psychiatrie

 

Les troubles dys ne sont pas du ressort de la pédopsychiatrie

Publié 25.11.2017 par Franck Ramus

Une consultation est actuellement en cours (du 6 novembre au 25 novembre 2017) sur la Stratégie Nationale de Santé. Dans le volet Enfance de cette stratégie nationale, les troubles dys (troubles spécifiques du langage et des apprentissages) sont identifiés comme l'un des enjeux majeurs (p. 76). Pourtant, parmi les mesures annoncées, ils semblent être largement oubliés... ou plutôt ils semblent avoir été vendus aux pédopsychiatres psychanalystes. En effet, après un long paragraphe déjà consacré aux troubles psychiques, on peut lire... Lire la suite

La prise en charge des enfants différents en France: témoignages

Publié 28.09.2017 par Franck Ramus

Depuis 5 ans que j'écris des articles sur le sujet, j'ai reçu quantité de témoignages de parents décrivant le parcours long et douloureux de leur enfant: difficultés à obtenir un diagnostic, diagnostics fantaisistes, mise en accusation des parents, prises en charge inadaptées, soins sans consentement, déscolarisation forcée, pressions, chantage, signalement, retrait des enfants... Les mauvaises pratiques sont malheureusement nombreuses et bien souvent atterrantes. J'ai également reçu des témoignages de professionnels décrivant les cas qu'ils ont reçus après des parcours et... Lire la suite

Les faits alternatifs des psychanalystes sur le TDAH

Publié 26.09.2017 par Franck Ramus

Franck Ramus, directeur de recherche au CNRS, professeur attaché à l’ENS René Cassou de Saint-Mathurin, psychiatre, médecin-directeur de CMPP   (Version intégrale d'un article paru dans le Huffington Post.)   L’article de Gorana Bulat-Manenti, Gérard Pommier et Elsa Godart, censé avertir les parents contre le diagnostic de Trouble Déficit de l'Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH), est un chef d’œuvre de désinformation et de construction d’une vérité alternative. Examinons donc les principaux éléments de cette supercherie. « Ce diagnostic n'est reconnu... Lire la suite

Soutien au colloque « TDAH et accès aux soins » à l’université Paris Nanterre

Publié 22.09.2017 par Franck Ramus

Lettre adressée le 22/09/2017 à Monsieur Jean-François Balaude, président de l'université Paris Nanterre   Monsieur le président, cher collègue, Je viens de prendre de connaissance du courrier qui vous est adressé par M. Gérard Pommier dans le but de contester la tenue du colloque « TDAH et accès aux soins » se tenant dans votre université le 29 septembre 2017. Les arguments avancés par M. Pommier sont les suivants : L’utilisation dans le programme du colloque de catégories diagnostiques du DSM5 (et, implicitement... Lire la suite

En marche arrière pour la psychiatrie et la psychologie?

Publié 13.05.2017 par Franck Ramus

Au cours de la récente campagne présidentielle, un groupe s'est beaucoup agité pour faire valoir les intérêts des psychanalystes auprès des différents candidats. Après une pétition en ligne, ce groupe adresse maintenant une lettre au nouveau président de la république, avec des arguments bien connus car déjà maintes fois ressassés auxquels j'ai déjà répondu. Pour l'information du nouveau président et de son équipe gouvernementale, je réponds ici aux principaux points du texte qui lui est adressé. "La France peut s’enorgueillir... Lire la suite

Réponse à l’éditorial de David Cohen dans Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence

Publié 15.06.2016 par Franck Ramus

Après une première salve de courriers adressés au Président de la République, auxquels j’ai déjà répondu, David Cohen, chef de service de pédopsychiatrie à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, publie en éditorial de Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence une nouvelle lettre au Président en défense de la pratique du packing pour les enfants autistes manifestant des troubles du comportement. Texte servilement repris et monté en épingle par Eric Favereau dans Libération. Analysons donc les arguments qui y sont avancés : Le packing est... Lire la suite

Autisme : l’obscurantisme contre-attaque

Publié 25.05.2016 par Franck Ramus

Monsieur le Président de la République, Nous nous adressons à vous une nouvelle fois, dans des circonstances similaires à la précédente, dans le but de contrer une campagne concertée de désinformation sur l’autisme de la part d’un certain nombre d’organisations représentant une partie de la psychiatrie française. Les recommandations de bonne pratique de la Haute Autorité de Santé (2012), puis le 3ème plan autisme et l’attitude résolue du secrétariat d’état aux personnes handicapées, pouvaient laisser penser que la France avait... Lire la suite

Approches psychothérapiques de l’autisme: A propos d’une étude française de 50 cas

Publié 19.02.2016 par Franck Ramus

En mars 2012, la Haute Autorité de Santé a publié une recommandation de bonne pratique concernant les interventions proposées aux enfants avec troubles du spectre autistique (TSA). Faisant le bilan de tous les essais cliniques de telles interventions, ce rapport soulignait le manque criant d'évaluations des pratiques inspirées de la psychanalyse et dites de psychothérapie institutionnelle, ayant majoritairement cours en France. A tel point que la HAS déclara de telles interventions "non consensuelles", du fait non seulement de l'absence totale d'évaluations,... Lire la suite

Les psychanalystes français distinguent-ils vraiment l’autisme de la psychose infantile?

Publié 02.11.2015 par Franck Ramus

A propos de la réponse de Mme Marie Dominique Amy à l'article du Figaro du 1er avril 2013. Sur la base d'un seul exemple, Mme Amy conteste le diagnostic tardif des enfants autistes en France. Pourtant, le chiffre avancé par la journaliste (6 ans) est très voisin de celui ressortant de la dernière enquête disponible à la date de l'entretien(5 ans et demi; enquête Doctissimo-Fondamental publiée le 28 mars 2013), même si la situation tend à s'améliorer (4 ans et... Lire la suite

Le Collectif des 39 ou la police de la pensée

Publié 01.05.2014 par Franck Ramus

Le "Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire" est un collectif qui défend une certaine idée de la psychiatrie française. Dans sa charte, ce collectif mêle des considérations humanistes à l'égard des patients en psychiatrie qui peuvent recueillir une large approbation (en gros, les sept premiers points, si l'on fait abstraction du terme de "folie" qui est anachronique et donc étonnant de la part de psychiatres), à d'autres beaucoup plus corporatistes visant de toute évidence à défendre les intérêts de... Lire la suite