que l'animal ne souffre pas? Les méthodes semblent sensibles à ce que peut éprouver l’animal : par exemple, les canards libèrent bel et bien de la corticostérone lorsqu’on les emprisonne dans des filets, ce qui leur cause une détresse. Mais le verdict semblerait le suivant : le gavage causerait moins de stress que l’immobilisation.

Un tube digestif différent?

Pourquoi aucune douleur n’est-elle perçue par les neurones nociceptifs du tube digestif de l’animal ? Parce que celui-ci serait différent du nôtre, souple et adapté à l’ingestion de grosses proies (poissons, notamment) de sorte que l’embout de gavage n’est pa sune contrainte hors normes pour le conduit digestif.

gavage

Inhumain... Peut-être. Mais peut-être ne faut-il pas voir l'oie comme un humain. L'analyse de son système endocrinien et digestif suggère que la souffrance est peut-être moindre lors du gavage, que lors de conditions d'élevage qui sont communes dans nos pays, pour de nombreuses espèces animales.

Et le foie ? Le foie saturé de graisse qui doit peser comme une enclume dans le ventre du volatile ? Des éthologues font remarquer que l’engraissement du foie est un processus physiologique – la stéatose - que les oiseaux utilisent périodiquement pour stocker des graisses à l’approche des migrations. Le gavage ne ferait que tirer parti de cette disposition naturelle.

Alors voilà le problème: si nous devions nous poser  la question de la souffrance animale sur la base d’observations factuelles et non en projetant sur les canards les propriétés de notre propres système sensoriel et digestif, il est possible que nous soyons amenés à conclure (provisoirement, car la science est sujette à des révisions) que

1)    le gavage est probablement moins stressant et douloureux que nombre de pratiques d’élevage couramment pratiquées et acceptées par le grand public.

2)    Les tentatives pour faire interdire ce procédé (qui ont réussi dans la plupart des pays européens et aux Etats-Unis) résultent de pressions politiques et d’intérêts économiques concurrents (le sondage mentionné ici a été commandé par l'association de défense des animaux L214)

3)    L’émoi de l’opinion résulte d’un anthropomorphisme, où nous pensons que les animaux sentent et souffrent comme les humains, alors que les particularités de leur conscience et de leurs sens dépendent des caractéristiques propres à leur espèce, à leur constitution, à leur métabolisme et à leur anatomie.

Ce dernier point révèle en un sens l’ignorance par le grand public des différences entre espèces et de leurs particularités zoologiques. Ce qui est paradoxal dans une époque qui se veut sensible à la préservation de la biodiversité.

Attention aux études scientifiques sur la souffrance

Il reste néanmoins un questionnement. Peut-on affirmer qu'un animal ne souffre pas, parce qu'on n'a pas repéré le bon "marqueur" moléculaire de la souffrance? Ethiquement, cela pose question. Il ne faudrait pas arriver à des situations où l'on affirme que tel ou tel animal (pourquoi pas, tel humain?) ne souffre pas, puisqu'on n'a pas observé le marqueur classique de cette souffrance. En l'état actuel, cette méthode est peut-être la meilleure dont nous disposions pour décider si un animal souffre ou non. Mais elle suggère en tout cas que le gavage pourrait, de loin, ne pas être la première cause de souffrance animale dans les conditions actuelles d'élevage.

La vraie question, qui se pose de façon sans cesse plus aiguë actuellement, est celle de l'élevage industriel. Il ne faudrait pas qu'un faux combat, nourri par un anthropomorphisme simpliste, nous détourne de cette vraie question. A quand le débat?


15 commentaires pour “Le foie gras cause-t-il une souffrance animale?”

  1. Idelphie Répondre | Permalink

    Vous concluez à juste titre par la question de l'élevage industriel, qui concerne précisément la grande majorité des canards gras. Les conditions qu'ils vivent sont quand même les pires en terme de privation d'espace vital. Par ailleurs, en ce qui concerne les marqueurs objectifs de souffrance, je pense que la surmortalité en est un que vous avez omis de mentionner, sans compter les gaveurs peu précautionneux qui blessent les canards. Vous me direz qu'il ne faut pas généraliser mais les études se doivent d'être représentatives de la réalité dans son ensemble. Donc minimiser en ne pointant que le procédé du gavage en lui même comme étant perçu à tort comme immoral est un peu tendancieux. (même s'il n'y a pas besoin de réfléchir ni de se projeter beaucoup, pour se dire qu'on ne force pas un être vivant à manger contre son consentement). Vous avez raison de questionner les procédés scientifiques dans la mesure où il faut d'une part ne pas être dupe des orientations éventuelles des biologistes et d'autre part avoir conscience de leurs limites possibles. Je ne m'avancerai pas là dessus car je ne suis pas scientifique, en revanche je sais que les mêmes débats existent à propos de la souffrance des taureaux de corridas et qu'il est facile de faire croire tout et nimporte quoi à coup de pseudo-études. Enfin, il faudra m'expliquer quels sont les intêrets économiques de L214, à laquelle les enquêtes coûtent plus qu'elles ne rapportent, vous parlez moins de ceux de l'INRA, dont on peut de la même façon suspecter une malhonnêteté potentielle.

