POSTS RÉCENTS RSS

 

Une question qui fait fuir les philosophes

Publié 21.02.2017 par Didier Nordon

Le sperme passe par un organe qui dégoûte en tant qu'organe d'excrétion et qui attire en tant qu'organe de l'amour ; les femmes donnent la vie avec des organes proches de ceux de l'excrétion : y a-t-il aspect plus bizarre de la condition humaine ? Y réfléchir devrait être un sujet bateau chez les philosophes. Qu'un produit passé par une voie urinaire permette à une conscience neuve d'advenir au monde a de quoi faire méditer ! Mais ceux qui le font relèvent de la... Lire la suite

Corneille observe nos hommes politiques

Publié 10.02.2017 par Didier Nordon

Dans Othon, (II, IV), Lacus révèle à Martian son projet de faire monter Pison sur le trône de Rome. Il sera un jouet entre leurs mains et fera leurs quatre volontés. Martian objecte : Mais, Seigneur, sur le trône élever un tel homme, C'est mal servir l'Etat, et faire opprobre à Rome. A quoi Lacus répond : Et qu'importe à tous deux de Rome et de l'Etat ? Qu'importe qu'on leur voie ou plus ou moins d'éclat ? Faisons nos sûretés, et moquons-nous du... Lire la suite

Ne raisonnons pas plus qu’il ne faut

Publié 22.01.2017 par Didier Nordon

Voici quelques années, j'ai entendu des politistes annoncer que la raréfaction des ressources en eau serait une cause majeure de guerres au XXIe siècle. Leur raisonnement m'a convaincu. Voici peu, j'ai entendu des politistes expliquer que, l'eau étant vitale, aucun pays ne prendrait le risque de menacer l'approvisionnement d'un pays voisin, car le pays menacé lancerait aussitôt une riposte guerrière maximale. Donc la raréfaction des ressources en eau va inciter les pays à coopérer. Leur raisonnement m'a convaincu. Conclusion ?... Lire la suite

Un scénario éculé renouvelé grâce à la pollution

Publié 05.01.2017 par Didier Nordon

Dans un vieux roman chinois, un protagoniste frappe un autre puis se barricade, ne laissant à sa victime que la consolation de la menace : "Si on ne se retrouve pas un jour pair, on se retrouvera un jour impair !" (Au bord de l'eau, chap. XXI). Transposons la scène aujourd'hui. J'ai des mots avec un quidam, lui fiche une torgnole, prends peur de sa réaction, me précipite dans ma voiture et m'enfuis. Coups de chance : nous sommes un... Lire la suite

Un problème à résoudre

Publié 08.12.2016 par Didier Nordon

Quand on lit la notice wikipédia d’une étoile de troisième grandeur, on a parfois l’impression que cette étoile y a contribué elle-même. La notice fourmille de détails, et d’éloges, qui ne trompent pas. Malheureusement, il y a un problème que ces étoiles n’ont pas résolu. Savoir tout sur elles quand elles sont vivantes, très bien. Mais il leur arrive de mourir. Et là, elles n’ont pas trouvé le truc pour indiquer elles-mêmes la date de leur mort. Or ces étoiles... Lire la suite

Calme comme un ordinateur

Publié 08.11.2016 par Didier Nordon

L’économiste Christophe Salvat (Le Monde, 28 octobre 2016) donne un exemple de problème qu’auront à gérer les ordinateurs des voitures autonomes. « Imaginez que vous rouliez à grande vitesse lorsqu’un enfant s’élance devant la voiture. Il est impossible de la stopper sur une aussi courte distance. Tout droit, vous tuez l’enfant ; à gauche, vous tuez le cycliste qui arrive en face ; et à droite, vous vous tuez. Quelle action est la “bonne“ ? ». Je m’y vois !... Lire la suite

-plication

Publié 30.10.2016 par Didier Nordon

Par l'enseignement ou la vulgarisation, beaucoup de scientifiques expliquent. Plus rares sont ceux qui s'expliquent. S'expliquer, de la part d'un scientifique, c'est s'exprimer en son nom propre, non en tant que représentant de sa spécialité. C'est ne pas prendre comme allant de soi le fait que celle-ci doit progresser, et la questionner de l'extérieur. Qu'apporte-t-elle aux non-spécialistes ? La façon dont lui, spécialiste, s'investit dedans contribue-t-elle à faire émerger le type de société auquel il aspire ? S'expliquer conjugue l'objectivité... Lire la suite

« Toutes les références qu’on n’a pas vérifiées sont toujours bonnes »

Publié 15.10.2016 par Didier Nordon

Diminuer la distance entre Sénèque et moi... J’ai une vague citation dans la tête. Grâce à internet, je la retrouve, attribuée à Sénèque. Mais les sites qui citent se citent : ils se recopient les uns les autres. Que l’un ne donne pas la référence de la citation, et aucun ne la donne. Vieil universitaire, je ne serai satisfait que si je retrouve le passage exact dans un livre de Sénèque. Mais en quoi l’attribution à Sénèque sera-t-elle mieux garantie,... Lire la suite

Monovocalisme

Publié 24.09.2016 par Didier Nordon

A peine étions-nous remis du choc des "Panama papers" qu'il nous fallait affronter les "Bahamas papers". Etonnante, cette omniprésence de la voyelle "a". Un lieu dont le nom ne contient d'autre voyelle que le "a" inciterait-il plus que d'autres aux malversations ? Si oui, attendons-nous à de prochains "Arkansas papers", "Madagascar papers", "Astana (Kazakhstan) papers" et autres "Kamtchatka papers". Mais peut-être les journaux ont-ils décidé d'opérer par ordre. Ordre alphabétique en l'occurrence. Lorsque la lettre "a" aura été nettoyée, ils s'occuperont... Lire la suite

Un vieux paradoxe

Publié 16.09.2016 par Didier Nordon

La jeunesse est une notion d'autant plus insaisissable qu'on en est plus proche. Lorsqu'un vieux dit à un jeune : "Profite de ta jeunesse", le jeune ne peut pas savoir à quoi il est incité, car il ne sait pas de quoi l'avenir le privera. S'il est destiné à devenir impotent, profiter de sa jeunesse consiste à arpenter le plus possible les villes et les campagnes. S'il est destiné aux troubles de la vue, profiter de sa jeunesse consiste à... Lire la suite