L'auteur : Didier Nordon

Avatar of Didier Nordon

Didier Nordon est venu au monde dans un département aujourd'hui disparu, la Seine, et a fait une multiplication exacte le jour même de sa naissance, puisqu'elle a eu lieu le 23.2.46.
Ainsi voué aux nombres, il ne pouvait, vingt et quelques années plus tard, que rejoindre Bordeaux, ville célèbre pour l'équipe de théorie des nombres qui y travaille.
Depuis, il a eu largement le temps de s'intéresser à d'autres sujets, dont ce blog donne un aperçu.

 

Tous ses articles

 
 

Authentique ou pas ?

16.10.2019 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

En toute rigueur, le prix Nobel d'économie n'est pas un prix Nobel authentique. Il ne fait pas partie des cinq prix institués par Alfred Nobel. Il a été créé bien plus tard. D'ailleurs, son nom véritable n'est pas prix Nobel, mais prix à la mémoire de Nobel. Mais on peut observer, avec non moins de rigueur, que le prix Nobel d'économie a acquis une audience médiatique et institutionnelle comparable à celle des "vrais" prix Nobel. En cela, il est devenu... Lire la suite

Voir le proche grâce au lointain

04.09.2019 | par Didier Nordon | 1 Commentaires

Réfléchir à ce qui nous est familier peut se faire grâce à ce qui ne l'est pas. C'est le propos de Frédéric Landragin dans Comment parler à un alien ? Langage et linguistique dans la science-fiction (Editions Le Bélial’, 2018). Difficile de dire lesquels font preuve de la plus grande imagination : les auteurs de SF qui inventent les langues parlées par les aliens, ou les peuples de la Terre dont les langues présentent une diversité incroyable ? Le livre... Lire la suite

Ah, qu’en termes galants…

02.09.2019 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

Lorsqu’ils affichent leur soumission à quelque puissant mandarin, les savants, parfois, savent se faire flagorneurs. Lorsqu’ils polémiquent entre eux, ils savent, parfois, se faire hargneux. Certains, doués d’une belle plume, réussissent à flagorner en termes délicats quoiqu’obséquieux ou à exprimer leur hargne en termes féroces quoique raffinés. Il est néanmoins dommage que les expressions familières soient proscrites. Leur registre vigoureux donnerait encore plus de couleurs aux rapports entre les savants. Ainsi, ils n'écriraient pas « le profond résultat obtenu par... Lire la suite

Portable-pouvoir, portable-devoir

26.06.2019 | par Didier Nordon | 1 Commentaires

Naguère - il n’y a guère - le mot « portable » s’appliquait à un objet qu’on pouvait emporter avec soi. L’heureux possesseur d’un ordinateur portable, par exemple, pouvait l’emporter avec lui. Pour autant, il ne se sentait pas obligé de le faire chaque fois qu’il mettait le bout du nez dehors. Désormais, le mot « portable » s’applique à un objet dont il est impensable de se séparer, un objet qu’on doit emporter avec soi. Pas question de mettre un pied par terre,... Lire la suite

Noms propres épicènes

08.05.2019 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

Les exigences nouvelles de l’orthographe inclusive auront au moins eu l’avantage de nous faire connaître à tous un mot que, naguère, seuls les spécialistes savaient manier : épicène. Cet adjectif s’applique à un mot qui peut être employé au masculin et au féminin sans variation de forme. Le recours à des termes épicènes permet d’éviter la lourdeur de formulations comme « celles et ceux » ou « toutes et tous ». Fort bien. Mais comment s’y prendre quand on a à citer des noms... Lire la suite

Discutabilité

09.04.2019 | par Didier Nordon | 1 Commentaires

Qu’est-ce qui fait la vie intellectuelle, sinon la discussion ? Donner au mot « discutable » une connotation négative, c’est révéler qu’on aspire à prononcer des énoncés que nul n’a le droit de contester. Quel état d’esprit de dictateur ! La philosophie des sciences fait grand cas du principe de falsifiabilité. Les sciences ne sont pas si spécifiques. Dans la vie courante, dans la vie intellectuelle, on peut introduire un analogue de la falsifiabilité. Il y a des arguments présentés... Lire la suite

Doute à la Samaritaine

10.03.2019 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

Mettre en doute n’est pas une mince affaire. Du temps de Copernic puis de Galilée, mettre en doute le géocentrisme était difficile intellectuellement et dangereux physiquement. Mettre en doute est on ne peut plus aisé. De nos jours, jeter la suspicion sur toute information qui met à mal vos convictions se fait beaucoup : c'est plus facile que réviser ses préjugés. Non que notre époque soit pire que celles de Copernic et de Galilée. De tout temps, des gens courageux,... Lire la suite

Avec quelle précision peut-on mesurer quelque chose qui n’existe pas ?

01.01.2019 | par Didier Nordon | 3 Commentaires

Des physiciens définissent la seconde avec une précision qui, selon l’expression consacrée, défie l’entendement : elle est « la durée de 9 192 631 770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les deux niveaux hyperfins de l’état fondamental de l’atome de césium 133 » (j’espère avoir recopié correctement). Des physiciens expliquent que le temps n’existe pas. N’entrons pas ici dans leurs arguments, même si la lecture de ceux-ci est presque une récréation à côté de la lecture... Lire la suite

Un conte de Noël qui ne finit pas bien

22.12.2018 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

Imaginons que tous les chercheurs, penseurs, philosophes, etc. soient d’une bonne volonté parfaite les uns envers les autres. Jamais de concurrence entre eux, ni d’affrontements ; loin de mésestimer les voies trop différentes de la sienne, chacun les considère comme des richesses dont il peut se nourrir ; tous se sentent unis par leur but commun : mieux connaître le monde. Par exemple, le rationaliste, matérialiste athée, et le religieux s’estiment, ressentent chacun le besoin du point de vue de... Lire la suite

Vrai mensonge = fausse vérité

14.12.2018 | par Didier Nordon | 0 Commentaires

Deux négations valent une affirmation : si, dans une phrase, on remplace deux termes par leurs contraires, le sens de la phrase ne change pas. Par exemple, « Je pense ne pas lire ce livre » et « Je ne pense pas lire ce livre » sont à peu près synonymes. Révéler que « X n’a pas que des amis » laisse entendre que « X n’a que des ennemis ». En disant à un importun : « Je m’occupe... Lire la suite