Sachons manquer de subtilité

10.06.2017 par Didier Nordon, dans Uncategorized

En un laps de 0,52 secondes (avec un s), Google donne 71800 résultats qui, rien que dans la première page, attribuent la fameuse formule "les faits sont faits" à trois auteurs différents - Edouard Le Roy, Bachelard, Poincaré.
Admirable abondance de biens... Elle témoigne, entre autres, de l'insistance avec laquelle nous sommes avertis de ce que la vérité est une notion subtile. Prendre un fait pour une vérité brute est digne d'un balourd. Même les plus réfractaires aux considérations philosophiques ont forcément rencontré des théories démontrant que toute affirmation est une construction, que le langage dit toujours autre chose que ce que le locuteur croit dire, donc que la vérité échappe... Et mille autres considérations qui ont incontestablement un fondement solide. Pourtant, garder un peu de naïveté me semble sage. N'oublions pas qu’il y a aussi, entre dire vrai et dire faux, une distinction la plus basique qui soit, celle que nous apprenons à pratiquer dès nos premiers contacts avec des copains de cour d’école : il y a des menteurs !
Etre subtil est bon, à condition de savoir qu'il se trouve des circonstances où l'absence de subtilité est plus pertinente que la subtilité.

Publier un commentaire