Sadisme professionnel

09.01.2016 par Didier Nordon, dans Uncategorized

Qui n’est tombé, pendant sa scolarité, sur un professeur méprisant, manifestant une évidente jouissance à faire sentir à ses élèves qu’ils ne lui viendront jamais à la cheville ?
Les soignants, les magistrats, les policiers, les bureaucrates examinant des demandes individuelles, ont eux aussi toute latitude pour donner libre cours à leur éventuel sadisme. Donc, comme il y a des visites médicales obligatoires, il devrait y avoir des évaluations régulières de leur état d’esprit, de façon à écarter ceux chez qui on décèle une tendance sadique. Mais comment faire en sorte qu’aucun des psychologues chargés des évaluations n’agisse lui-même avec sadisme ? La vieille question « Qui surveillera le surveillant ? » resurgit. Nul n’ayant de réponse satisfaisante, on n’est pas près d’éradiquer le sadisme professionnel.

Publier un commentaire