Femmes, hommes et maths

29.07.2017 par Didier Nordon, dans Uncategorized

« Il n’y a pas de différence entre les maths faites par une femme ou un homme », a dit Ingrid Debauchies (Le Monde, 18 juillet 2017). De fait, bien que des sensibilités très diverses puissent s’exprimer, vouloir distinguer entre mathématiques féminines et masculines paraît absurde. Alors qu’il ne paraît pas absurde de se demander s’il existe une littérature féminine et une masculine. Certes, le simple fait de poser cette question expose à l’accusation d’être mû par des stéréotypes sexistes. Reste qu’elle ne paraît pas a priori dépourvue de sens et que des gens l’ont examinée.
Ainsi, les différences de genre ne s’expriment sûrement pas au sein des mathématiques, et le font peut-être au sein de la littérature. Est-ce à dire qu’il y a moins de sexisme en mathématiques ? Au contraire, elles sont l’un des domaines où le haut de la hiérarchie est le plus occupé par des hommes, et la littérature l’un des domaines où les femmes sont le plus reconnues.
Peut-être y a-t-il là non un paradoxe, mais une explication (à discuter). Les hommes laissent moins de place aux femmes là où elles n’ont pas de spécificité à faire entendre.

Publier un commentaire