La pernicieuse recherche des causes

15.12.2015 par Philippe Boulanger, dans Non classé

Nous abhorrons le hasard et cherchons désespérément une cause à tout, voire un coupable. Ainsi un député écologiste a déclaré que le ministre de l'économie était responsable d'un accident de voiture particulièrement meurtrier. La litanie est longue des causes supposées et des prétendus responsables des incidents, des accidents, des catastrophes, de quelques événements heureux, mais plus souvent de la misère du monde.

Les Incas interrogeaient les prêtres avant de livrer bataille, car leurs dieux déterminaient les victoires ou les défaites, au Moyen Âge, la justice a brûlé des sorcières responsables des maladies comme la peste noire, les dirigeants de tous bords ont massacré les juifs pour les mêmes raisons épidémiques, en réalité épidermiques, l'Inquisition a brûlé les infidèles qui indisposaient Dieu, les astrologues nous serinent que la disposition des astres à notre naissance détermine nos vies, l'Église catholique affirmait que la justice de Dieu punissait nos péchés, et, pour certains illuminés, les extraterrestres, « invisibles, mais omniprésents », seraient causes de nombre de nos tracas.

Les « preuves » de ces accusations sont toujours des coïncidences… qui n’en seraient pas. Kammerer, biologiste lamarckien contesté, a publié en 1919 Das Gesetz der Serie (La loi des séries), où, à travers des exemples qu’il estime « frappants », il avance que les coïncidences ne peuvent s’expliquer que par une loi universelle, indépendante de la causalité habituelle, loi qui ferait que les similaires s'attirent. À titre d'exemple, il cite le fait que deux soldats allemands furent admis le même jour dans le même hôpital ; ils avaient tous les deux 19 ans, souffraient d'une pneumonie, étaient nés en Silésie et s'appelait tous les deux Franz Richter…

Martin Gardner a évoqué une publicité publiée le 22 novembre 1941 qui portait sur les qualités ludiques d’un jeu de dés en temps de guerre. Sur l’image des dés, le tirage, un 7 et un 12 prédisaient l'attaque des Japonais sur Pearl Harbour le 7 décembre (12) 1941 (et le XX, soit 20, la latitude de Pearl Harbour !). Tout cela amuserait si certaines conséquences n'étaient pas dramatiques.

Les coïncidences ou événements rares sont d'interprétation scientifique difficile. Le fait que la Lune et le Soleil aient le même diamètre apparent vu de la Terre (le Soleil est 400 fois plus grand que la Lune et 400 fois plus éloigné) n'a pas d'explication physique, c'est un hasard particulièrement propice pour que nous puissions observer les éclipses. En revanche, l’emboîtement des côtes d'Amérique du Sud et d'Afrique résulte de la dérive des continents et a été une des preuves utilisée par la paléontologie et la géologie modernes. Autre expérience, la personne qui sort trois doubles six consécutivement n'est pas nécessairement un tricheur (il faut bien que le hasard arrive), mais il n'existe pas de critères scientifiques susceptibles de confirmer ou d'infirmer l'accusation : les probabilités ne sont d’aucun secours.

Pourquoi sommes-nous si cartésien, si soucieux de tout expliquer rationnellement par une cause unique ? Parce que nous voulons agir en parfaite connaissance de cause ! La climatologie pose actuellement ce type de problème : le réchauffement de la planète est-il dû à nos émanations de gaz carbonique et autre gaz à effet de serre, ou simplement à des fluctuations plus ou moins chaotiques ? Subsidiairement, pouvons-nous poser la question sans être frappés d’anathème ?

Philippe Boulanger


8 commentaires pour “La pernicieuse recherche des causes”

  1. LH Répondre | Permalink

    Bonjour,
    je vous félicite pour votre contribution à la dépolitisation des débats. Il n'est donc plus question de trouver des liens entre les événements, d'avancer des hypothèses, des causes et des conséquences. Le climat se dérègle tout seul, la mortalité sur la route c'est la faute à pas de chance. Est-on bien sur un site de blog scientifique???

    • Philippe Boulanger Répondre | Permalink

      Cher Monsieur,
      Je crois saisir votre colère. Il n'est pas dans mon intention de nier l'intérêt de la recherche des causes, mais je préconise que, quand nous ne l'avons pas identifié, il faudrait éviter de mettre en avant des explications incertaines et les présenter comme indubitable. La longue litanie des pseudo-causes de mon articulet avait cette volonté. Je regrette de ne pas avoir été clair sur ce point.
      Bien à vous.

      • LH Répondre | Permalink

        Bonjour,
        merci pour votre réponse.
        Mais émettre des hypothèses, c'est pourtant ainsi que tout commence, y compris en sciences sociales!
        Par ailleurs, et pour rebondir sur le billet de votre collègue qui vous précède, je suis surprise que vous m'ayez spontanément appelée "cher monsieur", étant bien entendu qu'hommes et femmes sont si absolument différents qu'ils se différencient les yeux fermés 😉
        Bonne journée

  2. REUNS Répondre | Permalink

    il faut être complètement idiot pour raconter que c'est une coïncidence si la lune permet parfois (son orbite oscille) de magnifiques eclipses solaires uniquement coronales : c'est une histoire de résonances de marées et de résonance orbitale..
    https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9sonance_orbitale
    sale imbécile qui n'a pas fait d'études et croit les ragots d'internet.

    • Philippe Boulanger Répondre | Permalink

      Cher Monsieur,
      Certes la trajectoire de la Lune influe sur l'occurence et la beauté des éclipses, mais la cause primordiale des éclipses coronales est la taille fortuite du diamètre de la Lune, égale à celle du Soleil, vue de la Terre.

  3. Alexis Répondre | Permalink

    Il est toujours plus facile de trouver une cause à l'origine de deux phénomènes curieusement semblables, si elle existe, que de démontrer son absence dans le cas contraire où là il faudrait les comprendre en profondeur, ce qui en pratique est impossible...
    Loi du moindre effort.

  4. dominique Répondre | Permalink

    Bien vu... il est vrai que nous avons tendance à generer un lien de causalité entre deux événements pour nous rassurer quand on n'a ni le temps ni la volonté d'aller plus loin,
    Emettre des hypothèses certe, mais en selectionner un certain nombre ou une seule pour l'ériger en vérité n'est pas scientifique.
    Avoir l'esprit ouvert au hypothèses est scientifique.
    Mais pour les conclusions hâtives il y a une quantité incalculable de personnes qui fonctionnent sur un modèle simpliste.
    inférences, vous avez dit inférences....

Publier un commentaire