Soldes d’été …

05.07.2013 par Cédric Ray, dans Divers

En faisant les soldes cette semaine j'ai examiné avec attention l'antivol attaché sur ma chemise. Pour une fois le pic de l'antivol était à un endroit qui ne risquait pas de faire un trou lorsque'on l'enlève, mais c'est surtout le principe de ces antivols qui m'a passionné. Ces antivols devrais-je dire car il existe 3 grandes catégories :

  • Système radiofréquence
  • Système électromagnétique
  • Système acousto-magnétique

Les antivols radiofréquences, ou étiquettes RF, sont en général présents sur les CD (voir la figure ci-dessous) ou sur les vêtements, dans un format rigide pour que l'on ne puisse pas les décoller facilement. Dans cette technologie un pulse radiofréquence de faible énergie est envoyé et l'antenne (intégrée dans le portique à la sortie du magasin) "écoute" la réponse produite par la diode ou le circuit RC (résistance et capacité) présents dans l'étiquette. Les étiquettes RFID (pour Radio Frequency IDentification) sont d'ailleurs basées sur une technologie très similaire, l'étiquette étant capable de renvoyer une "identification" c'est-à-dire des informations binaires au lecteur.

Les antivols électromagnétiques réagissent quand à elles à un champ magnétique intense qui provoque, à cause de la perméabilité magnétique particulière du matériau, l'émission d'un signal réceptionné ensuite par l'antenne. Ces étiquettes sont souvent utilisées dans les bibliothèques ou dans les librairies.

Enfin les étiquettes acousto-magnétiques utilisent le principe de magnétostriction, c'est-à-dire la capacité d'un matériau à changer de dimension lorsque l'on change sa magnétisation (quelques dizaines de microns pour une étiquette de quelques centimètre avec les matériaux choisis). Le champ magnétique émis par le portique va donc faire osciller mécaniquement l'étiquette comme un diapason. Cette oscillation provoque également un signal électromagnétique par effet inverse qui est détecté par l'antenne. Ce type d'étiquette, plus fiable (avec moins de fausse alerte) à un coût de production légèrement plus élevé et explique son utilisation sur des produits plus luxueux (par exemple le parfum).

Ces différentes catégories d'antivols sont très efficaces et se déguisent régulièrement derrière un prix ou un code barre pour déjouer la malice des voleurs dans l'éternel combat entre le gendarme et le voleur.

En tout cas, j'étais content de la chemise que j'ai trouvé (avec 50% de remise). Bonnes soldes !

20130705_112427_ABC

Antivols : Étiquette radiofréquence (A), électromagnétique (B) et acousto-magnétique (C) [photo de l'auteur]


2 commentaires pour “Soldes d’été …”

  1. david statucki Répondre | Permalink

    Bonsoir,

    merci pour ces explications, mais j'aurais aussi quelques questions: dans un grand magasin on retrouve ces trois systèmes pour différents produits mais il n'y a qu'un seul type de portique, combine-t-il les différentes typologies d'émission (radiofréquence, champ magnétique intense ou champ magnétique avec retour signal électromagnétique).

    Pourquoi ces formes géométriques si différentes est-ce en lien avec la longueur d'onde du signal de contrôle (émission radio-fréquence, champ magnétique).
    Est-ce que les 3 systèmes sont constitués du même matériau, je dirai que non mais alors pourquoi ne pas avoir un système unique constitué d'un matériau ayant les caractéristiques nécessaires pour les 3 types d'émission de contrôle à lui seul ou d'un assemblage de matériaux regroupant ces caractéristiques combinés par superposition.
    Enfin une petite réflexion: quel dommage que ces symboles technologiques qui s'appuient sur des principes physiques complexes finissent à la poubelle!.

    • Cédric Ray Répondre | Permalink

      Bonsoir,
      Les habillages des portiques sont tellement proches qu'on pourrait croire qu'il n'existe qu'un seul type de technologie. Mais en réalité il existe bien 3 types de portiques et avec un peu d'entraînement vous serez assez rapidement capable de reconnaître le type d'antivol utilisé avant de rentrer dans un magasin.
      Les formes des étiquettes sont différentes à cause de la longueur d'onde de l'onde électromagnétique utilisée (on parle abusivement de champ magnétique alors qu'il s'agit bien d'une onde électromagnétique puisqu'il y a propagation) mais surtout à cause des différentes technologies qui sont employées.
      On pourrait peut-être développer un dispositif qui réunit toutes les caractéristiques mais les technologies étant très différentes les fabricants intègrent simplement plusieurs antivols dans leurs produits (parfois même à l'intérieur du produit pendant les étapes de fabrication).
      Je rejoins votre remarque sur le destin funeste de ces petits concentrés de technologie. Cette situation ne devrait pas s'améliorer puisque les supermarchés travaillent sur des étiquettes encore plus intelligentes, de type RFID, qui permettront de faire la note de votre chariot (adapté pour la technologie) lors du passage par le portique !

Publier un commentaire