  2. Anne Ahou Répondre | Permalink

    Un canard immobilisé dans une cage dans laquelle il ne peut pas se retourner et qui meurt souvent avant d'arriver à l'abattoir ne peut pas être considéré comme vivre sans souffrance !

  3. Marie-Info-CIFOG Répondre | Permalink

    Bonjour,

    Tout d’abord quelques mots pour confirmer que ces précisions autour du gavage et de la souffrance animale ont bien lieu d’être.

    Le gavage n’est en effet pas douloureux pour les palmipèdes :
    - Contrairement à nous, ceux-ci ne possèdent pas de glotte et leur œsophage élastique et souple permet à l’éleveur d’introduire l’embuc verticalement et sans douleur.
    - Leur morphologie particulière leur permet d’aligner le bec et le cou sans peine.
    - Le gavage consiste à remplir le jabot sans aller jusqu'au système digestif.
    - Enfin, l’œsophage d’un canard peut aisément tripler de volume et c’est grâce à cette disposition naturelle qu’il peut périodiquement stocker des graisses à l’approche des migrations.

    Il est donc prudent de ne pas faire d’amalgame entre la physiologie du canard et celle de l’homme.

    Par ailleurs, autour de la question sur l’élevage industriel :
    - En France, quelle que soit l’importance de l’élevage, la taille des fermes reste à échelle humaine et les animaux sont élevés selon les conditions des volailles sous label rouge (avec croissance lente et accès à un parcours extérieur). Les repas sont distribués deux fois par jour après avoir vérifié le bon état de digestion par examen visuel ou palpation.

    La limite humaine qu'exige ce rythme de gavage n’est pas compatible avec le fait d'avoir des ateliers importants...
    - Cette omniprésence de l’intervention humaine dans le respect d’une tradition ancestrale répond au principe que les gestes qui élaborent une recette sont aussi importants que les ingrédients eux-mêmes. Et c’est l’un des points essentiels de la charte des professionnels de la filière qui recommande un nombre limité d'animaux par producteur : (http://elevage-gavage.fr/le-foie-gras/les-engagements)

    Alors, bien sûr, les techniques et les outils de production ont évolué, mais les pratiques de la filière Foie Gras répondent toujours aux mêmes critères de taille, de qualité et d’éthique, dans le respect permanent du bien-être animal.

    Marie (CIFOG)

  4. Laëtitia Répondre | Permalink

    Il y a des question que je me pose... Si l'oesophage des canards est si souple et pratique, pourquoi retrouve-t-on tellement de lésions au niveau de leur gorge? Vous évoquez aussi la disposition naturelle des canards au gavage en prévision de la migration, mais vous n'evoquez pas le fait que les canards utilisés dans les élevages sont issus de races qui ne migrent pas, quid de leur "dispositions naturelle au gavage"? D'autant plus que, si ce processus est si naturel, pourquoi les éleveurs ne peuvent-ils les gaver plus de 12jours sous peine de voir la majorité de leurs bêtes mourir? Je ne suis pas sure que naturellement des oies iraient se gaver jusqu'à en être malade et a en mourir.
    De plus vous évoquez le fait que l'oie souffre d'être enfermée, mais dans nombreux élevages, et ce malgré les interdictions, elles sont enfermées dans des cages individuelles où elles ne peuvent même pas déployer leurs ailes (ce qu'a révélé l'enquête de L214, qui au passage n'a aucun intérêt économique contrairement au lobbying du foie gras, et dont les enquêtes semblent bien plus fiables que les interventions de membres du CIFOG).
    votre travail est intéressant mais je trouve que vous omettez de nombreux points et orientez votre étude dans un seul sens. Il serait intéressant de traiter les autres points et de mentionner le fait que l'exploitation du foie gras est souvent industrialisée et que souvent les réglementations de bien être, qu'évoque Marie dans le commentaire précédent, ne sont pas respectés.

