Le bonheur… si je veux (ou si je peux) !

Depuis les débuts de la philosophie antique, le bonheur est un concept débattu par les plus grands penseurs. Leurs réflexions ont guidé notre histoire et les concepts qu’ils ont forgés ont déterminé notre propre manière de raisonner, de croire et d’imaginer ce que recouvre l’expérience d’être heureux et les moyens d'y parvenir.

Plus particulièrement, bon nombre de philosophes, de moralistes puis d'économistes ont favorisé l’émergence du concept de bonheur et de sa quête. Ils ont en fait un idéal à atteindre.

Et aujourd'hui, il suffit d'ouvrir n'importe quelle revue un tant soit peu orientée "psychologie" pour se rendre compte de l'importance de cette problématique : "Vivre heureux" devient le crédo à la mode. Parfois même, certains publicitaires s'engouffrent dans cette voie en nous expliquant que l'on ne peut atteindre le sacro-saint bonheur que grâce à des objets tous plus indispensables les uns que les autres. Quoi ?! Vous n'avez pas de Rolex, pas d'IPhone et point de tee-shirt Abercrombie & Fitch ? Non mais allo, quoi ?! Vous ne pouvez pas être heureux, votre vie est minable et l'épanouissement personnel n'est pour vous qu'un leurre.

Et cette dynamique ne va pas en s'arrangeant lorsqu'on surfe sur les réseaux sociaux : je fais un bon repas dans un restaurant très chic ? je me suis acheté une paire de chaussures ? j'ai une voiture toute neuve ?... vite, la photo et le post sur Facebook et/ou sur Tweeter pour annoncer la bonne nouvelle à tous mes "amis", afin qu'ils puissent se rendre compte à quel point je suis heureux !

hamac  

  IMG_0629

Bref... Aujourd'hui le "bonheur" ça s'expose, ça se montre, ça se tweete.

Et pourtant... A bien y réfléchir, chacun va avoir sa propre vision du bonheur. Tiens, si je vous dis que je suis aux portes du Paradis lorsque je dîne avec ma femme et mes enfants sur la plage, le soleil couchant dans mon dos et un excellent poisson grillé dans mon assiette ? Vous me suivez, non ?... Maintenant, si je vous dis que ce même bonheur s'exprime lorsque je suis chez moi, tranquille, emmitouflé dans mon plaid, et que je regarde un film de Chuck Norris à la TV, là vous commencez à vous dire que ma vie est loin d'être si intéressante que ça...

original_425972

Regardez autour de vous : les gens les plus intéressants sont-ils les plus heureux ? Les plus beaux romans, les plus jolies chansons, les films les plus passionnants parlent-ils de bonheur ? Quasiment jamais (ou alors à la fin : le fameux "Tout est bien qui finit bien"). En fait, le bonheur, c'est ennuyeux. Les gens heureux ne sont pas intéressants, ils n'ont pas grand chose à raconter hormis des petits instants du quotidien qui semblent bien banals au reste du Monde : un moment partagé, un regard, une musique, une ambiance...

Parfois même, le bonheur peut inspirer le rejet : il n'y a pas longtemps, une personne de ma connaissance lançait : "Je déteste les gens heureux !"...

Alors en définitive, le bonheur, ça ne s'explique pas, ça ne se raconte pas, ça ne se montre pas. Ça se ressent. Et il est fort probable que si vous êtes heureux, tout simplement, vous n'avez pas grand chose à dire... Et c'est très bien comme ça !

En kiosque actuellement : L'essentiel Cerveau&Psycho N° 14 - Mai - Juillet 2013 : Le bonheur.

Publier un commentaire