Gravity (2013)

03.11.2013 par Richard Taillet, dans Regards

Ahhhh, enfin le voici le voilà, le film dont le sujet principal est l'apesanteur, ou plus précisément, l'inertie. Il est curieux, d'ailleurs, que le film d'Alfonso Cuarón s'intitule « Gravity » alors que le film nous montre essentiellement des scènes où elle semble ne pas se manifester. Un des buts avoués du réalisateur est de nous faire partager les sensations d'un astronaute en apesanteur, en orbite basse autour de la Terre, et cet aspect du film est une réussite totale.

gravity_ver4_xlg

En revanche, du point de vue de la physique, quelques erreurs grossières peuvent gâcher le plaisir du spectateur, voire la compréhension de ce qui se passe à l'écran. Pour comprendre la suite pour ceux qui n'ont pas vu le film : allez le voir ! Pour les autres, un résumé très bref des éléments dont je vais discuter : suite à la destruction d'un satellite en orbite, des débris à grande vitesse viennent frapper et détruire la navette spatiale en train de réparer le télescope spatial Hubble, puis la station spatiale internationale (ISS) située juste à côté (j'y reviens ci-dessous), laissant deux astronautes livrés à eux-mêmes dans leur combinaison spatiale.

La première erreur concerne la gestion des distances et des vitesses dans le film. Le réalisateur parvient à nous montrer que l'espace est grand et que les personnages peuvent s'y sentir effroyablement seuls, mais il n'hésite pas à placer le télescope spatial (situé à environ 550 km d'altitude) et la station spatiale internationale (situé au maximum à 400 km d'altitude) à proximité l'un de l'autre, pour les besoins dramatiques du film. Par ailleurs, la vitesse d'un corps en orbite circulaire est directement donnée par son altitude, et dans la vraie vie, la vitesse orbitale de l'ISS est bien plus élevée que celle du télescope spatial Hubble d'environ 100 m/s (soit 360 km/h). Elles n'orbitent donc pas de façon synchrone et la plupart du temps, la distance qui les sépare est très supérieure à 150 km. De plus, l'astronaute devrait s'élancer à cette vitesse de 360 km/h selon une trajectoire minutieusement calculée pour accoster de façon douce sur la station spatiale, s'il part du télescope spatial, ce qu'il ne peut pas faire avec le moyen de propulsion dont il dispose.

La deuxième erreur m'a troublé dans ma compréhension de l'action. Lorsque les deux personnages Ryan et Matt atteignent l'ISS, la dépassent en ne parvenant pas à s'y accrocher, Ryan se prend les pieds dans des câbles et est ainsi arrêtée dans son mouvement (c'est la scène qu'on voit sur l'illustration ci-dessus). Elle tient Matt par la main, lequel est aussi arrêté dans son mouvement. Ouf, on respire (re ah ah), ils ne vont pas dériver indéfiniment dans l'espace ! Que nenni, les câbles restent tendus, Matt semble continuer à tirer Ryan vers l'extérieur. Il finit par se sacrifier en lâchant la main de Ryan, étant ainsi éjecté vers l'extérieur et permettant à la tension des câbles de se relâcher. Pourquoi ? Il me semble qu'une fois au repos par rapport à l'ISS, les personnages pouvaient se lâcher en toute sécurité et revenir tranquillement à la force des bras, en s'aidant des câbles. Ce qui aurait pu rendre cette scène plus crédible, c'est si les personnages avaient eu un mouvement de rotation, le câble les retenant comme une fronde, mais je n'ai vu aucun indice confirmant cette hypothèse dans le film, même en en cherchant explicitement. De plus, dans cette hypothèse, la tension des câbles n'aurait pas dû disparaître lorsque Matt lâche prise.

La troisième erreur que je relèverai ici est la plus surprenante. À la fin du film, Ryan se retrouve dans une capsule qui tombe vers la Terre. Les frottements de l'atmosphère sont énormes (et ils doivent l'être, la phase de rentrée doit faire passer la capsule d'une vitesse orbitale de 27 km/s à une vitesse nulle par rapport au sol, il faut freiner sec, et le seul moyen de le faire, sans carburant, c'est de s'appuyer sur les frottements atmosphériques). Du coup, la capsule n'est plus du tout en chute libre. Or, on continue de voir le stylo et le casque flotter en apesanteur dans la capsule pendant toute la phase de descente, en entrecoupant la scène de plans extérieurs où on voit la capsule chauffée au rouge par les frottements. Cette erreur, ce n'est pas quelqu'un qui a laissé traîner quelque chose par négligence lors du tournage : une équipe entière a passé du temps et une quantité d'argent non négligeables à ajouter un stylo et un casque flottants en post-production (aucune scène n'a été tournée en apesanteur dans ce film, contrairement à « Apollo 13 » de Ron Howard), dans une scène où il fallait absolument s'en passer. Cette erreur est d'autant plus surprenante que l'accélération subie par les astronautes pendant leur phase de descente est bien montrée dans beaucoup d'autres films.

Oui je sais, c'est un film, c'est du divertissement mais je continue de trouver dommage qu'avec 100 millions de dollars de budget, personne n'ait pensé à montrer le film, ou même le story board, à un physicien pour adapter très légèrement le scénario et se débarrasser au moins des deux dernières erreurs ! Comment réagirait-on en voyant un film qui présenterait une excellente reconstitution de la révolution française mais qui, faute de conseiller en histoire, situerait l'action à Pékin ?


