Catalogue Ramus méninges 2019

Pour Noël 2019, je vous offre une mise à jour du catalogue Ramus Méninges incluant tous les nouveaux articles de l'année, classés par thème. Bonne lecture!


Thèmes


L'autisme

L'éducation

La génétique, l'inné et l'acquis

L'intelligence

La médecine et les pratiques fondées sur des preuves

Les médias

Psychanalyse, psychiatrie, psychologie et psychothérapies

La recherche et le monde universitaire

Les religions et les croyances

Les sciences cognitives et les neurosciences

Sexe, genre et orientation sexuelle

Société et rationalisme

Les troubles dys et le TDAH


Un commentaire pour “Catalogue Ramus méninges 2019”

  1. Nicolas Répondre | Permalink

    Bonjour Monsieur Ramus,

    comptez-vous faire une critique du livre de Robert Plomin "Blueprint" ou plus largement de l'état des connaissances en génétique comportementale, notamment pour la rubrique "La génétique, l'inné et l'acquis" ?

    Voici un lien qui résume assez bien les idées du livre : https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:B_r2XdbvolYJ:https://www.salon.com/2018/11/23/why-dna-may-matter-more-than-parenting-and-what-that-means-for-society/+&cd=15&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

    L'une des affirmations les plus surprenantes, selon moi, étant le rôle négligeable de l'environnement partagé sur le devenir des enfants, notamment le rôle de l'éducation des parents... je ne comprends absolument pas, spécifiquement d'un point de vue logique, comment on peut prétendre que nos gènes réagissent quasiment exclusivement à certaines influences environnementales (l'environnement non partagé) et pas d'autres. Selon moi, ce serait un peu comme dire que la gravité terrestre nous affecte uniquement à Londres, mais pas à Paris. Non, soit nos gènes réagissent à l'environnement tout court, quel qu'il soit, ou pas du tout. Il ne peut y avoir d'entre-deux et les résultats trouvés doivent sûrement être l'oeuvre de biais dans les études.

    Ou alors, peut-être possède t-on un modèle qui permet d'expliquer, et non pas simplement de constater, la prépondérance pratiquement exclusive de l'environnement non partagé comme force structurante (avec la génétique) de ce que nous sommes ? Par exemple, si l'environnement non partagé inclut les influences prénatales, cela me semble déjà un peu plus clair.

    Auriez-vous un article sur votre blog, que j'aurais éventuellement manqué, qui traite spécifiquement du rôle des parents sur l'avenir de leurs enfants (en dehors des gènes qu'ils transmettent) et du rôle de l'environnement partagé ?

    Merci bien.

Publier un commentaire