psychanalyse

 

Le cognitif quèsaco ?

Publié 17.08.2016 par Franck Ramus

De nos jours, le mot « cognitif » est sur toutes les lèvres, soit pour s’en réclamer, soit pour s’en distancier (à tort ou à raison). Le problème est que le mot « cognitif » prend souvent des sens différents en fonction de la personne qui les utilise. Notamment, le mot « cognitif » est souvent utilisé en opposition à d’autres termes, comme : comportemental, perceptif, émotionnel, clinique, subjectif, psychique, mental… Ces oppositions ont, certes, des racines historiques, mais sont-elles... Lire la suite

Réponse à l’éditorial de David Cohen dans Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence

Publié 15.06.2016 par Franck Ramus

Après une première salve de courriers adressés au Président de la République, auxquels j’ai déjà répondu, David Cohen, chef de service de pédopsychiatrie à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, publie en éditorial de Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence une nouvelle lettre au Président en défense de la pratique du packing pour les enfants autistes manifestant des troubles du comportement. Texte servilement repris et monté en épingle par Eric Favereau dans Libération. Analysons donc les arguments qui y sont avancés : Le packing est... Lire la suite

Autisme : l’obscurantisme contre-attaque

Publié 25.05.2016 par Franck Ramus

Monsieur le Président de la République, Nous nous adressons à vous une nouvelle fois, dans des circonstances similaires à la précédente, dans le but de contrer une campagne concertée de désinformation sur l’autisme de la part d’un certain nombre d’organisations représentant une partie de la psychiatrie française. Les recommandations de bonne pratique de la Haute Autorité de Santé (2012), puis le 3ème plan autisme et l’attitude résolue du secrétariat d’état aux personnes handicapées, pouvaient laisser penser que la France avait... Lire la suite

Approches psychothérapiques de l’autisme: A propos d’une étude française de 50 cas

Publié 19.02.2016 par Franck Ramus

En mars 2012, la Haute Autorité de Santé a publié une recommandation de bonne pratique concernant les interventions proposées aux enfants avec troubles du spectre autistique (TSA). Faisant le bilan de tous les essais cliniques de telles interventions, ce rapport soulignait le manque criant d'évaluations des pratiques inspirées de la psychanalyse et dites de psychothérapie institutionnelle, ayant majoritairement cours en France. A tel point que la HAS déclara de telles interventions "non consensuelles", du fait non seulement de l'absence totale d'évaluations,... Lire la suite

Bigot comme Charlie Hebdo

Publié 05.02.2016 par Franck Ramus

Qui aurait pu soupçonner Charlie Hebdo de bigoterie? Et pourtant dans son édition du 27 janvier 2016, Charlie nous sert une double page d'ode aux dogmes freudo-lacaniens, sous couvert d'attaque en règle de la Haute Autorité de Santé (HAS). L'hebdomadaire n'en est pas à son coup d'essai: infiltré par la psychanalyse de longue date, il semble avoir maintenant confié la chronique freudienne au lacanien Yann Diener qui avait déjà notamment commis deux articles débitant la même rengaine dans Charlie Hebdo en mars... Lire la suite

Les psychanalystes français distinguent-ils vraiment l’autisme de la psychose infantile?

Publié 02.11.2015 par Franck Ramus

A propos de la réponse de Mme Marie Dominique Amy à l'article du Figaro du 1er avril 2013. Sur la base d'un seul exemple, Mme Amy conteste le diagnostic tardif des enfants autistes en France. Pourtant, le chiffre avancé par la journaliste (6 ans) est très voisin de celui ressortant de la dernière enquête disponible à la date de l'entretien(5 ans et demi; enquête Doctissimo-Fondamental publiée le 28 mars 2013), même si la situation tend à s'améliorer (4 ans et... Lire la suite

Réponse à l’article de Bernard Teper sur la question de l’autisme

Publié 09.05.2014 par Franck Ramus

Réponse à l’article de Bernard Teper publié sur Respublica le 8 mai 2014, sur la question de l’autisme Dans un article portant sur la sécurité sociale, M. Bernard Teper fait un argumentaire en 14 points. Je réponds ici au premier point qui concerne l’autisme. Bernard Teper : « Alors qu’une étude suédoise montre que l’autisme est dû à plus de 50 % à l’acquis (et donc l’environnement), la ministre Marie-Arlette Carlotti, la Haute autorité de la santé (HAS, spécialiste des conflits d’intérêts), les... Lire la suite

Le Collectif des 39 ou la police de la pensée

Publié 01.05.2014 par Franck Ramus

Le "Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire" est un collectif qui défend une certaine idée de la psychiatrie française. Dans sa charte, ce collectif mêle des considérations humanistes à l'égard des patients en psychiatrie qui peuvent recueillir une large approbation (en gros, les sept premiers points, si l'on fait abstraction du terme de "folie" qui est anachronique et donc étonnant de la part de psychiatres), à d'autres beaucoup plus corporatistes visant de toute évidence à défendre les intérêts de... Lire la suite

Maltraitance : de la théorie à la pratique

Publié 05.02.2014 par Franck Ramus

Article publié sur le Huffington Post, 4 février 2014. Ces dernières semaines, trois films documentaires offrent des regards complémentaires permettant de mieux comprendre la manière dont la France traite les enfants en situation de handicap mental, cognitif ou psychique : « Le Mur, ou la psychanalyse à l’épreuve de l’autisme » de Sophie Robert, sorti en septembre 2011 sur internet, interdit de diffusion en janvier 2012 suite à la plainte de trois intervenants, puis libéré le 16 janvier 2014 par jugement de la... Lire la suite

Réponse à l’éditorial de Bernard Golse dans le Journal International de Médecine

Publié 30.09.2013 par Franck Ramus

Texte soumis le 15/09/2013 et publié comme éditorial par le Journal International de Médecine le 19/10/2013, en réponse à l'éditorial publié par ce même journal le 14/09/2013. Dans son éditorial du 14 septembre 2013 dans le Journal International de Médecine, M. Golse commence par regretter que l’année 2012 ait été « une authentique catastrophe à l’égard de la psychanalyse ». Se faisant, il révèle sa préoccupation première, à savoir la survie de la psychanalyse, bien plus que le sort des enfants autistes.... Lire la suite