Cache-cache avec les nuages

Tout est prêt. Tube de PVC de 2 mètres de long, bricolé aux deux bouts pour donner un sténopé. Même modèle en plus court, 1 mètre, attaché au premier, pour faire office de  chercheuse ». Les lunettes, achetées avec un lot de magazines d'astro, la semaine précédente : OK. La météo, prévue favorable la veille : OK.

Et puis le jour J, c'est la pluie ! La matinée qui commence grisâtre, des gouttes éparses qui tachent le sol. Pluie certes, mais nuages mouvants, qui laissent de dévoiler le soleil, par vagues. Bon, on la verra ou pas cette éclipse du 20 mars 2015 ?

IMGP0041

 

On la verra, et à part le fait que l'animation prévue en plein air sera annulée, faute de matériel (et surtout d'animateur) étanche, les nuages auront même permis de rendre l'événement plus vivant, et plus facile à voir. La photographie ci-dessus aurait été beaucoup plus difficile à prendre un jour très clair.

Ce cache-cache avec les nuages invite aussi à se projeter un siècle dans le passé, dans les années 1910, où des équipes d'astronomes étaient confrontés aux mêmes angoisses, à une échelle bien supérieure. L'observation d'éclipses totales fournissait alors un moyen unique d'observer la couronne solaire, et quelques astronomes tentaient aussi d'en profiter pour vérifier la prédiction de la relativité générale selon laquelle les rayons lumineux doivent subir une déviation en frôlant le soleil, avec une valeur double de celle qu'on peut déduire de la gravitation newtonienne. Ce sont alors des équipes entières qui déterminent à l'avance, pour chaque éclipse, le site le plus prometteur, du point de vue météorologique entre autres, puis qui plusieurs semaines à l'avance installent du matériel lourd et coûteux. Puis, comme aujourd'hui, c'est la loterie... En octobre 1912 au Brésil : pluie. En août 1914 en Russie : pluie et, comme si ça ne suffisait pas, guerre mondiale. Je vous invite à lire cet excellent article de revue sur le sujet [1] et à regarder ce cours de licence dédié à ce sujet [2], puisque de toutes façons maintenant c'est officiel : il pleut !

Notes

[1] Relativity and Eclipses: The British Eclipse Expeditions of 1919 and Their Predecessors ; John Earman ; Clark Glymour ; Historical Studies in the Physical Sciences (1980) p. 49 [lien]

[2] Histoire des Sciences : « déviation gravitationnelle de la lumière » [lien]

 


2 commentaires pour “Cache-cache avec les nuages”

  1. Arnaud Répondre | Permalink

    Le temps est bien lunatique. A dijon, le ciel était parfait sur le campus de la fac pour observer ce spectacle offert par l'univers 🙂 Pas avec mon sténopé de fortune dont le tube était trop court par contre... Peu importe, la solidarité étudiante prime et les échange de lunettes fusent!!

    Un grand rassemblement a été effectué par la Société Astronomique de Bourgogne et de très belles photos ont été prises par ailleurs.

    J'en profite pour dire rapidement un GRAND merci pour ces cours publiés sur le site de votre université. Ils permettent à des étudiants de ne pas être largués en master après une licence pro, et d'avoir l'opportunité de réaliser l'objectif fixé depuis le début.

    De la part d'un mordu de physique et d'astro.

Publier un commentaire