Ne confondons pas angoisse pathologique et stress adapté !

13.07.2013 | par Jérôme Palazzolo | Clinique

Il y a peu, une patiente est venue me voir avec une demande spécifique : "Docteur, débarrassez-moi de mes angoisses. Je ne veux plus être stressée, j'ai peur de tout, c'est insupportable".

Mais à bien y regarder, la demande de cette dame n'est pas si précise que ça : quel est l'objectif de sa consultation ? Ne plus ressentir d'angoisse, ou bien apprendre à mieux gérer son stress ?...

«Dans les moments de grande tension, l’esprit se fixe sur un détail sans importance dont on se souvient parfaitement bien longtemps après, comme si l’anxiété nous l’avait à jamais gravé dans le cerveau». Ces paroles d’Agatha Christie dans Le mystérieux Mr Quinn décrivent en partie ce qu’est l’anxiété, émotion qui devient pathologique lorsqu’une sensation de tension intérieure devient douloureuse alors même que rien n’est à craindre. L’anxiété peut être paralysante, ou au contraire susciter de l’agitation, de sorte que l’on est incapable de rester en place. Elle concerne souvent une situation particulière ou un objet spécifique : la peur d’un nouveau contexte social que l’on est incapable d’affronter, par exemple quand on change de travail, des préoccupations excessives concernant son état de santé, la crainte de monter en voiture après un accident, etc.

Mais l’anxiété et l’inquiétude sont des sensations nécessaires. Que l’enjeu soit une promotion professionnelle ou le résultat d’un événement sportif, la plupart des individus éprouve une certaine inquiétude vis-à-vis du résultat final. L’anxiété est une émotion, qui est utile si elle reste modérée. Elle représente alors une réaction adaptée face à une situation difficile. En étant anxieuse, une personne est d’autant plus motivée à se préparer pour un examen ou à s’entraîner pour un championnat important, et peut trouver l’inspiration nécessaire à la réalisation de cette tâche. L’anxiété prépare l’individu à faire face à des situations difficiles ou menaçantes, le pousse à agir, et l’aide à se sortir d’un mauvais pas.

Éprouver de la nervosité en anticipant une situation anxiogène est normal ; mais quand les troubles sont pathologiques, l’angoisse est exagérée et perturbe la vie sociale, familiale ou professionnelle. Dans ce cas, différents symptômes s’associent aux angoisses : une sensation d’oppression thoracique, des palpitations, des sueurs, des tremblements, la gorge serrée, etc. L’anxiété peut alors empêcher le sujet d’agir efficacement, voire elle le rend incapable de gérer ses activités. Une anxiété excessive représente plus qu’un simple trac : c’est une maladie, qui nécessite une prise en charge adaptée.

Alors revenons à notre patiente : la débarrasser de ses angoisses relève de l'utopie, car l'angoisse fait partie de la vie. Par contre, lui donner les moyens de mieux gérer son anxiété, lui permettre de prendre le recul nécessaire pour faire face à une situation stressante, ça c'est possible.... et même recommandé !!!

Publier un commentaire