Jeux de mains, jeux d’humains

04.05.2020 | par Didier Nordon | Uncategorized

Le mot « inhumain » est de ceux dont on abuse. Il qualifie, par exemple, la cruauté d’un dictateur, ou le fait d’être soumis à des exigences ou des conditions de travail extrêmes. En fait, ces circonstances sont humaines. Il appartient à l’espèce humaine de produire des gens d’une cruauté infinie ou de mettre en place des situations exigeant de ceux qui les subissent des efforts... surhumains.
Par contre, ce qui est exigé de nous en ce moment mérite le terme d’inhumain. C’est parce qu’il brime nos instincts animaux que le confinement est inhumain ! Les hommes sont des animaux qui se réunissent, qui ne restent pas enfermés dans leur tanière, qui s’approchent les uns des autres à moins d’un mètre, et dont les mains servent à des milliers de formes différentes de contact, depuis le formalisme de la poignée de mains jusqu’à la main qui en saisit une autre pour lui faire percevoir la façon de réussir quelque geste technique, depuis les jeux ou bagarres entre enfants (ou adultes...) jusqu’au coup de main pour aider quelque personne chancelante. Etc, etc. Sans oublier la main adolescente qui se rapproche d’une autre main adolescente. Osera-t-elle aller jusqu’au contact ? Si oui, le contact sera-t-il brusquement rompu ? Y aura-t-il une main dans la figure ? Ou un contact qui se prolonge, s’étend et mène... Dieu sait où ? Un des cœurs adolescents bat la chamade. L’autre aussi, peut-être... Jeux de mains, jeux d’humains !

Publier un commentaire