Soeurs jumelles sur Facebook: pourquoi se comprennent-elles si bien?

07.02.2014 | par Sébastien Bohler | Non classé

Deux jumelles qui se découvrent sur Facebook, à l'âge de 21 ans, sans jamais avoir su que l'autre existait. Cette histoire incroyable nous est contée aujourd'hui et fait le tour du net. Un jour, Siam, jeune Lyonnaise de 21 ans, trouve un compte Facebook avec son propre visage. Elle croit qu'on lui a piraté son compte, puis s'aperçoit que le compte est bien celui d'une autre personne qui lui ressemble trait pour trait. Après de multiples échanges sur leur vie, leur groupe sanguin, elles se rendent compte qu'elles sont jumelles.

jumelles

Voir la vidéo

Une histoire romanesque

Personne ne savait que Siam et Fabienne étaient jumelles. Comme elles l'expliquent, l'hôpital avait caché à leurs parents adoptifs qu'elles étaient deux. Ce que nous montre cette interview, c'est l'immense complicité qui lie les deux jumelles. Une complicité que notent tous les psys. Et qui pourrait remonter à ces neuf mois passés, au coeur et à l'origine de la vie, l'une contre l'autre. Une proximité matricielle, utérine, qui aurait laissé des traces dans leur inconscient, au point de façonner leurs rêves et de leur donner la quasi certitude de ne pas être seules au monde, et d'avoir un semblable, un miroir quelque part, même si elles ne savent pas où.

La complicité jusque dans les détails

Que vont-elles maintenant se dire? Jusqu'où ira leur complicité? Parfois, les jumeaux séparés pendant toute une vie, en se retrouvant, se découvrent des points communs surprenants. Un des pionniers de la recherche sur les jumeaux, le professeur de psychologie américain Thomas Bouchard, raconte ainsi le cas de deux jumeaux qu'il a étudiés en 1979. Ces deux jumeaux, Jim Springer et Jim Lewis, ont été séparés à la naissance, comme Siam et Fabienne, et ne se sont retrouvés qu'à l'âge de 39 ans (sans Facebook, qui n'existait pas). On découvrit qu'ils avaient épousé chacun une femme prénommée Linda, puis avaient divorcé et épousé l'un et l'autre deux femmes prénommées Betty. L'un appela son fils James Allan, l'autre appela son fils James Alan, et ils eurent tous deux un chien appelé Toy. Ce qui amenait Bouchard à affirmer qu'il existait une très forte influence génétique sur presque tous les traits psychologiques des individus.

jumeaux

Gerald Levey et Mark Newman sont des jumeaux qui ont été séparés à la naissance. Chacun de leur côté, ils développèrent de surprenantes ressemblances psychologiques. Réunis à 32 ans, ils se rendirent compte qu'ils s'étaient laissé pousser la même moustache, étaient l'un et l'autre devenus pompiers, aiment tous les deux la chasse, la pêche, les combats de catch et les films de John Wayne. Tous les deux boivent la même marque de bière et ont l'habitude d'écraser la cannette dans leur main lorsqu'ils ont terminé.

L'épigénétique change les caractères

Si de tels cas peuvent se présenter, on sait toutefois aujourd'hui que la génétique ne fait pas tout, loin de là. En fait, comme le décrivait de manière très précise la généticienne Michèle Carlier dans cet excellent dossier sur les jumeaux, l'intelligence est de loin le trait cognitif le plus partagé (en grande partie génétiquement) entre deux jumeaux. Les autres dimensions de la personnalité fluctuent beaucoup plus. Et surtout, l'épigénétique change aujourd'hui notre perception des jumeaux. L'épigénétique, c'est la capacité de notre environnement de vie à modifier la façon dont nos gènes s'expriment. Les milieux où nous grandissons, les expériences précoces, les traumatismes, les apprentissages, tout cela a un impact sur la structure de nos gènes et peut amener deux jumeaux à suivre des trajectoires très différentes et à acquérir des goûts, des préférences et des styles cognitifs très contrastés, comme je l'expliquais avec la généticienne Isabelle Mansuy dans un article sur les différences entre jumeaux.

Alors, jusqu'où ira la ressemblance? Nul doute qu'un film sera consacré très prochainement à cette situation incroyable, dont on trouve parfois le parfum dans certaines nouvelles de Maupassant, mais qui prendrait à l'heure des réseaux sociaux, de la génétique et de l'épigénétique, une coloration nouvelle.

Et pour ne pas repartir les mains vides, prenons le temps de regarder ce documentaire de Nils Tavernier, Le mystère des jumeaux, qui nous emmène dans ce lointain voyage au pays des doubles.

 


3 commentaires pour “Soeurs jumelles sur Facebook: pourquoi se comprennent-elles si bien?”

  1. patricedusud Répondre | Permalink

    Merci pour ce très beau reportage.
    Troublant l'histoire des jumeaux qui se marient avec des femmes qui portent les mêmes prénoms et qui donnent les mêmes prénoms à leurs fils.

Publier un commentaire