L’épanouissement personnel : une question de savoir être et de savoir penser ?

08.04.2014 par Jérôme Palazzolo, dans Points de vue

Sultan, chien de son état, se dit à propos de son maître : « Il me nourrit, il fait en sorte que je ne manque de rien, il m'aime. C'est mon Dieu ! ».

Griffouille, chat de son état, se dit à propos de son maître : « Il me nourrit, il fait en sorte que je ne manque de rien, il m'aime. Je suis son Dieu ! »

 

Cette petite réflexion animalière nous permet de voir que l’épanouissement est une notion individuelle : tout dépend de comment on va percevoir et interpréter une situation spécifique.

Ainsi, certaines personnes vont traverser sans souci apparent les épreuves que l’existence leur réserve, alors que d’autres vont éprouver énormément de difficultés à affronter les petits tracas quotidiens. D’où une demande croissante d’être épaulé, d’être aidé, d'être "coaché" (pour utiliser un terme à la mode) que ce soit dans le cadre professionnel, sportif ou personnel.

Il est courant de dire que le stress et l’anxiété représentent un frein à l’accomplissement de projets. La personne est alors le jouet de réflexes conditionnés, qui sont en fait des mécanismes d'alerte. De tels mécanismes servent à se prémunir du danger. Le réflexe se met en place lorsqu'une situation se reproduit fréquemment, et/ou avec une intensité émotionnelle très forte. Lorsque la situation en question perd sa signification première, le réflexe reste et les émotions aussi. Tout se passe comme si l’on «apprenait progressivement à stresser», et peu à peu le mécanisme se met en place de manière insidieuse. Il faut donc «réapprendre» à ignorer ce processus.

En fait, ce phénomène naturel relève de ce que l’on appelle l'apprentissage : l'inquiétude, l'angoisse, le stress, contribuent chaque fois à renforcer la perception que l’on a d’une difficulté donnée.

Donc, me direz-vous, pour être épanouis, apprenons à gérer notre stress, prenons conscience de cette manière désadaptée de fonctionner et tout ira bien ! Mais l’épanouissement va plus loin que cette simple problématique, c’est une dynamique qui relève d’une démarche continue et volontaire. S'épanouir, c'est profiter pleinement et librement de tout ce que la vie nous offre au cours de l'existence. S’épanouir, c'est utiliser pleinement ses ressources personnelles, rendre son quotidien plus riche et plus heureux.

Autrement_psy_B119_a_w692_h397_r4_q90

C'est se sentir mieux dans ses journées, avoir une plus grande confiance en soi et être plus à l'aise avec les autres. S’épanouir, c'est comprendre comment on fonctionne, c'est savoir qui l’on est.

Après avoir réalisé toutes les étapes du développement personnel et professionnel, l’épanouissement pourrait représenter le stade ultime. Car il s’agit là de la définition même de l’accomplissement. Si le but de la vie est de progresser et d’évoluer, alors l’épanouissement est en quelque sorte la dernière marche de notre cheminement personnel. S’épanouir, c’est profiter de chaque instant que la vie nous offre. C’est prendre conscience que toutes les épreuves que nous surmontons avec plus ou moins de facilité nous aident à progresser et à évoluer.

Pour être épanoui, l’individu va parfois chercher à repousser ses limites, à mettre en œuvre une démarche qui lui permet d’obtenir une certaine satisfaction, une certaine plénitude. Mais pas toujours… Parfois pour être épanoui il suffit de se poser, de prendre conscience de son état ; plutôt que de vouloir changer le contenu de nos émotions et de nos pensées, il s’agit alors de modifier la nature de la relation que l’on entretient avec nos ressentis intérieurs (donc dans ce cas les accueillir sans jugement), et d’utiliser les ressources ainsi libérées à orienter nos comportements dans le sens de nos valeurs (donc s’engager dans une vie pleine de sens).

Il s'agit donc, lorsqu'on vise l'épanouissement personnel, de s’intéresser à la modification progressive des schémas mentaux d’interprétation de la réalité, pour éliminer les troubles, la gêne et les comportements inadaptés (exemple des comportements d’évitement pour ne pas se retrouver exposé à la situation redoutée : je ne me sens pas capable de présenter mon projet devant le conseil d’administration, alors je demande à mon collègue de s’en charger).

L’objectif final est donc que la personne puisse gérer sa propre perception de la difficulté à laquelle elle est confrontée, et qu’elle soit capable d’en minimiser les conséquences, voire de les éliminer. Cette modification de la cognition – autrement dit de la façon de penser – ne prend que quelques semaines, et les résultats sont généralement durables et très positifs.
Mon conseil du jour : soyez attentif à vos pensées négatives, à vos schémas dysfonctionnels, à vos émotions désadaptées... et épanouissez-vous !

Publier un commentaire