Avec quelle précision peut-on mesurer quelque chose qui n’existe pas ?

01.01.2019 | par Didier Nordon | Uncategorized

Des physiciens définissent la seconde avec une précision qui, selon l’expression consacrée, défie l’entendement : elle est « la durée de 9 192 631 770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les deux niveaux hyperfins de l’état fondamental de l’atome de césium 133 » (j’espère avoir recopié correctement).
Des physiciens expliquent que le temps n’existe pas. N’entrons pas ici dans leurs arguments, même si la lecture de ceux-ci est presque une récréation à côté de la lecture de la définition de la seconde.
Quant au non-physicien, il est perplexe. Le sens commun s’est fait à l’idée que le temps psychologique, le temps social, le temps de la physique sont choses distinctes. Doit-il aussi se faire à l’idée que, même au sein de la physique, existent plusieurs temps : un qui n’existe pas et un qu’on peut mesurer avec une incroyable précision ? Ou doit-il se faire à l’idée qu’il n’existe qu’un temps au sein de la physique, mais que celui a la propriété de, à la fois, ne pas exister et pouvoir être mesuré avec une précision ahurissante ?


3 commentaires pour “Avec quelle précision peut-on mesurer quelque chose qui n’existe pas ?”

  1. dubois Répondre | Permalink

    Incroyable mais vrai...!!!! C'est à n'y rien comprendre.....

  2. Norrin Drika Répondre | Permalink

    Ne peut-on dire que seules les durées existent et sont mesurables avec précisions mais que le temps lui, en tant que "force fondamentale" n'existe pas ?

    • Didier Nordon Répondre | Permalink

      Mais alors on devrait considérer la seconde comme une unité de durée. Or on la présente toujours comme une unité de temps.

Publier un commentaire