Bureaucratie et révolution

17.11.2020 | par Didier Nordon | Uncategorized

Les révolutions politiques peuvent toujours être suivies d’un retour à l’ancien régime (par exemple, passer de la royauté à la république est réversible) mais les révolutions techniques sont irréversibles : une fois une invention faite, la désinventer et revenir à l’état antérieur est impossible. Cette opposition, qui est souvent soulignée, mérite d'être nuancée. Les inventions qui, après une heure de gloire, ont été délaissées et oubliées ne manquent pas. Certes, en général, cela se produit parce qu'on a su aller plus loin dans la direction que prenaient ces inventions. En cela, il n'y a pas de réversibilité.
Plus gênant est le fait que la distinction entre ce qui relève de la politique et ce qui relève de la technique n'est pas toujours nette. Ainsi, la bureaucratie est-elle un phénomène politique ou technique ? On peut estimer que son existence exprime un choix politique, donc espérer qu’un jour, l’humanité saura s’en débarrasser et inventer une façon plus saine de se gouverner. Mais j’ai bien peur que la bureaucratie ne relève en fait de la technique : il semble qu’elle soit une conséquence de cette invention technique qu’est l’écriture. En ce cas, on ne reviendra pas en arrière et on ne désinventera pas plus la bureaucratie qu’on ne désinventera l’écriture.

Publier un commentaire