Démonstrations par le langage

06.08.2018 | par Didier Nordon | Uncategorized

Lorsqu’un problème de géométrie fait construire un point intérieur à un segment et le désigne par la lettre M, les mauvais élèves - ayant constaté que M est le nom usuel des milieux de segments - concluent aussitôt que M est le milieu du segment. Les mathématiciens réprouvent ces « démonstrations par le langage », mais je les soupçonne d’en commettre. Par exemple, l’ensemble infini {1, 2, 3...} ayant reçu le nom d’ensemble des entiers naturels, certains semblent en déduire que l’infini est dans la nature.
Toutefois, affirmer que, vu leurs noms, des liens rattachent la théorie des nœuds et la théorie des cordes est une démonstration par le langage dont la science confirme la conclusion.
Voici des démonstrations par le langage tirées de la vie courante. Les expressions « l’un et l’autre » et « les uns et les autres » sont usitées ; ni « l’un et les autres » ni « les uns et l’autre » ne le sont. Or elles seules conviennent si trois éléments sont en jeu. Donc ce cas est inédit. Second exemple. Les expressions « ce n’est pas une mince affaire » et « ce n’est pas sorcier » s’emploient, mais ni « c’est une mince affaire » ni « c’est sorcier ». Donc il n’existe pas de mince affaire, il n’existe pas de sorcellerie. Enfin, on déclare parfois : « C’est une autre paire de manches », pas : « C’est une paire de manches ». Les paires de manches ne sont donc jamais isolées. Quand on voit une chemise, c’est qu’on en a vu une autre juste avant.
Il arrive qu’une démonstration par le langage se retourne contre son auteur. Un restaurant nommé Henriette Epatée a éveillé ma méfiance, et je n’ai pas essayé si ses plats étaient d’un goût meilleur que ce jeu de mots. Quand bien même le jeu de mots m’aurait plu, j’aurais passé mon chemin, me récriant comme Chrysale : « Je vis de bonne soupe, et non de beau langage ».
Terminons par une démonstration dont je doute qu’elle ait des applications pratiques, mais qui sait ? Le verbe renaître existe, pas le verbe remourir. Il suffit donc de ressusciter une fois pour être tiré d’affaire : on ne mourra plus jamais.


Un commentaire pour “Démonstrations par le langage”

  1. Thomas Répondre | Permalink

    Personnellement, je trouve le jeu de mot du restaurant sus-cité amusant, et quand bien même ça ne m'aurait rien indiqué concernant la qualité gastronomique de l'endroit, j'aurais au moins pensé que les tenants m'avaient l'air sympathique, ce qui m'aurait pas rebuté.

    À l'inverse, si comme le dit Chrysale un beau langage ne fait évidement pas une bonne cuisine, il n'en fait pas non plus une mauvaise, donc passer son chemin pour cette seule raison me semble tout aussi léger comme raisonnement 🙂

Publier un commentaire