    Cordialement.

  5. Pierre Répondre | Permalink

    Bonjour.

    Votre article est édifiant de stupidité. Pourquoi? Vous ne faites que la moitié de l'enquête. On doit écrire un article à charge ET à décharge, or vous n'écrivez qu'à décharge, on dirait un membre du club de foie gras français ou d'un gars qui adore le foie gras et se rassure par un article positif sur le gavage.

    Selon vous il suffit de mesurer la présence ou l'absence d'une hormone pour savoir si quelqu'un ou un animal souffre? Vous avez que l'on peut souffrir sans pour cela avoir de séquelles physiques mais psychologiquement par exemple? Les gens qui prennent des anti-dépresseurs pour soigner leur dépression, angoisse, etc... ça vous dit quelque chose? Un animal ne peut pas être dépressif, anxieux? On peut souffrir de son corps sans pour autant crier comme si on vous enfonçait une pointe. Le gars perclu d'arthrite, souffre, sans pour autant crier sa souffrance du matin au soir. Il endure, mais il souffre H24.

    Quand un canard ayant une grande frayeur car on lui jéte un filet sur lui déclenche une hormone de la peur, s'il souffre du gavage de manière différente, cette hormone ne sera pas déclenchée mais il souffrira quand même. Or vous comme un imbécile, vous en tirez la conclusion débile et ridicule qu'il n'y a donc pas souffrance.

    Et par-dessus le marché, vous balancez votre ridicule anthropomorphisme, vous parlez de faux combat, on balance de jolis mots savants pour cacher la souffrance des canards. Des coups de pieds au cul se perdent je vous le dis.

    Monsieur Sébastien Bohler, le gavage fait grossir le foie par 10 (DIX !!!). Le foie dont la taille est multipliée par 10, va FORCEMENT pousser et compresser les autres organes périphériques comme le cœur, les poumons, etc... Les canards et oies gavés ont du mal à respirer, le cœur doit battre plus fort car comprimé, la pression augmente, le stress augmente, oui la souffrance est déjà là.

    AUCUNE oie ni canard n'ouvre le bec naturellement en voyant le gaveur arriver. Ils se détournent TOUS et tentent TOUS d'échapper à l'embuc que l'on va leur glisser dans l'œsophage. Et quand le gaveur retire la tige, que font-ils? Ceux qui sont dans des cages détournent aussitôt la tête du gaveur et ceux qui sont libres dans les exploitations BIO par exemples, s'enfuient immédiatement le plus loin possible du gaveur.

    Oui les canards et les oies se gavent mais c'est pour avoir du gras tout autour du corps, à la périphérie et ils ne se gavent pas à en devenir malade, ils ne se gavent pas à en avoir leur foie grossir de 10 fois la taille, ils prennent UN PEU de gras afin de pouvoir continuer à voler, les canards et oies gavées sont si lourds, qu'ils ne peuvent même plus voler, tout juste s'écrouler sur le sol par leur surpoids.

    Un canard et une oie dans la nature mangent un peu plus sans sa gaver et leur foie grossi un peu oui mais le surplus de gras absorbé va dans la périphérie du corps, pour les protéger du froid. OR monsieur, quand on gave un canard ou une oie, le foie garde tout le gras, il ne distribue pas le gras ailleurs dans le corps, il garde tout. Vous saisissez la différence?

    Un canard qui se gave, la graisse il va la stocker principalement sous la peau et sous la poitrine. Un canard gavé de force stocke TOUT dans le foie. La différence est ENORME.

    Un canard gavé trop longtemps, sont foie devient impropre à la consommation et il fait une maladie appelée cirrhose. Voilà pourquoi on ne doit pas dépasser 15 jours à 3 semaines.

    On nous dit que si on arrête le gavage, le foie va reprendre sa taille normale. FAUX, il est tellement énorme qu'il ne reprendra jamais sa taille initiale. En revanche un canard qui se gave lui-même dans la nature, son foie grossi un peu et reprendre quelques semaines/mois plus tard une taille normale.

    Un canard gavé ne bouge plus, il est dans une cage, afin qu'il ne dépense aucune calorie en marchant, battant des ailes, etc... 15 jours à 3 semaines dans une cage, sans pouvoir bouger, ni battre des ailes, ni se retourner, c'est le bonheur pour vous? Si ce n'est pas du bonheur qu'est-ce que c'est? Ne serait-ce pas de la souffrance?

