Réflexions sur le documentaire le Mur


Témoignage écrit pour la défense de Sophie Robert, réalisatrice du documentaire "Le Mur", lors de son procès en première instance.

Considérant mon expertise de la recherche scientifique sur le développement cognitif et cérébral de l'enfant et sur ses pathologies (y compris l'autisme), je pense être en mesure de témoigner sur les points suivants:

1)      La psychanalyse, en tant que théorie du psychisme humain, n'est pas parvenue en plus d'un siècle d'existence à rassembler de preuves suffisantes ni de la validité de ses concepts théoriques, ni de la validité de ses explications des causes des troubles du développement psychologique. En parallèle, des théories différentes basées sur la psychologie cognitive, les neurosciences, et la génétique, ont été formulées, testées scientifiquement, et ont apporté la preuve de leur bien-fondé.

2)      La psychanalyse, en tant que pratique à visée thérapeutique, n'est pas parvenue en plus d'un siècle d'existence à démontrer une efficacité supérieure au placebo pour la quasi-totalité des troubles du développement. En parallèle, d'autres types de thérapies ont été développés et certaines ont prouvé une efficacité significativement supérieure au placebo et aux thérapies analytiques. Les données sur l'autisme ont été passés en revue et résumés notamment par la Haute Autorité de Santé en 2010.

3)      En conséquence, dans la plupart des pays du monde (hormis la France, la Suisse, l'Argentine, le Brésil...), la psychanalyse ne bénéficie plus d'aucun crédit ni scientifique ni médical. Elle n'est plus enseignée à l'Université, ni dans les départements de psychologie, ni dans les départements de psychiatrie. Elle reste fréquemment enseignée dans des départements de philosophie ou de littérature, où on l'apprécie peut-être pour ses qualités philosophiques ou littéraires, mais où l'on ne se préoccupe pas de validation scientifique des théories, ni d'évaluation des thérapies.

Dans ce contexte de l'évolution des connaissances scientifiques et médicales sur l'autisme, ses causes, et les différentes formes de thérapies possibles, le documentaire de Mme Sophie Robert présente un état des lieux tout à fait honnête, confrontant aux connaissances actuelles le discours de psychanalystes qui prennent fréquemment en charge des enfants autistes en France. Le documentaire met notamment en évidence l'absence totale d'ambition et d'efficacité thérapeutique et l'absence totale de projet éducatif de la part des intervenants pratiquant des thérapies analytiques de l'autisme. Il permet donc de comprendre précisément pourquoi la France a été condamnée par le Conseil de l'Europe (résolution ResChS(2004)1 du 10 mars 2004) pour violation notamment de l'article 15.1 de la Charte sociale européenne, relative à l'éducation des personnes handicapées. Ce documentaire apporte donc des éléments essentiels au débat public qui doit avoir lieu en France sur la prise en charge des enfants autistes (et qui a largement été amorcé par le plan Autisme). Il serait par conséquent absolument inconcevable de vouloir en interdire la diffusion.

Pour en venir au fond de la plainte, la réalisatrice a-t-elle utilisé des procédés déloyaux pour déformer le discours des intervenants, notamment par l'extraction de propos hors de leur contexte au cours du montage? Cette accusation me parait peu plausible pour les raisons suivantes:

1)      Le discours affiché par les intervenants dans le documentaire est fidèle à ce qui est écrit dans au moins une partie de la littérature psychanalytique, par exemple les livres de Jacques Lacan, de Bruno Bettelheim et de nombre de leurs successeurs. On peut retrouver des propos similaires sur les sites et forums sur internet sur lesquels s'expriment certaines associations psychanalytiques.

2)      La réalisatrice n'a visiblement pas caché aux intervenants son attitude critique, leur opposant de manière répétée des interrogations sur les bases cérébrales de l'autisme, sur les facteurs intervenant in utero, et sur les thérapies non psychanalytiques.

3)      Le montage ne semble pas faire un usage excessif du découpage: la plupart du temps les plans sont longs et contiennent plusieurs phrases de chaque intervenant, sans coupure.

4)      Quand bien même certains propos auraient été coupés de leur contexte, ils sont tellement clairs et édifiants qu'on ne voit pas quel contexte pourrait en modifier le sens. Notamment les propos minimisant l'inceste paternel, tout comme les propos exposant l'absence d'objectifs, de méthodes, et de résultats des thérapies analytiques, sont sans aucune ambigüité et inexcusables, quels que puissent être les contextes dans lesquels ils ont été énoncés.

A l'appui de la bonne foi de la réalisatrice, je note également qu'on ne peut pas l'accuser d'avoir sciemment choisi de mauvais intervenants, faiblement qualifiés ou marginaux dans leur domaine, qui seraient de piètres représentants de leur discipline, afin de mieux se moquer de leur discours et discréditer ainsi injustement l'ensemble de la discipline. En effet elle a pris soin de choisir des intervenants faisant incontestablement autorité dans leur domaine, notamment trois chefs de service (actuels ou anciens) de pédopsychiatrie dans des centres hospitaliers universitaires prestigieux (les Pr. Golse, Delion et Widlöcher), un professeur des universités (Pr. Danon-Boileau), et le pédiatre le plus médiatique et le plus influent de France (Dr. Aldo Naouri). La sélection des intervenants me semble donc refléter un souci particulier de donner toutes leurs chances aux partisans de la psychanalyse d'exposer le meilleur de leur discipline.

Pour conclure, le documentaire de Mme Sophie Robert est une pièce clé d'un débat public important. On ne peut pas le censurer sous prétexte que certains intervenants ont des remords sur ce qu'ils ont dit. Mme Robert a usé pour la réalisation de son documentaire de procédés tout à fait usuels dans ce métier. Quand bien même le montage final serait discutable, il n'y aurait pas là de motif suffisant pour en interdire la diffusion. Si l'on devait interdire le documentaire de Mme Robert pour ce motif, on devrait alors interdire pour le même motif tous les documentaires et reportages télévisés diffusés quotidiennement en France.

Dans mon activité de chercheur, j'ai eu à maintes reprises l'occasion d'être interrogé par la presse écrite ou par la télévision, et j'ai parfois été mécontent des citations qui m'étaient attribuées ou du montage effectué. Je n'ai jamais envisagé de demander l'interdiction de la diffusion des articles ou reportages en question. Lorsque c'était nécessaire, j'ai simplement fait usage de mon droit de réponse. C'est ainsi que les débats peuvent avoir lieu tout en respectant la liberté d'expression. Que les plaignants exigent un droit de réponse auprès des médias diffusant le documentaire, plutôt que de porter le débat sur un terrain juridique totalement inapproprié. Les controverses scientifiques et médicales ne se résolvent pas dans les tribunaux, mais par la libre expression et le débat public sans aucune censure.

EDIT du 20/12/2011:

On peut trouver sur ce site tous les témoignages (de chercheurs, de professionnels de santé, de familles...) produits en soutien de Sophie Robert en vue de son procès.

En particulier, le témoignage apporté par la Société Civile des Auteurs Multimédias démontre de manière remarquable que la demande d'interdiction du documentaire est juridiquement totalement infondée.

Publier un commentaire