Poutine, ou la communication cro-magnon

30.07.2013 par Sébastien Bohler, dans Non classé

On savait que Poutine était champion de judo, cavalier émérite, pêcheur d’amphores ou pilote d’ULM. Voici qu’on le découvre pêcheur de brochets, et là encore il excelle. Non mais, regardez la prise !

En passant, je m’aperçois alors que je comprends le russe. “Krocodil!”, vous avez bien entendu, c’est le mot que le pilote du canot éructe à la caméra. Indiana Jones est parmi nous, l’homme fort du Kremlin peut affronter les alligators du temple maudit. Et le Président russe de conserver son flegme et de soulever la bête par les ouïes, tel Saint Georges terrassant le dragon. L’image est parfaite.

Bon, certes, on apprendra que la légende a été légèrement gonflée pour les besoins de la propagande. Le Kremlin se fendra d’un communiqué attribuant au poisson la pesée de 20 kilos. Des experts du monde de la pêche penchent putôt pour 10 kilos, ce qui fait tout de même une petite différence. Premier signe de vantardise.

Le prestige du chasseur-cueilleur

Mais pourquoi les Russes accrochent-ils autant à ces demonstrations de pêche et nature? C’est que, tout simplement, nous sommes en présence d’un cas typique d’affichage de statut dans un groupe social de chasseurs-cueilleurs. Les chasseurs cueilleurs sont nos ancêtres du paléolithique qui vivaient de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Ils existent encore dans certaines régions du monde épargnées par l’agriculture et l’industrie. Selon les anthropologues et les biologistes évolutionnistes, ils représentent le mode de subsistance et d’organisation sociale majoritaire pendant 99 pour cent de l’évolution de l’espèce humaine.

Dans une société de chasseurs-cueilleurs, les individus de sexe mâle peuvent gagner du prestige et de l’influence à travers une activité principale : la chasse ou la pêche. Plusieurs études réalisées auprès de populations de chasseurs-cueilleurs ont montré que les meilleurs chasseurs sont plus écoutés, et plus suivis et plus courtisés, car évidemment c’est sur leur activité que repose en grande partie la vie du groupe. Des corrélations sont observées entre le succès d’un homme à la chasse et son succès reproductif (son succès auprès des femmes). On pense que c’est à la fois parce qu’il apparaît comme un bon pourvoyeur de ressources alimentaires et parce que son succès à la chasse signale des capacités physiques hors du commun qui en font un bon reproducteur.

Le vrai mystère, c’est de savoir comment ces critères restent valables à l’époque de l’atome et d’Internet. Malgré tous les développements technologiques de notre siècle, nous restons animés par les mêmes ressorts. Le plus affolant est sans doute de penser que celui qui se fait mousser comme Rahan en ramenant du poisson est aussi celui qui dispose du plus gros arsenal nucléaire de la planète. Mais soyons honnêtes : pourrions-nous retenir notre joie si nous voyions un jour, sur Youtube, François Hollande ramenant un bison sur ses épaules ? Rêvons toujours.

 

 

 Références

 

SMITH, E. A., (2004) Why do good hunters have higher reproductive success? Human Nature15:343–364.

Kristen Hawkes, Showing off: Tests of an hypothesis about men's foraging goals, in Ethology and Sociobiology
Volume 12, Issue 1 , Pages 29-54, January 1991

http://faculty.washington.edu/easmith/HunterRS.pdf

 


6 commentaires pour “Poutine, ou la communication cro-magnon”

  1. janpol Répondre | Permalink

    "Dans une société de chasseurs-cueilleurs, les individus de sexe mâle peuvent gagner du prestige et de l’influence à travers une activité principale : la chasse ou la pêche"

    Vouai .... tant qu'il y a quelque chose à chasser ou pêcher ! faudrait se dépêcher dites donc, car le prestige va devenir une denrée rare 😉

    • Sébastien Bohler Répondre | Permalink

      Fort justement observé... Comme quoi certains réflexes peuvent persister bien après que les stimulus qui les déclenchent ont disparu!

      • janpol Répondre | Permalink

        Je crois plutôt aux effets d'une intoxication médiatique par une classe dirigeante. Effets pervers de l'idéologie démocratique !
        Les masses de "gogos" sont éduquées à admirer ou formatées à obéir à l'apparence. Être beau, être fort, être riche, être un "winner" ... sont autant de vertus qualifiantes pour imposer un point de vue. La "compétence" n'est pas un critère de choix. Ou, n'est plus.

        La diffusion d'une information par l'image a induit ce mode de domination. Mais cette image n'est-elle pas manipulée ? Arrangée ? Traitée ?
        On sait bien la connivence des hommes politiques avec les agences de communication. On sait bien la connivence des hommes politiques avec les médias ....

        Comment voulez-vous apporter un crédit au "contenu" de ces images ? Le "vu à la télé" suffit-il à affirmer que la chose est VRAIE ?
        La Science ne doit pas tomber dans ce piège si elle veut rester objectivement crédible. On sait à quel point les statistiques peuvent faire abonder les masses écervelées dans le sens qui intéresse ceux qui veulent les diriger pour leur profit.
        Pierre fondamentale de la toile d'araignée statistique, l'uniformisation des individus est la pire chose qui puisse arriver. Dans quel "échantillon" êtes-vous ?

        Comment osez-vous dire autre chose que ce qui est correct ? Politiquement correct ? Scientifiquement correct ? Religieusement correct ?

        Mais qui "décide" de ce qui est correct ?

        • Sébastien Bohler Répondre | Permalink

          Comme disait Jean-Luc Godard, il n'y a pas d'image juste, mais juste une image. L'image laisse à chacun le soin de l'interpréter, et souvent on n'interprète souvent rien, on se contente de laisser de vieux réflexes prendre le dessus. Mon idée dans ce post était que nous avons parfois de vieux réflexes: celui qui ramène le plus beau poisson est forcément le plus apte à être le chef, pour nos structures cérébrales "anciennes". Evidemment, comme vous le soulignez, ce sont des raccourcis peu pertinents dans un monde moderne. Mais ils existent, et s'activent parfois, surtout lorsqu'on n'a qu'une image à se mettre sous la dent, et qu'on accepte de vivre par l'image sans construire un discours critique autour. Merci de vos commentaires.

  2. Bruno Répondre | Permalink

    ils ne chassaient pas la faune quaternaire locale* ... mais un président de la Vème République française et l'actuel roi d'Espagne ont perpétué le cliché ... le droit et l'exploit de chasse comme prérogatives du pouvoir

    * un des derniers en France à le faire fut sans doute Charlemagne qui, dit-on, chassait l'aurochs

  3. icloud assistant pro enterprise Répondre | Permalink

    Cependant cette sécurité pose un autre souci quand vous achetez d’occasion un appareil Apple. Vous êtes malheureusement de plus en plus nombreux à vous retrouver avec un iPhone ou iPad inutilisable car bloqué sur la page d’activation.

Publier un commentaire