Résurrection d’une espèce qui semblait éteinte

04.09.2020 | par Didier Nordon | Uncategorized

Autrefois, il n’était pas rare de rencontrer des gens qui n’avaient guère de foi mais qui, par peur du regard social, pratiquaient leur religion : ils étaient pratiquants non croyants. Aujourd’hui, l’irréligion étant acceptée, cette espèce a à peu près disparu.
Mais voici qu’elle renaît sous une forme nouvelle. Pour ce qui est de mettre le masque, nous le mettons : exceptionnels sont ceux qui enfreignent l’obligation de le porter. Mais nous le manions rarement comme nous devrions. Nous employons plusieurs fois des masques à usage unique, lavons les masques lavables à notre façon, qui n’est pas aussi soigneuse que ce qui est préconisé, mettons le masque dans la poche quand nous sortons d’une zone obligatoire et le remettons sur le nez sans autre précaution quand nous rentrons dans une zone obligatoire. Bref, notre pratique sauve les apparences mais, si nous croyions vraiment que le masque a été en contact dangereux avec le virus, nous serions autrement moins désinvoltes pour le manipuler. Ainsi, beaucoup d’entre nous sont devenus, ou redevenus, des pratiquants non croyants...


2 commentaires pour “Résurrection d’une espèce qui semblait éteinte”

  1. Didier Vilain Répondre | Permalink

    Bien vu monsieur Nordon. Pour ce qui est de mettre le masque, le non pratiquant ne risque heureusement ni la lapidation, ni le buché ou une autre atrocité mais une amende de 135 euros apparemment peu probablement appliquée par une Police Nationale privée de masque sur la voie publique au moment du pic épidémique. En effet, "Les fics refusent de participé au bal masqué" nous apprend le bien informé Canard enchainé sur sa page 3 du 2/9/2020, en rapportant quand même 700 verbalisations par jour (par des pratiquants croyants ?).

  2. Fred Répondre | Permalink

    Il ne faut pas oublier que des pratiquants doutant obéissent à la règle de s'abstenir de toute certitude puisque dans le doute il faut s'abstenir.
    Ainsi si le non croyant est certain et ne s’abstient donc pas de suivre la règle, l'incertain croît certainement son doute (pour peu que le doute croisse en lui) et croyant cela il devient non croyant..

Publier un commentaire