Corneille observe nos hommes politiques

10.02.2017 par Didier Nordon, dans Uncategorized

Dans Othon, (II, IV), Lacus révèle à Martian son projet de faire monter Pison sur le trône de Rome. Il sera un jouet entre leurs mains et fera leurs quatre volontés. Martian objecte :
Mais, Seigneur, sur le trône élever un tel homme,
C'est mal servir l'Etat, et faire opprobre à Rome.
A quoi Lacus répond :
Et qu'importe à tous deux de Rome et de l'Etat ?
Qu'importe qu'on leur voie ou plus ou moins d'éclat ?
Faisons nos sûretés, et moquons-nous du reste.
Point, point de bien public s'il nous devient funeste.
De notre grandeur seule ayons des cœurs jaloux ;
Ne vivons que pour nous, et ne pensons qu'à nous.

Publier un commentaire