Pistorius : la vidéo assassine

08.07.2014 par Sébastien Bohler, dans Non classé

L’image est saisissante. Un homme amputé des deux jambes court sur ses moignons dans un appartement, un pistolet imaginaire à la main. Sa démarche est agile. Son aspect est celui d’un amputé : inhabituel, à la fois diminué mais étonnamment vif. Il va tuer. Il se précipite. Il est déterminé.

Cette image, les sud-Africains l’ont vue en boucle depuis qu’elle a été diffusée à la télévision, et l’émotion reste vive. C’est Oscar Pistorius qu’on voit courir sans prothèses, dans son propre appartement, là où il a tué, plaide l’accusation, sa petite amie en 2012.

D’où vient cette vidéo ?

Apparemment, elle aurait été tournée par un réalisateur pour le compte de la défense de l’accusé, qui aurait réalisé une reconstitution pour prouver que ce n’était pas lui qui avait tué Reeva Steenkamp. La vidéo aurait été dérobée au domicile d’un avocat de la défense, et diffusé à la télévision australienne.

Un effet ravageur

Pour tous les Australiens comme pour les Sud-Africains et à vrai dire pour une partie de l’opinion publique du monde entier, elle donne une image catastrophique de Pistorius. Si l’ancien athlète avait encore une chance de se défendre dans son procès, le plan où on le voit courir en brandissant ce pistolet, perché sur ses moignons, est assassin. Ce que ce plan nous dit est clair : il pouvait se mouvoir aisément dans l’appartement, contrairement à tout ce qu’ont voulu nous faire croire les médecins du sport cités comme experts, et a fondu sur sa proie comme l’éclair.

Simpson

En 1994, le magazine Time fait sa une sur le procès du footballeur américain O.J. Simpson, en noircissant artificiellement le cliché. Le scandale médiatique qui s'ensuit attire l'attention du public sur le rôle joué par les médias dans la perception des accusés. Les scientifiques lanceront une série d'études montrant que les jurés sont directement influencés par la couverture médiatique des événements.

Les effets de la presse sur les jurys d’assises

Cette affaire vient nourrir le débat sur l’impact du traitement médiatique dans les affaires de meurtre. On sait aujourd’hui que les vidéos et coupures de presse traitant d’un procès en cours ont une influence sur l’opinion des jurés. Ainsi, deux psychologues de Floride ont soumis des jurés à des coupures de presse plutôt favorables ou défavorables à l’accusé, pour constater que les verdicts allaient ensuite dans le même sens. Quand on leur a demandé si certaines informations contenues dans la presse étaient issues du monde médiatique ou du procès lui-même, ils n’ont bien souvent pas fait la différence, et les auteurs de cette étude ont parlé d’un phnomène de porosité entre la représentation médiatique et la représentation judiciaire.

Ce genre de document peut donc complètement brouiller les débats. Certains diront que Pistorius est de toute façon coupable et que cette vidéo permet juste de se représenter la scène. Ce sera l’effet ultime de la porosité des représentations médiatiques et judiciaires.


3 commentaires pour “Pistorius : la vidéo assassine”

  1. localiser un portable par satellite Répondre | Permalink

    Je vous rappelle que l’offre d’un essai sur le site de localiser-un-portable-2017.over-blog.com est toujours valable, espérons que ce soit encore pour une durée indéterminée. Alors si vous avez envie de tester un service légal et fonctionnel je vous conseille d’essayer et de localiser un portable grace a son numero dès maintenant !

Publier un commentaire