    Un canard gavé, si on arrête de le gaver et qu'on le laisse libre d'aller manger par lui-même, ne mangera pas les 15 prochains jours, tellement il a été gavé et en surpoids.

    Le taux de mortalité pendant le gavage est de 2% à 5% pendant les 15 premiers jours de gavage, chiffre EQUIVALENT aux canards NON gavés sur PLUSIEURS mois !!!!!

    Autrement dit il meurt autant de canards gavés en 15 jours seulement que de canards non gavés pendant des mois et des mois. C'est donc que le gavage provoque un fort déréglement du corps qui finit par provoquer la mort. Monsieur, si vous allez dans manger une cantine où 5% des gens finissent par avoir une gastro là où dans une autre cantine de qualité les gens attrapent une gastro au bout de 6 mois ou plus, vous en concluez quoi? Que tout va bien dans la première cantine ? Qu'on y mange bien et que les régles d'hygiène sont au top?

    Des canards au naturel dont quelques-uns vont mourir au bout de plusieurs mois, quand vous les gavez, au bout de 15 jours seulement vous en avez des tas qui sont morts, sauf être stupide ou d'une mauvaise foi exemplaire (je me demande de quelle catégorie vous faites partie), il est évident pour tout le monde sauf pour vous et les gaveurs qui gagnent un tas de pognon, qu'il y a un problème évident avec le gavage.

    Si lorsque vous réalisez une action avec des animaux, ceux-ci meurent plus qu'en les laissant grandir tranquille, on se doute bien que cette action est néfaste. Mais non, pour vous c'est un faux problème, un faux combat et ne faisons pas preuve d'anthropomorphisme. Une véritable honte de lire cela quand des millions de canards et d'oies de part le monde souffrent le martyr. Il suffit de voir les vidéos sur YouTube de gavage pour comprendre. Dernièrement en 2014 ou 2015, Joël Rebuchon qui travaillait avec certaines exploitations a stoppé net car les conditions d'élevages étaient tout simplement horribles.

    Mais Monsieur Sébastien Bohler nous dit que le gavage ne provoque pas de souffrance. Tout va bien braves gens, continuez à vous empifrer.

    Les sociétés de gavage disent souvent "oh le gavage ne dure après tout que 2 à 3 semaines". Bel aveu. Si ça ne dure que si peu, c'est qu'au final ils admettent à demi-mot que ce n'est pas si plaisant que ça pour les animaux ainsi gavés.

    On nous dit aussi "de toute façon ils seront tués ensuite". Ah bon? Parcequ'ils seront tués à la fin, cela justifie de les faire souffrir avant? Belle justification.

    Les canards sont élevés en liberté que l'on nous dit parfois dans certaines exploitation. Oui au début mais ensuite le canard ou l'oie ne doit plus bouger, elle est donc enfermée dans une cage pendant 3 semaines!!!

    Juste une seule question Monsieur Sébastien Bohler:

    imaginez qu'une espèce supérieur à l'homme vous mette vous, moi et nos amis dans des cages, où vous ne puissiez plus bouger quasiment, ni vous tourner. Om vous ouvrira la bouche de force, un tube dans l'œsophage et on vous forcera à ingurgiter une grosse pâtée, cela 3 à 4 fois par jour. Vous n'avez pas faim? Vous détournez la tête, pas grave, le type 25 fois plus gros et fort que vous vous l'ouvrira de force pour vous et vous gavera. Vous êtes irrité au niveau de la peau, la claustration avec plein de personnes est propice aux maladies, mais on ne vous soignera pas, de toute façon dans 3 semaines vous serez abattu. Votre foie grossira, vos poumons seront compressés, tout comme votre cœur et autres organes, vous aurez de plus en plus de mal à respirer, surtout dans un environnement clos, avec tout pleins de personnes comme vous qui crient, qui hurlent, qui se lamentent, atmosphère étouffante, vous ne dormirez quasiment pas, avec tout le bruit des lamentations y compris la nuit, et rebelotte le lendemain matin, le mec viendra vous gaver à nouveau.

    Juste une question: vous ne souffrirez pas?

    Pas besoin d'y répondre, je connais la réponse. Mais VOUS, posez la vous honnêtement. Mettez-vous quelques minutes à la place de ces animaux et essayez avec votre étude sur la peur qui déclenche des hormones, avec votre article ci-dessus, de croire que ces canards et oies ne souffrent pas.