11 commentaires pour “Gravity (2013)”

  1. Marc Durvaux Répondre | Permalink

    Bonjour, je n'ai pas vu le film, mais concernant la périodicité de la rencontre avec les débris, il me semble qu'elle pourrait bien être de 90 min, si l'orbite des débris est inclinée à 90° par rapport à celle de l'ISS.

  2. Marc Durvaux Répondre | Permalink

    correctif de mon message précédent : si les orbites sont circulaires, ils se croisent évidemment à la demi-orbite (soit 45 minutes après). Par contre, il me semble que cela reste possible avec au moins une orbite elliptique, dont le périgée est à une altitude inférieure à celle du croisement.

  3. Philippe Ribeau-Gésippe Répondre | Permalink

    J'avoue ne pas avoir relevé ces erreurs, tant le suspens fonctionne à plein dans les scènes mentionnées ici...
    Il me semble que la réaction en chaine qui engendre les nuages de débris est aussi peu réaliste : on sait qu'une telle réaction en cascade se déroule en pratique, mais ses effets deviennent notables à l'échelle d'années, pas de minutes ! Pour preuve (?) la destruction par les chinois il y a quelques années d'un de leurs satellites en orbite basse, qui a produit un grand nombres de débris... et quasiment aucun dégât.
    Concernant l'erreur sur les orbites relatives de l'ISS et de Hubble, il me semble que c'est un artifice scénaristique : si le film était totalement réaliste, Ryan aurait été éjectée, elle aurait dérivé, fin. Ç'aurait été un peu dommage !

  4. prib Répondre | Permalink

    J'avoue ne pas avoir relevé ces erreurs, tant le suspens fonctionne à plein dans les scènes mentionnées ici...
    Il me semble que la réaction en chaine qui engendre les nuages de débris est aussi peu réaliste : on sait qu'une telle réaction en cascade se déroule en pratique, mais ses effets deviennent notables à l'échelle d'années, pas de minutes ! Pour preuve (?) la destruction par les chinois il y a quelques années d'un de leurs satellites en orbite basse, qui a produit un grand nombres de débris... et quasiment aucun dégât.
    Concernant l'erreur sur les orbites relatives de l'ISS et de Hubble, il me semble que c'est un artifice scénaristique : si le film était totalement réaliste, Ryan aurait été éjectée, elle aurait dérivé, fin. Ç'aurait été un peu dommage !

    • Richard Taillet Répondre | Permalink

      Je suis complètement d'accord sur l'artifice scénaristique, je l'ai mentionné pour le fun, mais c'est clair que la version la plus réaliste du film se termine au bout de 15 minutes avec que des morts ! 😀

  5. Raphael Durand Répondre | Permalink

    Bonjour Mr taillet

    J'attendais vos commentaires sur ce film afin de vérifier si ma 'physique' n'est pas trop rouillée... Merci ! 🙂
    Un autre point m'a gêné, au début du film le docteur est éjectée au loin, elle est isolée et tourne sur elle-même (situation stressante). Normalement rien ne devrait arrêter sa rotation? Hors il lui suffit d'entendre la voix de "Georges" pour brusquement : 1 cesser sa rotation, 2 commencer une rotation en sens inverse...Ils auraient pu attendre le contact des deux astronautes (dont un dispose de propulsions) pour lui permettre d'arrêter son mouvement... non ? Ou ai-je raté quelque chose sur le mouvement de rotation d'un corps isolé?
    Merci encore

    • Richard Taillet Répondre | Permalink

      Mmmhh... je ne crois pas que Ryan cesse sa rotation d'elle-même. Elle cesse de paniquer et parvient à bouger la tête pour trouver des repères autour d'elle, mais sa rotation continue dans le même sens tout le long. À vérifier en revoyant le film (youhouuu !) mais je suis assez sûr quand même...

  6. Raphael Répondre | Permalink

    Salut !

    Je souhaiterais ajouter mon grain de sel. Cette histoire de sacrifice dans l'espace pourrait s'expliquer si on considère que l'ensemble de câbles qui retient la jambe de Ryan est assimilable à un ressort (un elastique quoi), alors il devient 'plausible' de considérer qu'ils (nos deux cosmonautes) ont toujours une vitesse non nulle par rapport à l'ISS (constante K du ressort très faible) ce qui expliquerait le sacrifice de notre bon George. =]

  7. Thomas Répondre | Permalink

    Film très intéressant pour moi puisque je suis en plein dans un master sur le domaine spatial.
    Du point du vue du spectacle, c'est très bien. Il manque effectivement les vitesses relatives des débris, mais sa passe haut la main pour le reste.
    Par contre, a chaque scène j'ai noté de petits défauts (que je serai bien en peine de redonné puisque je n'ai pas prit de note sur le moment).

    Mais c'est un très bon film qui ne faut regarder avec un esprit trop critique au risque de passer à côté du plaisir esthétique.

  8. Romain Répondre | Permalink

    De mon coté j'avais un gros doute sur la possibilité physique que (bien qu'il s'agisse d'un rêve) Georges puisse ouvrir la capsule de retour - comme il entrerait dans une voiture - sans faire ejecter/exploser/tuer Ryan qui n'a déjà plus son casque...?
    Vous en dites quoi ?

Publier un commentaire