    Je mangeais du foie gras, jusqu'au jour où j'ai appris comment c'était fabriqué. Je n'en mange plus, ça me débecte. Ca me dégoute. Et ça me dégoûte d'autant plus qu'il y a quelques mois j'ai sauvé à quelques mois d'intervalles 2 cannetons, que j'ai élevé jusqu'à 10 semaines puis relâché dans le parc à côté de chez moi. Adorables, ils viennent me voir chaque jour quand j'arrive avec la nourriture puis repartent sur l'eau avec leur congénères. Ils sont intelligents, gentils, sociables, je les caresse, moi seul peut les toucher, ils ne leur manque que la parole. Quand je les regarde, l'amour que je leur ai donné en les élevant et que je pense à leurs congénères en ferme de gavage qui souffrent le martyr. Comment pourrais-je manger du foie gras quand je vois ces bêtes ravissantes?

    Manger du canard? Oui s'il est élevé en ferme, qu'il marche dehors, oui on l'abat à la fin, quelques secondes de souffrance certes, mais ok. Mais faire souffrir un animal pendant 3 semaines de gavage forcé, il suffit de visionner les vidéos pour ne plus avoir envie d'ingurgiter la moindre portion de foie gras de toute son existence.

    OUI le gavage est une souffrance animale.

    • Guillaume Répondre | Permalink

      Vous avez du lire l'article avec vos œillères de partisan. Car vous faites ici exactement ce qui est dénoncé dans l'article : de l'anthropomorphisme primaire. On a tout dans votre logorrhée, d'abord une insulte, ensuite votre expérience, des amalgames, vos sentiments, et enfin un avis péremptoire. Rien de factuel.

  6. sandrin Répondre | Permalink

    . J'ai lu avec beaucoup d'interet ceux qui prennent le temps d'argumenter contre le gavage, et leur argumentaire me parait nettement plus fourni et convaincant que celui de l'article, pauvre en démonstration, visiblement de parti pris, au point que la conclusion sans doute a été pensée avant la démonstration.Je pense que ce monsieur veut pouvoir manger du foie gras sans avoir de cas de conscience. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas dire à la science pour s'en payer une tranche ! c'est assez pitoyable...

  7. Le Marginal Magnifique Répondre | Permalink

    Mouais... sur le plan éthique, c'est quand même sacrément barbare ! Gaver un être vivant pour faire grossir son foie dans le but de le dévorer : et la morale dans tout ça ?

  8. Coincoin Répondre | Permalink

    Je préfère encore ceux qui disent que le gavage est une maltraitance nécessaire a la confection d'un produit delicieux et irremplaçable pour les consomateurs que les bonnimenteurs qui esseie de nous faire croire que le gavage est une pratique tout a fait dècente. Vous nous gavez monsieur avec votre betise !

  9. Saumon, foie gras et chapon | InfoDuJour Répondre | Permalink

    […] bien connues même si la démonstration scientifique de la souffrance des palmipèdes à foie gras reste à faire. Le chaponnage, c’est-à-dire l’ablation des testicules internes du coq après incision, qui […]

  10. dela flutte Répondre | Permalink

    Moi je vais continuer à bouffer du foie gras n'en déplaise.

  11. Canelle Répondre | Permalink

    Bonjour,
    Personnellement, je pense qu'ils souffrent plus d'être enfermés, la liberté, le vol étant dans leur nature. Manger est un besoin primaire et celui-ci est rempli durant le gavage.
    J'avais arrêté de manger du foie gras en raison des arguments des associations animales.Puis, lors de la projection d'un film sur les souffrances animales, en présence de la SPA et d'une association animale très active, L***, j'ai discuté avec des personnes de cette association qui m'ont dit textuellement "le faux foie gras est dégueulasse, on préfère manger le vrai !"
    Je n'ai plus culpabilisée et me suis d'ailleurs désabonnée de toutes les associations animales en raison des commentaires haineux.

  12. icloud assistant pro free download Répondre | Permalink

    Recently I have gotten tons of requests for iOS 11 iCloud Bypass to feature iCloud Assistant Pro, a Software so powerful Apple took notice! But what is this Software and what does it do? We interviewed Admin from the iCloud Assistant Pro Team and answered all your questions!

  13. tresorine Répondre | Permalink

    j'ai vu ma mère faire en fait ils reclament et ne sont pas du tout agités

Publier un commentaire